Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Calendrier > C. Hessel et L.Shahid à Ales

C. Hessel et L.Shahid à Ales

lundi 31 octobre 2016

À la Médiathèque Alphonse Daudet ALES
vendredi 4 novembre à18h30 :
Gaza j’écris ton nom

Conversation entre Christiane Hessel Chabry et Leila Shahid autour de l’engagement de Christiane auprès des enfants de Gaza.

Christiane Hessel Chabry Épouse de Stéphane Hessel décédé en 2013, Christiane Hessel Chabry est présidente d’honneur de l’association EJE (Les Enfants, le Jeu, l’Éducation), antenne palestinienne du réseau international La Voix de l’Enfant, longtemps dirigée par Martine Brousse et dont la porte-parole est Carole Bouquet. C’est dans ce cadre qu’elle a été appelée à voyager régulièrement dans les territoires occupés de Palestine, et notamment à Gaza. Suite à ces séjours dans la Bande de Gaza, le15 janvier 2009, Stéphane Hessel déclarait à propos de l’offensive israélienne qui venait de s’achever : « En réalité, le mot qui s’applique – qui devrait s’appliquer – est celui de crime de guerre et même de crime contre l’humanité. Mais il faut prononcer ce mot avec précaution, surtout lorsqu’on est à Genève, le lieu où siège un haut- commissaire pour les droits de l’homme, qui peut avoir là-dessus une opinion impor tante. Pour ma part, ayant été à Gaza, ayant vu les camps de réfugiés avec des milliers d’enfants, la façon dont ils sont bombardés m’apparaît comme un véritable crime contre l’humanité. » Christiane Hessel nous donne un témoignage bouleversant sur la situation de la population de la Bande de Gaza avec : Gaza, j’écris ton nom. Elle a également écrit, avec Ababacar Diop : Dans la peau d’un sans-papiers.

Leïla Shahid, Née au Liban de parents Palestiniens exilés sous la Nakba, Leïla sera très tôt fascinée par la capacité des réfugiés Palestiniens à organiser leur existence, à prendre leur société et leur destin en mains dans les camps du Liban. C’est dans ce contexte qu’elle étudiera l’anthropologie. En1982, le19 septembre, elle sera parmi les premières personnes, avec Jean Genêt, à entrer dans le camp de Chatila où pendant trois jours et trois nuits les forces armées libanaises du parti phalangiste se sont livrées au massacre de la population civile, avec la complicité active de l’armée israélienne sous le commandement d’Ariel Sharon, faisant des centaines de morts. Le président Arafat lui demandera de représenter la Palestine en Europe, et elle occupera successivement, à partir de1989, le poste de déléguée générale de la Palestine en Irlande, aux Pays-Bas, en France de1993 à 2005, puis d’ambassadeur de la Palestine auprès de l’Union Européenne, de la Belgique et du Luxembourg jusqu’en 2015 date à laquelle elle prend sa retraite professionnelle. Elle dira à Baudoin Loos, journaliste belge qui l’interroge alors : « Ça ne veut pas du tout dire que je prends ma retraite de la Palestine, ni de sa cause ! J’ai envie de faire plein d’autres choses que je n’avais pas la possibilité de faire tant que j’étais ambassadeur, je dirais plus dans le domaine culturel, artistique, social et politique, mais plutôt avec la société civile, en Palestine et dans la diaspora. » À plusieurs reprises elle a attiré l’attention des Français et des Européens sur les dangers d’un Proche-Orient s’enfonçant dans le drame et sur les quartiers dits « sensibles » en France qui s’embrasaient. En 2015 Leila Shahid a décidé d’adhérer à notre groupe local dont elle est membre d’honneur.