Le 28 septembre 2000, l’Intifada Al-Aqsa éclate contre l’occupation israélienne

mardi 1er octobre 2019
popularité : 1%

Il y a 19 ans, le 28 septembre 2000, le chef de l’opposition israélienne et du Likoud Ariel Sharon a pris d’assaut la mosquée Al-Aqsa et l’esplanade des mosquées d’Al Quds/Jérusalem avec beaucoup de policiers israéliens armés et des soldats provoquant un soulèvement palestinien.

Cette Intifada s’est déclenchée dans le contexte des échecs des négociations du Sommet de Camp David en juillet 2000 et l’échec flagrant des accords d’Oslo de 1993. C’est le dernier jeudi de septembre que Sharon a choisi de se rendre à la mosquée Al-Aqsa. Selon un porte-parole du Likoud, cette décision visait à "montrer que sous un gouvernement du Likoud [la mosquée Al-Aqsa] restera sous la souveraineté israélienne". Encore aujourd’hui, l’esplanade des mosquées reste un enjeu dans la colonisation sioniste d’Al Quds/Jérusalem.
JPEG - 113.2 ko
Cette décision a suscité l’indignation généralisée des Palestiniens qui avaient récemment commémoré l’anniversaire du massacre de Sabra et de Chatila où Sharon a eu un rôle clef.

Comme lors de l’Intifada des pierres en 1987, cet événement politique majeur pour la Résistance palestinienne témoigne du rejet massif des Palestiniens de l’occupation sioniste et leur détermination à y faire face. Ce soulèvement a été caractérisé par un grand nombre d’affrontements armés et par l’escalade des actions militaires entre la Résistance palestinienne et l’armée d’occupation, qui ont fait 4412 martyrs palestiniens et 48322 blessés. Le mur de l’apartheid de 700km sera construit par l’occupation prétextant riposter à l’intensification de la Résistance durant cette Intifada.

Vendredi 27 septembre 2019, des milliers de Palestiniennes et Palestiniens de Gaza ont manifesté lors d’une nouvelle Grande Marche pour le Retour en mémoire de l’Intifada Al-Aqsa.

A cette occasion, un dirigeant du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP) a déclaré que « l’Intifada d’Al-Aqsa était un événement important dans l’histoire de la lutte de notre peuple, qui a frappé la force de dissuasion sioniste à cause de l’épuisement de l’occupation et de ses colons, soulignant que la résistance est toujours basée sur ces acquis ». Il a poursuivi en réaffirmant que « l’étincelle de la deuxième intifada a éclaté comme une accumulation objective des années infructueuses des accords d’Oslo, au cours desquelles le rythme des crimes sionistes, des projets de colonisation, des meurtres et des guerres s’est intensifié. Elle a révélé que les stocks de la lutte de notre peuple palestinien, quels que soient les circonstances, les facteurs et les accords de règlement, sont inépuisables et incassables. »

Il a conclu son discours en appelant le peuple palestinien à « poursuivre la résistance et l’Intifada jusqu’à la réalisation de ses objectifs de retour, de liberté et d’indépendance, et à la création d’un État palestinien indépendant sur l’ensemble du territoire national palestinien, avec Jérusalem pour capitale. »

Sources : Palestine Vaincra