Résistance en Palestine : poursuivre le chemin de la libération / juillet - septembre 2019 - N°16

mercredi 18 septembre

Même si les médias occidentaux et même arabes s’intéressent peu au peuple palestinien et à sa cause, étant pris par les tensions régionales suscitées par la politique américano-sioniste, il n’en demeure pas moins que les Palestiniens et leur résistance poursuivent ce qu’ils considèrent comme étant leur devoir, renforcer leurs capacités de lutte, empêcher l’entité coloniale de vivre dans la tranquillité, mobiliser la jeunesse et à travers elle, la société toute entière contre les complots qui visent la Palestine et sa libération.

JPEG - 35.5 ko

La résistance palestinienne, sous toutes ses formes, est une donnée stable de la cause palestinienne, car le peuple palestinien qui l’exerce et la développe, ne peut accepter que sa cause nationale soit enterrée, comme le souhaitent l’entité coloniale sioniste, ses protecteurs américains et occidentaux d’une manière générale et les régimes arabes alliés de cet axe du « mal ».

Cette résistance s’exprime de plusieurs manières : la lutte armée à partir de la bande de Gaza, par le lancement de fusées, telle les fusées qui ont empêché le premier ministre sioniste de poursuivre son discours électoral dans la colonie Sderot, les opérations menées par les armes, le couteau ou les voitures, en Cisjordanie occupée, comme celles qui se sont développées au cours de ces trois mois, faisant craindre aux services de renseignements sionistes leur extension et l’impossibilité de les contrôler ou les empêcher par les services de sécurité de l’Autorité palestinienne. Mais la résistance palestinienne c’est également la lutte des prisonniers, qu’ils soient détenus administratifs ou prisonniers de guerre, qui mènent des grèves de la faim pour protester contre leur détention et ses conséquences désastreuses sur leur santé.

La résistance palestinienne se développe également dans les camps de réfugiés, au Liban notamment, où les réfugiés réclament l’abolition de la décision du ministre libanais du Travail, qui supprime leur statut de « réfugiés » pour le remplacer par celui de « travailleur étranger », en accord avec le deal du siècle américain qui souhaite supprimer la question des réfugiés palestiniens et leur retour au pays. Les manifestations dans les camps et les marches du retour dans la bande de Gaza sont des moyens de lutte qui mobilisent et conscientisent surtout les jeunes sur les problèmes nationaux et les problèmes de la région, pour contrer les propagandes occidentales, reprises par des médias arabes, voulant que les jeunes Palestiniens soient ignorants recherchant la satisfaction de leurs intérêts personnels et intégrés dans une pseudo-culture mondialisée.

Même si les médias occidentaux et même arabes s’intéressent peu au peuple palestinien et à sa cause, étant pris par les tensions régionales suscitées par la politique américano-sioniste, il n’en demeure pas moins que les Palestiniens et leur résistance poursuivent ce qu’ils considèrent comme étant leur devoir, renforcer leurs capacités de lutte, empêcher l’entité coloniale de vivre dans la tranquillité, mobiliser la jeunesse et à travers elle, la société toute entière contre les complots qui visent la Palestine et sa libération, car ils ont réalisé et réalisent toujours que les tensions dans la région tournent autour de la Palestine et d’al-Quds, symbole de l’arabité de toute la région et la nation, et de son indépendance.

Première partie du bulletin 16 « Résistance en Palestine »

1 – Résistance
2 – Marches du retour
3 – Le mouvement des prisonniers
4 – Les réfugiés s’opposent au « deal du siècle »

Deuxième partie du bulletin 16 « Résistance en Palestine »

5 – Al-Quds et les lieux saints
6 – Les Palestiniens de 48 refusent l’ordre colonial
7 – Paroles de résistants
8 - La normalisation est un crime

Source : CIREPAL



Navigation

Brèves de la rubrique