Les principales victoires de BDS en 2017

lundi 15 janvier 2018
popularité : 1%

Il n’a fallu que quatre jours à une célèbre chanteuse pour annuler son spectacle à Tel-Aviv, en réponse à la demande expresse de ses fans de respecter la ligne de piquetage.

La décision prise par Lorde, la veille de Noël, de retirer son show à Tel-Aviv de sa tournée mondiale – en faisant remarquer que prévoir le spectacle en premier lieu « n’était pas la bonne décision » – a marqué la fin d’une année réussie pour le mouvement BDS dirigé depuis la Palestine.

JPEG - 141.1 ko Le mouvement en faveur des droits palestiniens continue à s’amplifier dans le monde entier. (Photo : Alisdare Hickson/Flickr)

2017 a vu le mouvement en faveur des droits palestiniens s’amplifier grâce notamment à toute une série d’artistes, d’athlètes, d’hommes politiques, de travailleurs culturels, d’organisations confessionnelles, d’étudiants, de syndicats et autres activistes.
Israël en a pris bonne note, évidemment.

Plus tôt, cette année, d’importants groupes de pression israéliens ont admis dans un rapport secret – dont une version complète a été récupérée et publiée par The Electronic Intifada – qu’ils n’étaient pas parvenus à contrer le mouvement de solidarité avec la Palestine, malgré un important accroissement de leurs dépenses.

Le rapport soulignait l’incapacité d’Israël à endiguer la « croissance impressionnante » et les « succès significatifs » du mouvement BDS et il développait nombre de stratégies, reprises par le gouvernement israélien, visant à inverser la détérioration de la position d’Israël.

De même, en mars, le principal stratège anti-BDS israélien reconnaissait que le mouvement de boycott gagnait du terrain, malgré les dizaines de millions de dollars de subsides du gouvernement israélien et la formation de tout un ministère gouvernemental concentré uniquement sur le combat contre BDS.

Prenant la parole lors d’une conférence anti-BDS à New York, l’ambassadeur d’Israël Danny Danon déclarait que « le mouvement BDS est toujours actif et puissant. Chaque jour, des groupes universitaires et religieux, des syndicats d’étudiants et des sociétés d’investissement deviennent la proie des appels au boycott ».
« Notre moment Afrique du Sud est proche »

Au moment où les stratèges et représentants israéliens s’inquiétaient grandement de leur incapacité à endiguer la marée BDS, des sondages au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis révélaient tous que le soutien du grand public au boycott et aux sanctions contre Israël gagnait en intensité.

En Californie, le chapitre du Parti démocrate de l’État a approuvé une résolution – sans qu’il y ait eu de débat – qui condamnait les implantations illégales d’Israël en Cisjordanie occupée ainsi que le refus d’accès opposé par Israël aux activistes qui critiquaient l’État.

Cette résolution faisait également état, et c’est remarquable, de son soutien aux organisateurs qui s’engagent dans le mouvement BDS et qui sont confrontés sur les campus à une répression croissante de la part des autorités de l’État et des autorités fédérales.

En décembre, au Royaume-Uni, la responsable du développement au sein du Parti travailliste, Kate Osamor, une solide alliée du leader de l’opposition Jeremy Corbyn, tweetait explicitement son approbation à propos de BDS.

En été, la Haute Cour de Londres a décrété que le gouvernement conservateur avait agi illégalement en essayant d’empêcher des conseils locaux du Royaume-Uni de désinvestir de firmes impliquées dans l’occupation militaire israélienne, ce qui a porté un vilain coup aux représentants d’Israël cherchant à criminaliser le mouvement BDS.

Pendant ce temps, confronté aux tentatives manifestes d’Israël de le réduire au silence et de saper la popularité de BDS, Omar Barghouti, le cofondateur du mouvement BDS, a invité instamment les gens du monde entier à intensifier les campagnes de boycott en disant que c’était la meilleure façon de soutenir le peuple palestinien.

Barghouti s’est vu décerner le prix Gandhi de la paix pour son travail en tant que défenseur des droits de l’homme. L’an dernier, il a été frappé par Israël d’une interdiction de voyage et a reçu des menaces ouvertes de la part des principaux ministres de l’État.

En mars, Barghouti encensait un rapport – qu’on peut qualifier d’historique – publié par les Nations unies et qui concluait qu’Israël est coupable du crime d’apartheid. Ce rapport s’attirait les louanges des Palestiniens et la colère d’Israël et de ses alliés.

Barghouti déclarait que le rapport de l’ONU était un signe pour les Palestiniens de ce que « notre moment Afrique du Sud est proche », et il ajoutait que le rapport était « un indicateur solide de ce que l’apartheid israélien est destiné à disparaître, comme ce fut le cas en Afrique du Sud ».

Il faisait en outre remarquer que le rapport « peut très bien constituer le premier rayon de lumière menant à des sanctions contre le régime israélien de l’occupation, du colonialisme d’implantation et de l’apartheid ».

Voici quelques-unes des autres victoires du mouvement BDS en 2017, telles que les rapporte The Electronic Intifada :

Athlètes, écrivains, chefs cuisiniers et artistes ont laissé tomber Israël

En février, des footballeurs professionnels américains ont annulé une tournée de propagande en Israël. Parmi ces footballeurs, le joueur des Seattle Seahawks, Michael Bennett, a annoncé qu’il « ne se laisserait pas utiliser » par le gouvernement israélien pour blanchir les violations par ce dernier des droits palestiniens.

« Je veux être une « voix des sans-voix » , a ajouté Bennett, « et je ne puis l’être en accomplissant ce genre de voyage en Israël. »

En été, un groupe de cinéastes, d’artistes et de présentateurs ont annulé leurs apparitions prévues à TLVFest, le plus important festival du film LGBTQ d’Israël, à Tel-Aviv, suite à des appels à le faire émanant d’activistes palestiniens gays et de supporters du boycott.

Ces annulations très en vue en guise de soutien de la campagne BDS ont incité The Jerusalem Post à admettre que, si le festival « se déroule depuis plus d’une décennie, il n’a toutefois jamais dû faire face à une campagne aussi efficace ».

Plus tard, en automne, certains des chefs cuisiniers les plus connus de la planète ont annulé les « Tables rondes », une initiative de propagande sponsorisée par le gouvernement israélien et qui recourt à la cuisine internationale pour redorer le blason d’Israël.

« Le festival des Tables rondes a lieu dans le même temps que l’armée et les colons israéliens vivant illégalement sur les terres volées aux Palestiniens agressent les Palestiniens pendant leur récolte annuelle des olives », a expliqué Zaid Shoaibi, du PACBI, la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël.

Et l’association littéraire PEN America a révélé posément qu’elle n’acceptait plus de fonds du gouvernement israélien pour son festival annuel des Voix du monde, suite à des appels émanant de plus de 250 écrivains, poètes et éditeurs connus.

L’association avait essuyé de sévères critiques pour s’être servie de fonds en provenance du gouvernement israélien, lequel emprisonne des journalistes et écrivains palestiniens en Israël et en Cisjordanie occupée en raison de leur travail.
BDS est appliqué par des villes, des églises, des groupes politiques et des syndicats

En mai, la plus grande et la plus influente des organisations syndicales norvégiennes a appelé au boycott total d‘Israël, quelques jours à peine après que la municipalité norvégienne de Lillehammer avait adopté une résolution de boycott des produits israéliens en provenance des colonies.

Lillehammer est devenue la troisième ville de Norvège à appeler au boycott des colonies, après Tronheim et Tromsø.

En avril, le conseil municipal de Barcelone a voté le maintien du droit de boycotter Israël, il a condamné l’occupation des terres palestiniennes par Israël, il a réclamé la fin du blocus de Gaza et il a promis de faire en sorte que la politique d’achat de la ville exclurait les sociétés qui tirent profit des violations des droits de l’homme par Israël.

En juillet, la secte de l’Église mennonite des États-Unis, forte de 95 000 membres, a rallié le nombre sans cesse croissant de congrégations chrétiennes ayant entrepris des dernières années des actions de soutien aux droits de l’homme des Palestiniens.

Dans une résolution approuvée par 98 pour 100 des délégués lors de sa convention de Floride, l’Église mennonite a voté la condamnation de l’occupation militaire israélienne et le soutien au désinvestissement des sociétés tirant profit des violations des droits palestiniens.

Le 7 juillet, la Communion mondiale d’Églises réformées a appelé les plus de 80 millions de fidèles de ses congrégations membres à examiner leurs investissements concernés par la situation en Palestine.

Un mois plus tard, les Socialistes démocrates de l’Amérique (DSA) ont voté massivement pour un soutien à l’appel BDS.

« De la même façon que nous avons répondu à l’appel au boycott de l’Afrique du Sud durant l’apartheid, nous sommes solidaires avec le peuple palestinien », a déclaré le vice-directeur national des DSA.

Les DSA, qui sont la plus importante organisation socialiste démocratique des États-Unis, avec plus de 25 000 membres, ont vu le nombre de leurs affiliés multiplié par quatre suite à la résurgence de la politique de gauche aux États-Unis et en Europe, et tout particulièrement depuis la campagne présidentielle du sénateur Bernie Sanders, en 2016.

Au Royaume-Uni, les membres juifs du Parti travailliste ont fondé un nouveau groupe – Jewish Voice for Labour (une voix juive pour le Labour) – qui se présente comme un défi au groupe de pression existant en faveur d’Israël, lequel se prétend le représentant des membres juifs du parti.

Le document de fondation de Jewish Voice for Labour défend fermement « le droit des partisans de la justice pour les Palestiniens de s’engager dans des activités de solidarité telles que le boycott, le désinvestissement et les sanctions ».

Toujours au Royaume-Uni, le principal syndicat des enseignants du pays a lancé une action de boycott de HP en raison du rôle du géant de la technologie dans l’occupation israélienne.

G4S continue à être mis au ban
La première société de sécurité privée du monde, G4S, a continué à subir de lourdes pertes financières dans le monde entier depuis qu’on s’est davantage penché sur le fait qu’elle tire profit des violations des droits de l’homme.

G4S a contribué à faire fonctionner les prisons israéliennes où l’on torture des prisonniers palestiniens et elle a équipé des prisons, centres de détention et installations de déportation pour jeunes tant aux États-Unis qu’au Royaume-Uni.

La société a également été impliquée dans des violations concernant le travail et les droits de l’homme en Afrique et dans des installations à l’étranger où l‘Australie enferme des réfugiés et des demandeurs d’asile.

Un institut de recherche équatorien a annoncé en février qu’il avait laissé tomber son contrat avec G4S après avoir rencontré des activistes.

Suite à une campagne menée par BDS Jordanie, les Femmes de l’ONU en Jordanie ont résilié leur contrat avec G4S en octobre, et c’est la cinquième agence des Nations unies à procéder de la sorte dans ce pays.

De même, le conseil des transports de Sacramento, en Californie, s’est décidé à résilier son contrat de sécurité avec G4S, suite au travail des activistes BDS afin de mettre en lumière le rôle de la société dans les violations des droits en Palestine et aux États-Unis.

L’an dernier, G4S a annoncé qu’il laissait tomber toute une série d’affaires controversées, y compris sa filiale en Israël et ses activités dans la détention de jeunes aux États-Unis.

The Financial Times a décrit cette mesure comme une tentative de G4S de se distancier de « services susceptibles de nuire à sa réputation ».

Mais les activistes du monde entier ont exprimé le désir de maintenir la pression sur la société aussi longtemps qu’elle resterait complice des violations des droits de l’homme des Palestiniens.

Des étudiants se sont battus

Partout aux États-Unis, des étudiants universitaires ont continué à mobiliser en faveur des droits des Palestiniens en dépit de la répression croissante appliquée par les administrations et les groupes de pression pro-israéliens à l’étranger.

Des résolutions de désinvestissement ont été passées à l’Université Tufts de Boston, à l’Université du Michigan, à l’Université de l’État de Californie – Long Beach et au Collège communautaire de De Anza, en Californie.

Une résolution adoptée par des étudiants de l’Université de Wisconsin-Madison a été votée à l’unanimité en vue de soutenir une autre résolution de masse appelant l’université à laisser tomber ses liens avec des sociétés tirant profit des incarcérations massives, du vol de terres indigènes, de la violence policière, du mur frontière entre les États-Unis et le Mexique, des injustices économiques à l’encontre des personnes de couleur et des violations des droits humains des Palestiniens par Israël.

À New York, des étudiants de l’Université Fordham ont argué de violations de leurs droits pour s’organiser et se réunir en un tribunal, défiant ainsi la décision d’un administrateur d’interdire l’association Students for Justice in Palestine (Étudiants pour la Justice en Palestine).

Et, au Royaume-Uni, la Semaine de l’apartheid en Israël, une série d’événements mondiaux annuels censés conscientiser autour de la politique d’apartheid d’Israël, a eu lieu sur plus de 30 campus universitaires à travers tout le pays, malgré une campagne de répression soutenue par le gouvernement.

Des défis à la législation anti-BDS

Deux procès au niveau fédéral ont été intentés par l’American Civil Liberties Union (ACLU – Union américaine des libertés civiles), en vue de contester la constitutionnalité fondamentale des lois anti-BDS des États à titre individuel et de la fédération des États.

Les groupes de pression pro-israéliens ont intensifié leur promotion des législations visant à museler la liberté d’expression et à créer une liste noire des partisans des droits palestiniens. Au 23 décembre, 23 États avaient adopté des lois anti-BDS.

Un projet de loi – contre le boycott d’Israël – est également en attente au Congrès et pourrait infliger d’importantes amendes et de longues peines de prison aux sociétés et à leur personnel si on juge qu’ils abondent dans le sens d’un boycott d’Israël ou de ses colonies réclamé par une organisation internationale.

En octobre, un procès a été intenté contre l’État du Kansas au nom d’une professeure de mathématiques de l’enseignement supérieur, Esther Koontz, qui participe au boycott de la consommation de produits israéliens.

Koontz est membre de l’Église mennonite des États-Unis, qui a fait passer une résolution de désinvestissement des sociétés qui tirent profit des violations des droits palestiniens.

En décembre, selon l’ACLU, un autre procès a été intenté contre l’État de l’Arizona au nom d’un homme de loi ayant un contrat avec le gouvernement afin de fournir des conseils juridiques à des personnes emprisonnées. L’homme participe au boycott d‘Israël.

En Oregon, trois projets de loi séparés visant le mouvement BDS n’ont pas bénéficié d’une audition, suite à des pressions constantes des activistes des droits de l’homme et des dirigeants religieux de l’État.

Les projets étaient soutenus par des groupes communautaires juifs qui s’organisent dans tout le pays pour combattre le mouvement en faveur des droits palestiniens.

Des activistes déclarent que l’échec de ces projets de loi devrait encourager les participants aux campagnes à riposter à d’autres mesures anti-BDS des autorités des États et du Congrès américain.

Nora Barrows-Friedman est corédactrice en chef de The Electronic Intifada, et elle est l’auteure de In Our Power : US Students Organize for Justice in Palestine (En notre pouvoir : Des étudiants américains s’organisent pour la justice en Palestine) (Just World Books, 2014).

Source : The Electronic Intifada
Traduction : Jean-Marie Flémal pour Plateforme Charleroi Palestine

[*Voir aussi*]
Onze signes de la croissance continue de BDS en dépit de la guerre que mène Israël pour le réprimer
Le mouvement BDS fête ses 12 ans, et voici 12 nouvelles qui montrent que notre mouvement connaît un succès grandissant


[*notre article du 4 janvier 2016*]

La Campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) a remporté de nombreuses avancées en 2015.

Sur le site de l’AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine), la liste des principales victoires et avancées de la Campagne

Janvier
Israël montre une préoccupation croissante face à la croissance de BDS

Le mouvement de désinvestissement des étudiants américains est florissant.
Vote écrasant de l’association des étudiants de l’université de Californie à Davis en faveur d’une résolution de désinvestissement des corporations qui profitent de l’occupation israélienne. Des associations étudiantes de sept des neuf collèges de l’université de Californie ont voté leur soutien à BDS.

En 2015, le désinvestissement a aussi été voté à l’Université d’État de San José, Princeton, par le sénat étudiant du collège universitaire Earlham et par l’Université de Toledo, Ohio, par l’Université Oglethorpe et par Stanford.

Le gouvernement israélien lance des avertissements sur BDS.
Un rapport classifié su ministère israélien des affaires étrangères prévoit une croissance continue du mouvement BDS, selon le journal israélien Yedioth Arharonoth, tandis que l’ancien premier ministre Ehoud Barak décrit BDS comme « un grave problème ».

Elbit System embarrassé par des militants d’action directe.
Des inculpations au pénal sont dirigées sur neuf militants pour avoir occupé le toit d’une usine du Royaume Uni appartenant à la plus grosse firme d’armement israélienne lors de l’attaque de 2014 sur Gaza par Israël. La presse rapporte que l’affaire a été abandonnée après qu’Elbit et le gouvernement britannique aient refusé de rendre publics des documents sur les exportateurs de composants pour les drones vers Israël.

63 membres du Parlement Européen appellent à clore l’accord de commerce avec Israël.
Un groupe de 63 membres du Parlement Européen appartenant aux cinq principaux groupes politiques du Parlement interpelle le chef de la politique étrangère de l’UE pour qu’il suspende l’Accord d’Association UE-Israël. La lettre suit une déclaration similaire émanant de 300 organisations de toute l’Europe, dont quelques uns des principaux syndicats du continent, des partis politiques et des ONG.

Une société d’autobus israélienne perd un contrat néerlandais.
Le gouvernement de la province de Haarlem aux Pays Bas a décidé de ne pas attribuer un contrat de 10 ans à la compagnie israélienne Egged, à la suite d’une campagne locale vigoureuse. Egged a aussi perdu un contrat avec la région de Frise en décembre.

Février
Des artistes britanniques connus rejoignent le boycott culturel

Plus de 1 000 personnalités du monde de la culture rejoignent le boycott culturel
Plus de 1 000 artistes du Royaume Uni s’engagent à ne pas se produire en Israël. Les signataires comptent parmi eux Brian Eno, Gillian Slovo, Alexei Sayle, John Berger, Richard Ashcroft, Riz Ahmed, Miriam Margolyes et Ken Loach.

Des étudiants, professeurs et administratifs de SOAS (L’institut d’Études Orientales et Africaines) votent en faveur du boycott académique.
73% des plus de 2 000 étudiants et membres du personnel de SOAS (Université de Londres) qui ont pris part au referendum qui s’est tenu du 23 au 27 février, ont voté en faveur de la suspension de tous liens avec les universités israéliennes. SOAS a des liens formels avec l’Université Hébraïque de Jérusalem.

Mars
Un coup porté à l’ambition gazière d’Israël

La société de production d’électricité Palestine se retire de l’accord gazier israélien.
Le Comité National Palestinien de BDS (le BNC) accueille favorablement l’annonce par la société Palestine de Production d’Électricité (PPGC) de son « retrait il y a quelques mois de l’accord passé avec les développeurs du gisement de gaz naturel (israélien) Léviathan ». Israël a cherché à étendre ses exportations et ses ressources en pétrole et en gaz.

Des firmes françaises s’extraient du projet de colonisation de Jérusalem suite à un avertissement du gouvernement.

Safege et Puma ont annulé leur participation à un projet de funiculaire destiné à relier des colonies illégales à Israël, après que ces firmes aient été averties par les ministères français des finances et des affaires étrangères ainsi que par des mouvements de solidarité internationale, des problèmes juridiques et des risques encourus.

Le soutien étudiant à BDS continue de croître au Royaume Uni.
Les étudiants de l’université du Sussex au Royaume Uni ont massivement voté leur soutien à la participation de leur syndicat étudiant au mouvement BDS, rejoignant ainsi le syndicat national des étudiants (NUS) et des dizaines de syndicats d’étudiants qui soutiennent BDS.

Plus de 150 villes participent à la semaine de l’Apartheid Israélien.
Des panels, des projections de films et des actions créatives dans plus de 150 villes construisent le soutien au mouvement à direction palestinienne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS).

Des associations italiennes de défense de l’environnement prennent leurs distances vis-à-vis d’Israël.
Greenpeace et WWF nient les affirmations de groupes de propagande sur le « magnifique Israël » selon lesquelles ils collaborent avec les deux grands groupes environnementalistes.

60 membres élus au Congrès des États Unis « ignorent le discours » (#SkiptheSpeech) du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou
Plus de 60 élus au Congrès ont refusé d’assister au discours controversé de Netanyahou après une large campagne.

Avril
Barclays désinvestit d’Elbit Systems

La banque Barclays ne fait plus partie des actionnaires d’Elbit Systems.
La banque Barclays désinvestit d’Elbit Systems, la société israélienne de matériel militaire et d’armes qui est au cœur des massacres brutaux perpétrés par Israël, à la suite d’une campagne mondiale d’Avaaz soutenue par 1,8 millions de personnes et qui a notamment donné lieu à des sit-ins dans plus de 20 de ses branches.

La Cour Suprême d’Israël défend une loi anti-BDS.
La loi dite de Prévention d’Atteintes à l’État d’Israël par le Boycott permet à des institutions de poursuivre et d’obtenir des compensations d’individus ou d’organisations qui appellent au boycott économique, culturel ou académique. Elle permet aussi au ministère des finances de pénaliser financièrement toute organisation dotée par l’État qui participe à de tels appels.

Une campagne BDS lancée en Égypte.
Une coalition de onze partis politiques, quatre mouvements révolutionnaires, six syndicats et un grand nombre d’individus, s’est réunie pour démarrer la coalition BDS égyptienne.

20 entreprises d’Afrique du Sud se joignent au boycott de G4S.
Plus de 20 entreprises sud-africaines ont mis fin à leur contrat avec G4S à cause de son engagement dans les prisons israéliennes et de son implication dans les abus contre les droits humains.

Veolia vend ses filiales israéliennes visées par la campagne de boycott conduite par les Palestiniens.
Le géant français Veolia vend presque toutes ses activités en Israël. La vente de toutes ses affaires en Israël a été achevée en août (voir plus loin).

La Confédération des syndicats nationaux du Canada rejoint BDS.
Le Conseil Central de la Confédération des syndicats nationaux du Québec au Canada décide de rejoindre le mouvement BDS et de soutenir l’appel à un embargo militaire sur Israël. La CSN représente 325 000 travailleurs de tous secteurs d’activité au sein de près de 2 000 syndicats du Québec.

L’Organisation Arabe du Travail adopte une résolution en faveur de BDS.
La conférence arabe du travail tenue au Koweit (18-25 avril) adopte une résolution de soutien de l’ALO au mouvement BDS contre Israël jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international.

Mai
Lauryn Hill annule son concert en Israël pendant que BDS dans l’État espagnol prend des mesures massives pour aller de l’avant

La star états-unienne Lauryn Hill annule son concert en Israël
Hill annule son concert en Israël après des appels d’organisations palestiniennes, israéliennes et de solidarité avec la Palestine, et après une grande campagne des médias sociaux.

1600 universitaires se joignent au boycott dans l’État espagnol
Plus de 1600 professeurs et chercheurs universitaires de toute l’Espagne signent une déclaration en soutien du boycott académique.

Marinah devient la première chanteuse d’Espagne à annuler des concerts en Israël
Marinah avait prévu de participer au Festival de la Méditerranée à Ashdod le 11 juin prochain, et aussi au Festival de la musique du Monde de Tel Aviv.

L’université d’Helsinki annule un contrat avec G4S pour son soutien aux prisons israéliennes
L’université d’Helsinki en Finlande annule son contrat sécurité avec G4S après une campagne menée par des étudiants et universitaires qui ont mis en avant la complicité de G4S avec le système pénitentiaire et les violations du droit international d’Israël.

JO 2016 : après une pression de BDS, le gouvernement brésilien refuse toute relation avec la société israélienne ISDS (Sécurité internationale et défense systèmes)
Plus de 30 mouvements sociaux et organisations progressistes brésiliens ont demandé au gouvernement du Brésil d’exclure ISDS des contrats olympiques après l’annonce par cette société israélienne, en octobre 2014, qu’il lui avait été accordé un contrat de 2,2 milliards de dollars pour coordonner la sécurité aux Jeux. Le 8 avril, le gouvernement brésilien expliquait qu’ISDS ne s’était vu attribuer aucun contrat.

Une marche de plus de 10 000 étudiants sud-africains contre Woolworths pour son commerce avec Israël
Des syndicats et des organisations de solidarité sud-africains appellent au boycott des supermarchés Woolworths pour leur refus de cesser la vente des produits israéliens.

Le Fonds national juif est exclu d’un festival finlandais
Les organisateurs du Festival Village du Monde empêchent le FNJ d’y participer. Pilier majeur de la colonisation de la Palestine, le FNJ tente aujourd’hui de participer à des évènements culturels en tant qu’organisation environnementale.

Plus de 450 universitaires belges rejoignent le boycott
Plus de 450 universitaires se sont désormais engagés à soutenir le boycott académique des institutions universitaires israéliennes.

Juin
Panique d’Israël devant les rapports prédisant des dommages économiques du fait de BDS

Les investissements directs étrangers (FDI) en Israël s’effondrent
Selon un rapport des Nations-Unies, les FDI en Israël en 2014 ont chuté de 46 % par rapport à 2013. Les auteurs attribuent cela en partie à la force grandissante du BDS.

Des rapports prédisent de nouveaux dommages économiques pour Israël
Un rapport gouvernemental israélien qui a fuité estime que BDS pourrait coûter à l’économie d’Israël 1,4 milliard de dollars chaque année, tandis qu’une étude de Rand Corporation constate que le coût par BDS pourrait être pour Israël plus de trois fois plus élevé.

Le gouvernement de Netanyahu intensifie ses efforts pour combattre BDS
En pleine panique des médias à propos de la montée de BDS et d’une campagne de diffamation contre le mouvement par Netanyahu et d’autres politiciens israéliens de premier plan, le ministre des Affaires stratégiques se voit attribuer 25,6 millions de dollars pour son combat contre BDS.

L’Église unie du Christ (UCC) vote le boycott et le désinvestissement des sociétés qui profitent de l’occupation israélienne
L’UCC, l’une des principales églises protestantes des États-Unis, vote par 508 voix contre 124 le boycott et le désinvestissement des sociétés qui aident Israël à violer le droit international.

Le boycott a ciblé Ahava, qui laisse entendre qu’il va arrêter son usine d’implantation israélienne
La société de cosmétiques israélienne Ahava dit envisager de déplacer son usine de l’implantation réservée aux juifs en Cisjordanie occupée, après des années de campagne BDS contre elle.

Le groupe théâtral belge Campo annule son spectacle au Festival d’Israël
Le festival ne parvient pas à attirer les grandes stars internationales.

Juillet
Orange dit se retirer d’Israël
JPEG - 31.1 ko

Le géant français des télécoms Orange annonce qu’il met fin à la présence d’Israël après le lancement d’une campagne de boycott
Les militants de la solidarité avec la Palestine se félicitent d’une annonce que la multinationale française Orange va se séparer de sa filiale israélienne dans les 18 mois. Suite à une campagne française contre Orange, la nouvelle coalition BDS en Égypte a appelé au boycott d’Orange en Égypte pour ses attaches avec Partner Communications, une société israélienne de télécoms qui opère dans les colonies illégales et fournit un soutien financier à l’armée israélienne.

Les dirigeants du mouvement de boycott prennent la parole à une conférence de presse marquant les dix années de BDS
Le dirigeant Mandla Mandela, député sud-africain et petit-fils de Nelson Mandela, le musicien libanais Marcel Khalife, et la directrice de l’organisation Une Voix juive pour la paix, Rebecca Vilkomerson, sont parmi les participants à la conférence de presse
Dix ans de BDS et un an depuis le massacre de 2014 par Israël des Palestiniens de Gaza par la société civile palestinienne.

Le département Géographie et Histoire de l’université de Valence se joint à l’initiative BDS
Déclarant son département en zone libérée de l’Apartheid, la faculté devient la première dans toute l’Europe à appuyer officiellement une initiative BDS.

Manifestations près d’entreprises appartenant à la manufacture d’armes israélienne Elbit
Des militants au Royaume-Uni et en Australie ont arrêté plusieurs usines de fabrication de pièces détachées, dont celles qui fabriquent les moteurs équipant les drones meurtriers.

Le Sommet social du Mercosur (Marché commun du Sud) demande de cesser de conclure des accords commerciaux avec Israël
La déclaration finale du Sommet social de Mercosur, un rassemblement de mouvements sociaux du bloc commercial Mercosur de l’Amérique latine appelle les gouvernements à mettre fin aux accords de libre-échange Mercosur-Israël et à imposer un embargo militaire sur Israël.

Des étudiants chiliens appliquent le boycott
La fédération des étudiants de l’université du Chili (FECH) a annulé son soutien à une présentation d’un chorégraphe israélien parrainé par l’ambassade israélienne, et a publié une déclaration appelant au « rejet de tout lien avec toutes initiatives, soutien et parrainages dans lequel l’État d’Israël ou ses instances diplomatiques sont impliqués ».

SodaStream se plaint de l’impact du boycott
Le PDG de SodaStream a dit lors d’une audition spéciale au Congrès US sur BDS qu’ils avaient été confrontés à de nombreux boycotts notamment par des chaînes de distribution au Royaume-Uni et au Danemark, la municipalité de Trieste en Italie, le Festival international de la Bande dessinée et un propriétaire de site à Tokyo. BDS a joué un rôle clé dans la mise en œuvre de la plupart de ces boycotts.

200 professionnels de la psychiatrie protestent contre la tenue de leur conférence en Israël
D’éminents professionnels de la psychiatrie protestent contre la décision de l’Association européenne de la thérapie comportementale et cognitive de tenir sa conférence en Israël.

Thurston Moore du groupe rock Sonic Youth approuve BDS
« Me produire avec mon groupe en Israël venait en contradiction avec mes valeurs », explique le célèbre artiste.

Août
Veolia solde toutes ses opérations avec Israël

BDS remporte une victoire majeure alors que Veolia se retire totalement d’Israël
L’immense société française Veolia se retire du tramway de Jérusalem (JLR), un système ferroviaire construit pour favoriser la croissance et l’expansion des implantations coloniales israéliennes dans la Jérusalem-Est occupée.

La cession de sa participation dans le projet JLR met fin à toute implication de Veolia dans le marché israélien, y compris tous les projets qui violent le droit international et les droits humains du peuple palestinien.

La vente fait suite à une vaste campagne de sept années contre Veolia, en raison de sa complicité dans l’occupation israélienne, ce qui lui a coûté en appels d’offre, dans le monde entier, une somme estimée à plus de 20 milliards de dollars.

La libération palestinienne est la « question clé de notre époque », affirment des dirigeants noirs
Cornel West, Angela Davis et la cofondatrice des Blacks Lives Matter (Les vies noires comptent), Patrisse Cullors, sont parmi les 1000 signataires de l’appel historique pour BDS et se joignent à la lutte.

L’engagement d’artistes irlandais pour le boycott d’Israël arrive aux 500 signatures
Ces 500 signatures vont de certaines des personnalités d’Irlande les plus connues internationalement à des artistes qui débutent leur carrière.

Des artistes italiens lancent une initiative de boycott
Vingt artistes éminents italiens lancent une campagne appelant au boycott culturel d’Israël.

Septembre
L’UE introduit l’étiquetage des produits des colonies

L’UE introduit l’étiquetage des produits en provenance des colonies israéliennes illégales
Constatant que l’UE ne va pas assez loin dans le respect de ses obligations vis-à-vis de la législation internationale, les Palestiniens accueillent la nouvelle de façon mitigée et comme un signe que l’UE commence à tenir compte du fait que l’opinion publique européenne réclame de plus en plus la mise en place d’une politique en ce sens.

Syndicats et réseaux européens résistent aux tentatives d’utiliser l’accord commercial entre les États-Unis et l’UE en vue de réprimer les BDS
Plus de 150 organisations de toute l’Europe ont l’intention de s’opposer aux efforts des États-Unis en vue d’étouffer les campagnes en faveur des droits palestiniens via le très controversé accord commercial TTIP.

Le Brésil refuse d’accepter un colon comme ambassadeur d’Israël
La présidente Dilma Rousseff rejette la désignation de Dani Dayan au poste d’ambassadeur d’Israël au Brésil, en raison de ses liens avec le mouvement d’implantation.

United Electrical Workers Union adopte les BDS
L’UE (syndicat unifié des travailleurs du secteur de l’électricité) est le premier grand syndicat national des États-Unis à adopter les BDS.

SodaStream abandonne son site de production dans les colonies illégales
SodaStream, la société israélienne d’appareils domestiques produisant de l’eau pétillante, met un terme à la production de son site installé dans une colonie illégale de Cisjordanie, suite à une intense campagne BDS de plusieurs années. Cette campagne contre la société se poursuit en raison de l’implication de cette dernière dans les plans israéliens d’épuration ethnique des Bédouins palestiniens du Néguev.

Octobre
Nouvelle vague de résistance populaire palestinienne suite à l’impact sans cesse croissant du boycott palestinien des produits israéliens

Le mouvement BDS entreprend des actions de soutien à la résistance populaire palestienne
Quand les Palestiniens se sont lancés dans une nouvelle vague de résistance populaire contre l’apartheid et le colonialisme d’implantation d’Israël, le Comité BDS national palestinien (BNC) a demandé que soient entreprises des actions et des manifestations de solidarité avec la résistance populaire palestinienne et que soient exercées des pressions sur les gouvernements, institutions et sociétés pour qu’ils cessent de jouer un rôle dans les crimes de guerre israéliens. La réponse a été très inspiratrice. Il y a eu plus de 70 actions de protestation et manifestations #SolidarityWaveBDS dans plus de 20 pays du monde entier.

Les chiffres de la Banque mondiale révèlent l’ampleur croissante du boycott palestinien des produits israéliens
Les chiffres de la Banque mondiale révèlent une baisse de 24 % dans les importations palestiniennes en provenance d’Israël pour le premier trimestre de 2015 – un signe évident que le boycott palestinien des produits israéliens commence à avoir un sérieux impact sur l’économie israélienne.

Les firmes israéliennes d’armement font état d’un « moindre désir d’acheter des produits de fabrication israélienne » comme facteur de la chute dramatique des exportations d’armes
Les exportations militaires ont chuté, passant de 7,5 à 5,5 milliards de USD, et les dirigeants de l’industrie déclarent que le « désir moindre d’acheter des produits de fabrication israélienne » constitue un facteur clé dans cette baisse.

La section du syndicat AFL-CIO pour le Connecticut invite sa fédération nationale à adopter les BDS
Dans une démarche novatrice, la section du Connecticut devient la première de la Fédération américaine du travail et du Congrès des organisations industrielles (AFL-CIO) à adopter les BDS et elle a invité sa fédération nationale à la soutenir par une résolution lors de sa conférence politique.

Plus de 500 universitaires britanniques expriment leur soutien au boycott académique
La déclaration publique publiée par d’éminents universitaires britanniques dans le quotidien The Guardian dit qu’ils n’accepteront plus d’invitations à des visites académiques en Israël et qu’ils ne coopéreront plus avec les universités israéliennes en raison du rôle de ces dernières dans l’occupation et l’apartheid israéliens.

Moody’s reconnaît la menace BDS pour Israël
L’agence de notation financière Moody’s, dont les notations jouent un rôle majeur dans l’économie mondiale, a reconnu la menace potentielle posée par les BDS pour l’économie israélienne.

Espagne : 26 gouvernements locaux et régionaux soutiennent les BDS et l’initiative en faveur de zones sans apartheid
Au moins 26 gouvernements locaux, y compris ceux de Séville, de la Grande-Canarie, de Badalona et de Terrassa, ont adopté des résolutions de soutien aux initiatives BDS.

Le club de football de Séville décline un sponsoring israélien de 5 millions de USD
José Castro, président du club, dit que la décision a été prise afin de faire en sorte que le club « reste fidèle à ses principes, qui attachent une plus grande valeur à l’éthique qu’aux préoccupations économiques ».

Quatre festivals cinématographiques colombiens rallient le boycott culturel contre le régime israélien.

Des pharmacies hollandaises cessent de vendre Ahava
Les pharmacies de la chaîne Alphega confirment qu’elles ont cessé de vendre des produits fabriqués par Ahava, la firme israélienne de cosmétiques qui opère dans une colonie israélienne illégale.

180 artistes belges ont décidé de ne pas se produire en Israël

Des firmes européennes évitent d’investir en Israël, affirme un important homme d’affaires israélien
« Lors des assemblées générales des principales sociétés [européennes], même si celles-ci ont examiné les possibilités d’investissement dans des sociétés israéliennes, ces possibilités seront immédiatement retirées de l’agenda en raison de l’impact des BDS », a expliqué l’éminent homme d’affaires franco-israélien Édouard Cukierman.

Novembre
Des universitaires et artistes américains soutiennent le boycott

Les anthropologues américains soutiennent le boycott d’Israël suite à un vote largement majoritaire
La conférence de l’Association américaine des anthropologues (AAA) appuie à une majorité écrasante une résolution de soutien à l’appel palestinien au boycott des institutions académiques israéliennes. L’Association nationale américaine des études féminines a également voté en faveur des BDS.

Des artistes new-yorkais rallient le boycott culturel
L’actrice de théâtre et de télévision Kathleen Chalfant, nominée aux Tony Awards, le musicien Roger Waters, l’un des membres fondateurs de Pink Floyd, les musiciens Kyp Malone et Tunde Adebimpe de « TV on the Radio » font partie des signataires.

L’Espagne «  établit un mandat d’arrêt » contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou en raison de l’attaque contre la flottille pour Gaza, en 2010
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et sept autres membres anciens et actuels du gouvernement encourent le risque d’être arrêtés s’ils mettent les pieds en Espagne. Effectivement, un juge espagnol a établi un mandat d’arrêt contre ce groupe de personnes.

Le Sommet des pays sud-américains et arabes demande à ses membres de s’abstenir de tout commerce de produits en provenance des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens, d’éviter toute transaction avec des sociétés tirant profit de l’occupation israélienne et de décourager les investissements dans les colonies israéliennes.

L’artiste brésilien Caetano Veloso annonce qu’il ne se produira plus jamais en Israël
Après avoir refusé d’annuler un concert à Tel-Aviv en dépit d’appels émanant du Brésil, de la Palestine et de nombre de pays, Veloso a écrit que « toutes les plaintes émanant des [militants] BDS étaient fondées ».

Le Conseil municipal d’Amsterdam renonce à traiter avec Tel-Aviv
Après des mois de discussion et de campagne, le Conseil municipal d’Amsterdam a décidé de voter contre une proposition de coopération officielle de la ville avec Tel-Aviv. En lieu et place, il optera pour une coopération individuelle ou concernant certains projets.

Décembre
L’Université vote en faveur du soutien aux BDS

L’organe représentatif le plus élevé de l’Université autonome de Barcelone (UAB) a voté en faveur du ralliement au mouvement BDS et du soutien de l’initiative prônant des Zones sans apartheid.

Plus de 200 universitaires sud-africains soutiendront le boycott académique d’Israël.

L’UNHCR en Jordanie ne signera plus de contrat avec G4S
Cette institution de l’ONU, confrontée à des pressions pour qu’elle rompe ses liens avec la société sécuritaire G4S en raison du rôle de cette dernière dans les violations par Israël des droits de l’homme, annonce qu’elle n’a plus de contrat avec cette société.

La firme de distribution portugaise Worten laisse tomber SodaStream
La décision est venue à l’issue de pressions émanant de militants qui ont dénoncé le palmarès édifiant de SodaStream dans les violations des droits humanitaires palestiniens.

Le biographe de Hillary Clinton rejette l’offre d’un éditeur israélien
Dans sa déclaration, Doug Henwood a fait état de son soutien aux BDS.

BNC |Traduction JPP pour l’AURDIP, Traduction SF pour l’AURDIP, Traduction Jean-Marie Flémal pour « Pour la Palestine »BDS dans le monde en 2015.

et dans les Inrocks, un article sur le même thème :

Brian Eno, Ken Loach et plus de 600 artistes appellent au boycott culturel d’Israël
JPEG - 127.4 ko

Dans une lettre ouverte relayée par le site du Guardian, Brian Eno, Mike Leigh, Ken Loach et plus de 600 artistes annoncent leur volonté de mettre un terme à leurs relations professionnelles et culturelles avec Israël :

” A partir de ce jour, nous n’accepterons ni les invitations professionnelles venant d’Israël ni les financements des organisations liées à son gouvernement, et ce, jusqu’à ce que le pays respecte les lois internationales et les principes universels des droits de l’homme. Depuis la guerre de Gaza l’été dernier, les Palestiniens n’ont bénéficié d’aucun répit dans les attaques incessantes d’Israël sur leur sol, leurs moyens de subsistance et leur existence politique.

Comme le rappelle l’ONG israélienne B’Tselem, ‘2014 a été l’une des années les plus cruelles et meurtrières dans l’histoire de l’occupation’. La catastrophe palestinienne continue.”

D’abord publiée via le site de l’association Artists for Palestine UK, la pétition regroupe aujourd’hui des artistes et travailleurs culturels déterminés à “soutenir le combat mené par le peuple palestinien pour la liberté, la justice et l’égalité”. L’association britannique présente son action comme un “geste non-violent” pour apporter son “soutien aux Palestiniens piégés à Gaza”.

Dans une déclaration disponible sur le site officiel d’Artists for Palestine UK, Brian Eno dit avoir longuement réfléchi avant de prendre la décision de rejoindre le mouvement pour le boycott culturel d’Israël : “Je pense que la majorité des Israéliens se contrefiche totalement de notre présence ou de notre absence de leur territoire. Quel est l’objectif, me direz-vous ? Il s’agit d’envoyer un message clair : nous ne jouerons plus dans ce pays car cela reviendrait à accepter cette situation, à soutenir le status quo.” Conscient du risque de “transformer la culture en en arme politique”, Eno justifie sa position par la peur d’un danger encore plus grand, celui de “voir les bénéfices générés par la culture réinvestis dans l’arsenal israélien”.

Comme le rappelle Dazed, à l’instar de Brian Eno, certains signataires comme Ken Loach sont des soutiens de longue date de la cause palestinienne. L’été dernier, le réalisateur de Kes ou de Looking for Eric s’était déjà prononcé en faveur d’un “boycott absolu de tous les événements culturels soutenus par le gouvernement israélien”.