Pour le chef d’orchestre Daniel Barenboïm : il est absolument essentiel de reconnaître l’État de Palestine

dimanche 16 décembre 2018
popularité : 1%

Le chef d’orchestre et Messager pour la paix des Nations Unies, Daniel Barenboïm, a rencontré, vendredi, à New York, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres. Au micro d’ONU Info, le maestro a indiqué avoir surtout abordé la question du conflit israélo-palestinien, et souligné la nécessité de reconnaître au plus vite l’État de Palestine.

« Nous avons parlé, surtout du conflit israélo-palestinien, sur lequel nous sommes du même avis. Nous sommes assez pessimistes à court terme, il faut garder l’espoir à long terme », a-t-il déclaré.

JPEG - 37.5 ko

« On ne peut pas attendre du peuple palestinien, qui a été occupé plus de 50 ans, d’aller négocier avec son oppresseur », a ajouté Daniel Barenboïm.

Le maestro, créateur en 1999 de l’orchestre West-Eastern Divan Orchestra - qui au fil des ans a réussi la prouesse de faire jouer ensemble près de 1.000 musiciens palestiniens et israéliens - a fait valoir que le conflit israélien-palestinien ne peut se résoudre militairement ou politiquement.

« Il y a deux peuples qui sont profondément convaincus d’avoir le droit de vivre sur le même petit morceau de terre, si possible sans l’autre », a affirmé Daniel Barenboïm, qui a estimé que la solution passe avant tout par un début d’acceptation mutuelle.

Abordant son mandat de Messager pour la paix des Nations Unies qu’il occupe depuis septembre 2007, le maestro a estimé que l’impact de son action n’a pas été assez fort. Selon lui, « le monde semble plus intéressé par les conflits que les solutions aux conflits », comme c’est le cas notamment en Syrie et du Yémen.

« On vit dans une période d’épidémie internationale, et il faut en sortir », a-t-il conclu.


[*Notre article du 25 juillet 2018*]

Le chef d’orchestre s’est insurgé contre le vote d’une loi définissant Israël comme un État-nation juif. Dans le journal Haaretz, il estime que « c’est clairement une forme d’apartheid ».

JPEG - 17.1 ko Daniel Barenboim dirigeant le West-Eastern Divan Orchestra, © Getty / Jakubaszek

Daniel Barenboim adresse une critique violente contre Israël. Dans un édito pour le journal Haaretz, il affirme qu’il a « honte d’être Israélien ». Le chef d’orchestre s’insurge contre la loi définissant « Israël comme l’État-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l’autodétermination ». Le texte a été voté à la Knesset, le parlement israélien, le 19 juillet. Il retire également le statut de langue officielle à l’arabe, pour ne laisser que l’hébreu, faisant des Arabes des citoyens « de seconde zone ».

Pour Daniel Barenboim, « c’est clairement une forme d’apartheid ». Le chef d’orchestre s’est engagé plusieurs fois pour l’apaisement des tensions au Proche-Orient par le biais de la musique, notamment en créant, avec Edward Saïd, un orchestre réunissant de jeunes musiciens arabes et juifs, le West-Eastern Divan Orchestra.

Daniel Barenboim, musicien cosmopolite
Détenteur de passeports argentin, espagnol, israélien et palestinien, le chef d’orchestre, né à Buenos Aires, se désole que « le principe d’égalité et de valeurs universelles soit remplacé par le nationalisme et le racisme ». Il rappelle qu’en 2004, il avait prononcé un discours à la Knesset, décrivant la déclaration d’indépendance comme « une source d’inspiration permettant de croire en des idéaux ». Quatorze ans plus tard, Daniel Barenboim pose cette question dans son édito : « l’indépendance de l’un a-t-elle un sens si elle se fait au détriment des droits fondamentaux de l’autre ? »

source : France Musique le 23 juillet 2018

lire aussi

Daniel Barenboim appelle à la reconnaissance internationale de la Palestinehttp://www.assopalestine13.org/spip...