Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Gaza ne peut plus attendre ! Signez et faites signer la pétition au (...)

Gaza ne peut plus attendre ! Signez et faites signer la pétition au président de la république

mercredi 12 juillet 2017

On ne peut plus attendre ! Vous avez vu les nouvelles qui nous parviennent de Gaza ? 321 enfants souffrant de mucoviscidose sont en train de mourir tour à tour en ce moment, parce que les frontières sont hermétiquement fermées, et leur médicament inaccessible depuis un mois !
IL Y A URGENCE ! Signez et faites signer cette pétition adressée au président de la République, s’il vous plait ! Nous devons tous concourir à la levée de ce siège immoral et illégal, en interpellant nos députés, nos élus et tous ceux qui disent nous représenter.

URGENCE HUMANITAIRE A GAZA : LEVÉE DU BLOCUS !

Gaza vit une crise humanitaire sans précédent : près de 2 millions de civils enfermés dans une petite bande de terre de 40 km sur 10, privés d’électricité, d’eau potable et de médicaments, des enfants en train de mourir chaque jour, à cause d’un blocus inhumain qui dure depuis 10 ans !

Cela n’est pas acceptable, et nous demandons au gouvernement français d’intervenir pour obtenir la levée immédiate de ce siège immoral et illégal contre une population entière prise en otage.

En raison de ce blocus imposé par Israël, 43 % de la population est condamnée au chômage et plus de 50 % des Palestiniens de Gaza dépendent exclusivement de l’aide humanitaire pour leurs besoins alimentaires de base.

Quelque 200 médicaments considérés comme indispensables (antibiotiques, anti-inflammatoires, médicaments contre l’hypertension, le diabète, les chimiothérapies...) sont complètement introuvables depuis des mois. Des milliers d’adultes et d’enfants, dont les 321 atteints de mucoviscidose, sont en train de mourir dans l’attente de traitement, ou d’un transfert systématiquement refusé, atteste l’ONG israélienne de médecins “Physicians for Human Rights”.

Dans l’hôpital Abd al-Aziz, une fillette tient une banderole avec l’inscription "sauvez les malades atteints de mucoviscidose, à côté d’un lit où se trouve un enfant souffrant de cette maladie

Les infrastructures sont exsangues. La reconstruction des immeubles, écoles, hôpitaux, détruits par les bombardements israéliens de 2014 qui ont fait 2160 victimes, dont 570 enfants, sont au point mort, en raison du blocus qui empêche les matériaux d’entrer.

Des pêcheurs sont chaque semaine blessés, voire tués, et la pêche est interdite par la puissance occupante dans les eaux de Gaza, au-delà de quelques miles, au mépris du droit maritime international.

La nouvelle réduction d’approvisionnement en électricité (seulement 2 à 3 H par jour !) a des conséquences particulièrement dramatiques. Après avoir détruit la principale centrale électrique de Gaza à l’été 2014, l’occupant israélien ne vend plus à Gaza que 10% de l’électricité dont elle a besoin. Et il empêche, avec la collaboration du régime égyptien, l’entrée de tout matériel, y compris celui qui pourrait permettre à Gaza d’accéder à des énergies renouvelables.
Résultat :

La plupart des hôpitaux ont cessé d’opérer. Les bébés et les dialysés reliés à des appareils électriques meurent.

Les eaux d’égout ne peuvent plus être assainies faute d’essence et d’électricité. Le risque d’infections et d’épidémies inquiète.

95 % de l’eau n’est pas potable, selon l’OMS.
La pollution de l’air s’accroit avec la multiplication de générateurs fonctionnant au diesel, ainsi que les incendies liés à l’utilisation de bougies dans les foyers.


Le journaliste israélien, Gideon LEVY, s’alarme : « Les habitants de Gaza sont les sujets d’une expérience : peuvent-ils survivre avec une heure d’électricité par jour ? Est-ce que 10 minutes ne suffiraient pas ? Et s’ils résistent en envoyant la moindre roquette, le signal sera lancé pour les bombarder à nouveau ».


Nous ne pouvons pas nous rendre complices de cette barbarie. 
Nous exigeons la levée immédiate du blocus inhumain de Gaza, qui martyrise deux millions d’hommes, de femmes et d’enfants. 
Personne ne pourra dire "nous ne savions pas", et encore moins le gouvernement français, qui a jugé bon d’inviter le responsable en chef de ce crime.

> PREMIERS SIGNATAIRES : Dominique Lesparre, (Maire de Bezons), Azzedine Taibi (Maire de Stains), Slimane Rabahallah (Maire adjoint de Saint-Denis), Christian Leduey (Président de Bezons West Bani Zaïd), Olivier Le Cour Grandmaison (Historien et écrivain), Carole Sandrel (Journaliste, Enfant cachée pendant la guerre, dont les parents ont été exterminés), Alain Brossat (Philosophe et écrivain), Fethi Chouder, (Maire adjoint d’Aubervilliers), Mgr Jacques Gaillot (Evêque de Partenia), Odile Tobner (Historienne et auteure), Christine Delphy (Militante féministe et auteure), Jacques-Marie Bourget (Journaliste), Xavier Renou (Fondateur de « Désobéir » ), Jean-Claude Amara (Porte parole de Droits devant !!), Olivia Zémor (Présidente de CAPJPO-EuroPalestine).

Si ce texte vous convient, merci signerici :
https://www.change.org/p/pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-urgence-humanitaire-%C3%A0-gaza-lev%C3%A9e-du-blocus