Microsoft ne devrait pas financer l’espionnage israélien contre les Palestiniens

samedi 9 novembre 2019
popularité : 1%

Le fait que des militants palestiniens se couvrent le visage lors de rassemblements anti-israéliens est une vieille pratique qui a duré des décennies. Le masquage du visage, souvent par des keffieh – des foulards traditionnels palestiniens qui ont grandi pour symboliser la résistance palestinienne – est loin d’être une déclaration de mode. Au lieu de cela, il s’agit d’une technique de survie ; sans elle, les militants risquent d’être arrêtés lors de raids nocturnes ultérieurs ; parfois même assassiné.

Dans le passé, Israël utilisait les technologies de base pour identifier les Palestiniens qui participaient aux manifestations et mobilisaient la population dans diverses activités populaires. Les séquences télévisées ou les photos de journaux ont été soigneusement déchiffrées, souvent avec l’aide de collaborateurs d’Israël dans les Territoires occupés, et les « coupables » seraient identifiés, convoqués pour rencontrer des agents du renseignement du Shin Bet ou arrêtés à leur domicile.

JPEG - 170.3 ko
Cette technique ancienne a finalement été remplacée par une technologie plus avancée, par d’innombrables images transmises directement par des drones israéliens – le produit phare de « l’industrie de la sécurité » israélienne. Des milliers de Palestiniens ont été arrêtés et des centaines ont été assassinés ces dernières années à la suite de données de drones, analysées à l’aide du logiciel de reconnaissance faciale en plein essor en Israël.

Si, par le passé, les militants palestiniens tenaient à garder leur identité cachée, ils ont maintenant des raisons beaucoup plus impérieuses de garantir le secret complet de leur travail. Compte tenu du partage d’informations entre l’armée israélienne et les colons juifs illégaux et leurs milices armées en Cisjordanie occupée, les Palestiniens font face à la double menace d’être pris pour cible par des colons armés ainsi que par des soldats israéliens.

Certes, s’agissant d’Israël, une réalité aussi sinistre n’est guère surprenante. Mais ce qui est vraiment dérangeant, c’est l’implication directe de sociétés géantes du monde entier, comme Microsoft, dans la facilitation du travail de l’armée israélienne, dont le seul objectif est d’écraser toute forme de dissidence chez les Palestiniens.

Microsoft est fier d’être un chef de file en matière de responsabilité sociale des entreprises (RSE), soulignant que « la vie privée (est) un droit humain fondamental ».

Le géant du logiciel basé à Washington a consacré beaucoup d’attention, du moins sur papier, à la question des droits de l’homme. « Microsoft s’engage à respecter les droits de l’homme », affirme la Déclaration mondiale des droits de l’homme de Microsoft . « Pour ce faire, nous exploitons le pouvoir bénéfique de la technologie afin de contribuer à la réalisation et au maintien des droits de l’homme partout dans le monde. »

En pratique, toutefois, les propos de Microsoft ne concordent guère avec son action, du moins lorsque ses maximes sur les droits de l’homme sont appliquées aux Palestiniens occupés et assiégés.

[…]

Par le biais de sa branche de capital-risque M12, Microsoft aurait investi 78 millions de dollars dans la start-up israélienne qui « utilise la reconnaissance faciale pour surveiller les Palestiniens sur toute la Cisjordanie, malgré l’engagement public du géant de la technologie à éviter d’utiliser cette technologie si elle empiète sur les libertés démocratiques ».

AnyVision avait développé un logiciel appelé « surveillance tactique avancée », baptisé « Better Tomorrow », qui, selon une enquête menée conjointement par NBC News-Haaretz, « permet aux clients d’identifier les individus et les objets dans tout flux vidéo en direct, comme une caméra de sécurité ou un smartphone, puis de suivre les cibles à mesure qu’elles se déplacent entre différents flux. »

Aussi inquiétant que puisse paraître la mission de « Better Tomorrow », elle se fixe un objectif véritablement sinistre en Palestine. « Selon cinq sources proches du sujet », a écrit la journaliste Solon, « la technologie de AnyVision alimente un projet de surveillance militaire secret dans toute la Cisjordanie ».

« Une source a déclaré que le projet était surnommé « Google Ayosh », « Ayosh » désignant les territoires palestiniens occupés et « Google » indiquant la capacité de la technologie à rechercher des personnes. »

AnyVision, dont le siège est en Israël, compte plusieurs bureaux dans le monde, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni et à Singapour. Compte tenu de la nature du travail d’AnyVision et du lien intrinsèque entre le secteur de la technologie israélien et l’armée du pays, on aurait dû supposer que le logiciel de l’entreprise était probablement utilisé pour traquer les dissidents palestiniens.

En juillet, le journal israélien Haaretz a déclaré : « AnyVision participe à deux projets spéciaux d’assistance à l’armée israélienne en Cisjordanie. L’une concerne un système qu’elle a installé aux points de contrôle de l’armée et que traversent chaque jour des milliers de Palestiniens qui se rendent au travail en se rendant de la Cisjordanie à leur emploi ».

D’anciens employés d’AnyVision ont parlé à NBC News de leurs expériences avec la société, l’un d’entre eux affirmant même qu’il/elle « n’avait vu aucune preuve que des considérations éthiques avaient conduit à des décisions commerciales » dans la société.

Les rapports alarmants ont appelé de fortes protestations d’organisations de défense des droits de l’homme, y compris l’Union américaine des libertés civiles (ACLU).

Hélas, Microsoft a continué à soutenir le travail de AnyVision sans entrave.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft est pris au piège de son soutien à l’armée israélienne ou critiqué pour d’autres pratiques contraires à l’éthique.

Contrairement à Facebook, Google et d’autres, qui sont constamment accusés d’avoir violé les règles de confidentialité ou permis à la politique d’influencer leur programme éditorial, Microsoft a été laissé en grande partie en dehors des controverses. Mais, comme le reste, Microsoft devrait être tenu pour responsable.

Dans sa « Déclaration sur les droits de l’homme », Microsoft a déclaré respecter les droits de l’homme sur la base de conventions internationales, à commencer par la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies.

En occupant et en opprimant les Palestiniens, Israël viole tous les articles de cette déclaration, à commencer par l’article 1 qui dispose que « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », et notamment l’article 3 : « Toute personne a droit à la vie, la liberté et la sécurité de la personne. »

Il faudra plus que des liens hypertextes à un document de l’ONU pour montrer le respect véritable et sincère des droits de l’homme.

En effet, pour une entreprise jouissant d’une grande popularité dans tout le Moyen-Orient et en Palestine même, un premier pas inévitable vers le respect des droits de l’homme consiste à se désengager immédiatement d’AnyVision, avec des excuses pour tous ceux qui en ont déjà payé le prix pour cette menaçant
e technologie israélienne.

Article de Ramzy Baroud, publié le 4 novembre 2019
Source : Middle East Monitor – Traduction : Collectif Palestine Vaincra


Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur