Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Un premier mai solidaire des prisonniers palestiniens

Un premier mai solidaire des prisonniers palestiniens

lundi 1er mai 2017

Nous serons dans la manifestation du 1er mai ce lundi à 10h30 au Vieux port à Marseille
Nous réaffirmerons notre solidarité avec les prisonniers palestiniens dans la lutte pour leurs droit et leurs dignité, nous serons à l’unisson des manifestations en Palestine, en Israël et dans le monde entier.
Nous distribuerons le tract suivant :


et nous ne sommes pas seuls

* En palestine : Les Palestiniens manifestent en soutien aux prisonniers en grève de la faim

Manifestation de solidarité avec les prisonniers palestiniens à Bethleem le 17 avril 2017. REUTERS/Ammar Awad

Des portraits de prisonniers sont brandis haut dans le ciel par les familles de détenus rassemblées à Ramallah. Mahmoud Zayeh lui, presse la photo de son fils contre sa poitrine. « Il a été arrêté il y a 15 ans, ici à Ramallah, il s’appelle Majd Zyadeh », détaille-t-il.

D’une voix chevrotante, Fadwa Barghouti prend le micro pour dénoncer les conditions de détention des 6 300 palestiniens incarcérés en Israël. La femme de Marwan Barghouti, le dirigeant emblématique du Fatah condamné à la prison à vie qui a lancé ce mouvement ne cache pourtant pas ses craintes. « Je suis inquiète, très inquiète, pas seulement pour mon mari mais pour tous les prisonniers, explique-t-elle. Mais les familles des détenus se reposent sur moi, il faut que je sois forte. »

* A Jérusalem

* A Gaza

Solidarité de Gaza avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim.
Message de Ziad Medoukh de Gaza

* La CGT solidaire des prisonniers politiques palestiniens

À la veille de ce 1er Mai 2017, la CGT tient à exprimer sa solidarité avec les prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim depuis le 17 avril consacré comme « jour de solidarité avec les détenus palestiniens dans les prisons israéliennes ».
Ils sont aujourd’hui environ 1500 et leur seule revendication est que leurs conditions de détention respectent strictement les droits humains, conformément au droit international.
Depuis 11 jours, la seule réponse des autorités israéliennes a été la répression : mesures disciplinaires, mise en cellule d’isolement, interdiction d’accès des avocats à leur client, suppression des visites des familles, dispersion des grévistes dans d’autres prisons.
Mais, une grève générale de solidarité avec les grévistes de la faim s’est étendue aujourd’hui dans toutes les villes de la Cisjordanie occupée.
Dans le centre de Ramallah, siège de l’Autorité palestinienne, les rues étaient vides, les rideaux de fer baissés et fermés par des cadenas.
Les observateurs des médias internationaux constatent un mouvement d’une ampleur « sans précédent depuis des années ». « Tous les secteurs palestiniens, comme les transports, les boulangeries, les magasins, l’ensemble du secteur privé et des institutions commerciales participent. »
Au début du mois de mars, une large délégation syndicale internationale dont faisait partie la CGT s’est rendue dans la région pour soutenir les travailleurs et leurs syndicats.
La CGT les salue tous dans cette vaste action de solidarité.
La CGT considère qu’une solution politique n’est pas envisageable sans la libération des prisonniers politiques. C’est pourquoi elle appelle les autorités françaises à agir pour faire cesser les mesures répressives des autorités israéliennes contre les grévistes et satisfaire leurs légitimes revendications humaines.
Montreuil, le 27 avril 2017

* Manifestation à Londres en solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim

Des centaines de manifestants se sont rassemblés samedi devant la représentation de l’occupant israélien à Londres pour exprimer leur solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim et dénoncer les conditions de leur détention.

Brandissant des drapeaux palestiniens et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « liberté pour les prisonniers politiques palestiniens », ou encore, « libérez la Palestine », les manifestants ont appelé à la fin de l’occupation israélienne des terres palestiniennes et dénoncé la politique de l’apartheid pratiquée par l’occupant israélien à l’encontre du peuple palestinien.

La manifestation a été organisée par plusieurs associations britanniques, notamment la Campagne de solidarité avec la Palestine « Palestine Solidarity Campaign » (PSC) et le « forum britannique pour la Palestine », ainsi que la communauté palestinienne établie au Royaume-Uni et des défenseurs des droits de l’Homme.

* A Paris, beau rassemblement parisien en soutien aux prisonniers palestiniens !


Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi Place de la République à Paris, en soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim. Beau rassemblement unitaire, et rendez-vous pris pour défiler tous ensemble ce lundi 1er mai et faire connaître à tous les manifestants la lutte héroïque des résistants palestiniens !

* Les Sénégalais aux côtés des prisonniers palestiniens

Au Sénégal, l’Etat a toujours été du côté du peuple palestinien. Ce mardi 18 avril, des personnalités politiques et de la société civile se sont réunies à la maison de la presse pour rappeler ce soutien.

A la tribune, le professeur Diallo Diop, héritier de Cheikh Anta Diop, a lu la déclaration du député Marwan Barghouti, activiste, symbole de cette lutte pour la Palestine, considéré au contraire par Israël, qui l’a condamné à la prison à perpétuité en 2004, comme un terroriste.

Seydi Gassama, directeur d’Amnesty International au Sénégal, a rappelé le soutien national aux prisonniers palestiniens. « On tue à petit feu un peuple, même si Israël constituait le premier bailleur de fonds du Sénégal, je crois que ce peuple est prêt à renoncer à l’argent d’Israël. »

Pour comprendre les souffrances endurées par les prisonniers, Sawat Ibraghith, ambassadeur de l’Etat palestinien au Sénégal, a évoqué les vingt-huit années de détention de Mandela. « Nous avons une trentaine de prisonniers qui ont dépassé la durée de Nelson Mandela. »

Le Sénégal a toujours défendu le peuple palestinien. Un collectif de jeunes, représenté ici par Ansoumana Sané, demande néanmoins à l’Etat d’aller plus loin. « Le Sénégal doit oser aborder ce problème. Nous appelons les élus nationaux à développer les visites d’échange avec l’Etat de Palestine. »

* Solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim : Allumage de bougies à l’ambassade de Palestine à Alger

L’ambassade de Palestine à Alger a organisé mercredi au niveau de son siège un allumage de bougies en signe de solidarité avec les prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes et qui sont en grève de la faim illimitée depuis le 17 avril courant, pour protester contre les pratiques…

Nous recevons chaque semaine un message de Murad Shtaiwi de Kafr Kaddum, près de Naplouse. Il nous informe du déroulement de leur manifestation hebdomadaire.

Cette semaine un message spécial à partager plus largement :

16 jours de grève de la faim
Les prisonniers Palestiniens symbolisent la mort et la dignité.
Karf Qudum a organisé cette marche hebdomadaire pour soutenir les Prisonniers, mais cette fois-ci nous avons organisé 3 jours de lutte : Jeudi, vendredi et Samedi ! Durant ces trois jours il est évident que les soldats de l’occupation israélienne voulaient "casser" ces actions de soutien. Des dizaines de soldats ont attaqué notre cortège avant même que notre marche commence. Ils ont tiré des balles réelles, des balles en caoutchouc, provoquant 8 blessés qui ont pu être soignés sur place.
Cette fois encore, les prisonniers demandent de vivre dignement dans la prison !
Leur demande est conforme au droit international pour les prisonniers de guerre

J’ai été prisonnier.

J’ai connu, j’ai vu comment on vit en prison. J’ai vu de mes propres yeux ! Comment la nuit, en pleine nuit, ils nous réveillaient en criant, en donnant des coups de pieds dans les portes, comment en hiver ils nous sortaient de nos cellules, couchés sur le sol, dans le froid, sous la pluie...
Je n’oublierai jamais...Mes enfants venaient me voir...Je ne pouvais les toucher...Je les voyais de l’autre côté de le vitre... Aucun contact possible...
Je n’oublierai jamais comment ils nous transportaient vers une autre prison ...Comme du bétail...Un court trajet qui aurait pu durer 2 heures et qui durait 16 heures !!!
Un voyage infernal...
S’il vous plait ! Soutenez nos prisonniers dans cette lutte !
Merci
Murad