Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Algérie-Palestine : Création de l’Association de fraternité

Algérie-Palestine : Création de l’Association de fraternité

lundi 5 juin 2017

L’Association de fraternité algéro-palestinienne vient d’être créée à Alger pour le raffermissement des liens de fraternité et de solidarité entre les deux peuples et le soutien des Palestiniens et leur lutte contre l’occupation. Lors de la réunion constitutive tenue sous le slogan « l’Algérie avec la Palestine qu’elle ait tort ou raison », le président de l’Association, Achour Moussa, a affirmé que « la cause palestinienne demeure la cause sacrée de tous les hommes épris de liberté à travers le monde », s’engageant à œuvrer davantage à l’intensification des efforts pour soutenir le peuple palestinien, notamment les détenus en grève de la faim dans les prisons de l’occupant, qui font face à l’injustice avec des ventres vides.

Revenant sur les relations étroites et séculaires entre l’Algérie et la Palestine,
M. Achour a rappelé que l’Algérie a été le premier pays à abriter le bureau de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1988 et que la proclamation de l’Etat palestinien a eu lieu depuis Alger.


De son côté, le représentant de l’ambassade de Palestine s’est félicité de cette initiative, exprimant le souhait qu’elle constitue « un levier pour la consolidation des relations historiques entre les deux pays ».
« Les relations entre l’Algérie et la Palestine dépassent le cadre officiel et ne peuvent, de par leur ancrage populaire, culturel et de lutte, être restreintes à un cadre, à une structure ou à une organisation », a-t-il ajouté. Concernant les détenus palestiniens en grève de la faim, le diplomate palestinien a précisé que leurs revendications sont principalement d’ordre humanitaire et que le traitement que leur réserve l’occupant est contraire aux lois internationales, appelant la communauté internationale et les organisations des droits de l’homme à soutenir ces détenus qui « souffrent de l’injustice de l’occupant et de la politique de deux poids, deux mesure en matière de droits de l’homme ».
source : le temps d’Algérie