L’étudiante palestinienne Mays Abu Ghosh s’exprime sur les abus et la torture israéliens pendant les interrogatoires

jeudi 16 janvier 2020

Mays Abu Ghosh, étudiante palestinienne en journalisme, s’est entretenue avec des avocats de la Commission palestinienne des affaires des prisonniers , discutant de sa torture et de ses mauvais traitements pendant les interrogatoires pendant plus de 30 jours. Mays Abu Ghosh , 22 ans, étudiante à l’Université Bir Zeit et originaire du camp de réfugiés de Qalandiya , est une écrivaine et militante étudiante qui a travaillé pour faire connaître les luttes des prisonniers politiques palestiniens et des réfugiés palestiniens.

JPEG - 49.2 ko

Dans sa déclaration aux avocats, Abu Ghosh a rappelé qu’elle avait été saisie par les forces d’occupation israéliennes lors d’un violent raid le 29 août 2019, lorsque les soldats armés ont enlevé la porte de la maison de sa famille et l’ont envahie, en saccageant ses biens et ceux de sa famille, la menottant puis lui bandant les yeux pour l’emmener dans un camp militaire d’occupation près du poste de contrôle de Qalandiya. Pendant qu’elle était détenue là-bas, les soldats l’ont traîné violemment alors qu’elle était menottée et les yeux bandés tout en l’insultant et en lui criant au visage.

Plus tard, Mays a été transféré au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh. Elle a été fouillée à nu puis transférée dans les cellules d’interrogatoire. Elle se souvient que ses interrogatoires ont duré plusieurs heures à la fois alors qu’elle était enchaînée à une petite chaise à l’intérieur d’une cellule très froide. Après six jours, « l’interrogatoire militaire » a commencé avec elle, qui comprenait l’utilisation de positions stressantes comme la « banane » et le « squattage » ou la « fausse chaise » pendant de longues périodes, dans le but de la contraindre à faire des aveux.

Elle a été giflée, battue et privée de sommeil. Cet « interrogatoire militaire » s’est poursuivi pendant trois jours, au cours desquels toutes ces tactiques de torture se sont poursuivies. Abu Ghosh a déclaré qu’à un moment donné, elle avait tenté de s’échapper des interrogateurs et de s’asseoir dans l’un des coins de la cellule, mais l’interrogateur avait commencé à claquer sa tête contre le mur, la frappant tout en hurlant des obscénités. Ensuite, les interrogateurs ont délibérément amené son frère et ses parents dans le but de la forcer à avouer en menaçant de les détenir. Son frère de 17 ans a ensuite été condamné à une détention administrative, sans inculpation ni jugement, bien qu’il soit mineur.

Mays a déclaré que les cellules d’interrogatoire ont des conditions extrêmement dures, manquant des éléments de base pour la vie humaine. Les murs sont en béton et rugueux, le matelas est mince, sans housse ni oreiller, et les lumières sont allumées 24h/24 et 7j/7 et des sons forts dérangent constamment les détenus. Elle a également noté que les repas fournis étaient très médiocres et que les eaux usées entraient dans sa cellule et coulaient sur le matelas.

Elle a dit qu’à un moment donné, un gros rat est entré dans sa cellule, qui, selon elle, a été intentionnellement entré par les interrogateurs afin de la tourmenter davantage. Ils ont à plusieurs reprises tardé à répondre aux demandes les plus simples, par exemple pour accéder aux toilettes, et ont été à plusieurs reprises provocant et humiliant. Après 30 jours de ce traitement durant l’interrogatoire, elle a été transférée à la prison de Damon, où elle se trouve encore aujourd’hui, avec ses concitoyennes palestiniennes. Elle est accusée par les tribunaux militaires israéliens - qui condamnent plus de 99% des détenus palestiniens - d’avoir participé à des activités étudiantes sur le campus de l’Université Bir Zeit. La détention administrative de son frère a de nouveau été renouvelée et il continue d’être emprisonné sans inculpation ni jugement.

PNG - 2 Mo

Récemment, la famille de Mays a parlé de son expérience d’avoir été amenée la voir sous interrogatoire, notant que des signes de torture étaient visibles sur son visage et son corps. « Son visage était plein d’ecchymoses et son corps est très pâle. Je ne pouvais pas la serrer dans les bras à cause de la douleur qui faisait mal à tout son corps », a déclaré sa mère. L’association Addameer a convoqué une conférence de presse le 23 décembre pour souligner la torture et les mauvais traitements infligés à des prisonniers palestiniens , dont Abu Ghosh.

Mays Abu Ghosh et Samah Jaradat sont deux des nombreuses et nombreux étudiants palestiniens qui sont la cible de l’occupation israélienne pour arrestation et emprisonnement pour leur implication dans des activités étudiantes sur le campus. Shatha Hassan, présidente du conseil du conseil étudiant de l’Université Bir Zeit, a été condamnée à quatre mois de détention administrative, à une peine d’emprisonnement sans inculpation ni jugement. Il y a des centaines d’étudiants universitaires palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, dont environ 80 de Bir Zeit seulement.

Le réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, dont est membre le Collectif Palestine Vaincra, demande instamment la plus large action et mobilisation possible pour soutenir Mays Abu Ghosh et les étudiants palestiniens emprisonnés par les forces d’occupation israéliennes. Nous appelons les étudiants du monde entier à organiser des événements, des veillées et des actions d’information pour souligner la lutte des étudiants palestiniens sous occupation et de toutes les personnes de conscience pour développer la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël. Liberté pour Mays Abu Ghosh et tous les étudiants palestiniens !

Source : Samidoun – Traduction : Collectif Palestine Vaincra
JPEG - 85.7 ko
Mays Abu Gosh brandissant un portrait de Georges Abdallah rappelant que de génération en génération la Palestine résiste !


Agenda

<<

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 8 prochains mois