Richard Falk : « La Palestine n’est pas une cause perdue, et voici pourquoi »

, popularité : 2%

Richard Falk, qui a été rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens relate un entretien qu’il a eu avec l’ambassadeur de France auprès des Nations Unies à la fin de son mandat de rapporteur.

« Regardons les choses en face : le conflit est terminé, Israël a gagné, les Palestiniens ont été vaincus, on ne peux rien y faire. Ça ne me fait pas plaisir, mais c’est la réalité. On devrait passer à autre chose. »

La réponse de M. Falk à cette affirmation défaitiste de l’ambassadeur français et qui ne laisse aucun espoir est profondément perspicace :

« La Palestine n’est pas une cause perdue, et même si c’était une cause perdue du point de vue du réalisme, un engagement continu envers elle est grandement préférable à une résignation défaitiste et à l’indifférence à l’égard d’une issue si grossièrement injuste, d’une lutte si épique. »

« Ma conviction profonde c’est que la défaite apparente des Palestiniens n’est qu’une illusion d’optique qui cache une défaite israélienne finale – c’est à dire que tandis qu’Israël gagne une guerre grâce à sa domination militaire et à l’imposition continue de ‘faits sur le terrain,’ la Palestine gagne ce qui, en fin de compte, est la guerre la plus importante, la lutte pour la légitimité qui est la plus susceptible de déterminer l’issue politique. »

En ce qui concerne la lutte pour la légitimité, Israël est aujourd’hui en train de perdre cette lutte.

Le prétendu « processus de paix » ayant atteint son terme et les véritables objectifs de colonisation de peuplement d’Israël en Palestine révélés pour ce qu’ils sont, l’offensive des militants contre la légitimité de l’existence d’Israël en tant qu’état juif apparaît plus que jamais au grand jour.

Premièrement, le vernis « d’état démocratique » d’Israël s’est largement fissuré, les preuves s’accumulant (provenant souvent de la bouche même des hommes et femmes politiques israéliens eux-mêmes) quant au degré de discrimination qu’Israël continue d’exercer à l’encontre de ses citoyens arabes palestiniens.

Dans son livre Israeli Apartheid : A Beginner’s Guide (Apartheid israélien : guide pour débutant), Ben White a mis en lumière l’apartheid d’Israël de l’intérieur. Le rapport onusien intitulé Les pratiques israéliennes envers le peuple palestinien et la question de l’apartheid va un peu plus loin et définit l’apartheid d’Israël comme étant un crime perpétré contre le peuple palestinien dans son ensemble.

Et si une telle remise en cause de la légitimité d’Israël demeure marginale en matière de politique occidentale, elle progresse dans la sphère publique en invoquant le droit international et les valeurs que l’Occident a lui même établies.

Egalement remis en question la légitimité de l’établissement d’Israël et la partition de la Palestine. La véritable histoire ne cesse de refaire surface en dépit de la propagande d’Israël depuis des décennies sur la façon dont il a été créé.

La naissance d’Israël est communément présentée comme une création des Nations Unies, à laquelle le monde était favorable, et que les cercles gouvernementaux états-uniens soutenaient. Toutes ces hypothèses sont manifestement erronées.

En réalité, si l’Assemblée Générale des Nations Unies a bien recommandé la création d’un état juif dans une partie de la Palestine, cette recommandation était non contraignante et n’a jamais été mise en œuvre par le Conseil de Sécurité.

Deuxièmement, l’Assemblée Générale n’a adopté cette recommandation qu’après que les partisans d’Israël eurent menacé et soudoyé de nombreux pays afin d’obtenir les deux tiers des votes requis.

En même temps qu’Israël dramatise sa propre délégitimation dans les médias en repoussant brutalement les protestants palestiniens, les revendications légitimes des palestiniens trouvent plus que jamais une expression sur la scène internationale par le biais de la campagne BDS dont le succès va grandissant, et qui est amplifié par le soutien de groupes juifs comme Jewish Voice for Peace (voix juive pour la paix) (JVP) and Jews for Palestinian Right of Return (Les juifs pour le droit au retour palestinien).

Mais surtout, les revendications légitimes des Palestiniens se fraient un chemin dans la conscience du monde grâce à leur ténacité indomptable, leurs sacrifices déchirants, et leur courage, décennie après triste décennie qu’aucun « fait sur le terrain » n’a ébranlé ou n’est susceptible d’ébranler.

Israël est un état voyou en voie d’être isolé sur le plan international en tant qu’état paria.

Rima Najjar
source : Chronique de Palestine - 14 avril 2018

Rima Najjar est une Palestinienne dont la famille du côté paternel vient du village de Lifta dans la banlieue ouest de Jérusalem, dont les habitants ont été expulsés. C’est une militante, chercheuse et professeure retraitée de littérature anglaise, Université Al-Quds, en Cisjordanie occupée.


Notre article du 10 février 2018

« Que la solution à deux États meure de mort naturelle ! »
Cet article est une version modifiée d’un article publié dans Middle East Eye le 1er janvier 2018. Il soutient que les défenseurs sincères de la paix entre les Israéliens et les Palestiniens devraient accorder la priorité à combattre l’apartheid plutôt que de vouloir ranimer un « processus de paix » style Oslo (toujours une imposture) ou de proclamer que l’objectif d’une Palestine indépendante et souveraine est réalisable sans d’abord démanteler les structures d’apartheid, qui asservissent le peuple palestinien dans son ensemble, afin de préserver l’exigence sioniste qui veut qu’Israël soit l’état du peuple juif (plutôt que de lui procurer un foyer à l’intérieur d’un État légitime et normal dont les fondements sont l’égalité ethnique et religieuse, les droits de l’homme, et les principes laïcs.)

En dépit des apparences, ceux qui, en Occident, ne veulent pas rejoindre le parti de la victoire israélienne prématuré et inconsidéré, se cramponnent à la solution à deux États au milieu d’appels à renouveler les négociations diplomatiques directes entre les parties afin de parvenir, pour reprendre le discours grotesque de Donald Trump, à « l’accord définitif ».

Israël montre de plus en plus en actes et en paroles, y compris ceux de B. Netanyahu, son opposition inconditionnelle à l’établissement d’une Palestine véritablement indépendante et souveraine.

Le projet d’expansion coloniale s’accélère, assorti de promesses de plusieurs personnalités politiques israéliennes qu’aucun colon ne serait jamais expulsé d’une implantation même si les logements illégaux habités par des juifs ne se trouvaient pas dans une colonie reconnue comme annexable par Israël au cas où un accord était conclu sur d’autres questions.

Cramponnés à la solution à deux États

Qui plus est Netanyahu, même s’il s’adresse parfois aux Occidentaux comme s’il était en faveur d’une reprise des négociations de paix, apparaît bien plus sincère lorsqu’il exige la reconnaissance d’Israël en tant qu’État du peuple juif comme condition préalable à toute reprise des pourparlers avec les Palestiniens ou lorsqu’il participe à l’accueil des zélotes pro-israéliens américains qui déclarent avec insistance que le conflit est terminé, et qu‘Israël mérite d’être consacré vainqueur.

Pour couronner le tout, la décision de D. Trump du 6 décembre de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y installer bientôt l’ambassade états-unienne, en réalité retire de futures négociations l’une des questions les plus sensibles, à savoir le statut et le partage de Jérusalem, bien qu’il prétendît dans son discours accompagnant sa déclaration laisser pour l’avenir la décision sur les limites et la répartition définitives de Jérusalem, trompeusement présentée comme restant ouverte à un accord que les parties devront conclure à une date ultérieure de leur choix.

Tout bien considéré, il semble temps de prendre en considération trois conclusions connexes.

1. Premièrement, les dirigeants israéliens ont rejeté la solution à deux États comme voie de règlement du conflit ;

2. Deuxièmement, Israël a créé des conditions, pratiquement irréversibles, qui font qu’il serait totalement irréaliste de s’attendre à la création d’un état palestinien indépendant ;

3. Troisièmement, D. Trump, plus encore que les présidents précédents, a visiblement pesé de tout son poids dans la diplomatie américaine en faveur des desiderata des dirigeants israéliens concernant la résolution de la lutte entre ces deux peuples vieille de plusieurs décennies.

Malgré ces obstacles, qui semblent en sceller le sort, de nombreuses personnes de bonne volonté attachées à la paix et aux compromis politiques, se cramponnent à la solution à deux états comme étant la voie la plus réaliste d’accéder à la paix.

Amos Oz, célèbre romancier israélien exprima récemment ce sentiment largement partagé au sein des partisans progressistes d’un Israël sioniste : « …malgré les revers nous devons continuer à œuvrer pour une solution à deux états. Elle demeure la seule solution pragmatique et réalisable à notre conflit qui a causé tant de souffrance et a versé tant de sang sur cette terre. »

Il n’est pas non plus négligeable que M. Oz ait fait cette déclaration en 2017 lors d’un appel de fonds de fin d’année en faveur de J-Street, la voix dominante du sionisme modéré aux États-Unis.

Ce que dit M. Oz, et ce que beaucoup pensent, c’est que la solution pour la Palestine passe nécessairement par l’existence d’un état juif indépendant souverain dans les frontières de 1967, base essentielle de tout accord global diplomatique et crédible.

Toute autre solution, en d’autres termes, ne serait ni « pragmatique, ni réalisable » selon M. Oz et bien d’autres. La raison en est rarement clairement exprimée, mais repose semble-t-il sur l’idée que le mouvement sioniste, dès sa création, cherchait un foyer pour le peuple juif qui ne pouvait être obtenu et correctement proclamé que sous la protection d’un état juif dont le cadre constitutionnel le placerait sous contrôle juif permanent.

Depuis de nombreuses années les dirigeants palestiniens reconnus internationalement partagent ce point vue, et lui ont accordé leur bénédiction officielle depuis la déclaration de l’OLP /CNP de 1988 qui envisageait de reconnaître Israël comme état légitime, à condition que l’occupation prenne fin, que les forces israéliennes soient évacuées, et que la souveraineté palestinienne soit établie dans la limite des frontières de 1967.

Il est à noter que cette reconnaissance conditionnelle palestinienne de l’état d’Israël accordait à ce dernier une délimitation territoriale significativement plus grande que celle que l’ONU avait proposée en guise de partage dans la résolution 181 de l’Assemblée Générale (ainsi Israël aurait 78% plutôt que 55% de tout le territoire sous Mandat britannique, laissant aux Palestiniens les 22% restants pour leur état.

Ce type de dénouement fut aussi adopté par l’Initiative de paix arabe de 2002 et dépeint avec assurance comme la solution sous la présidence Obama, et même adapté pour satisfaire les exigences israéliennes en matière de sécurité de façon à rendre cette solution attractive pour Israël.

Même le Hamas a souscrit à l’esprit de l’approche des deux états en proposant au cours de la dernière décennie un cessez-le-feu de longue durée, jusque 50 ans, pourvu qu’Israël mette un terme à l’occupation de Jérusalem-Est, de la Cisjordanie, et de Gaza. Si Israël acceptait, la situation qui en résulterait concrétiserait la solution à deux états sous la forme de deux états de fait : Israël et Palestine.

Il ne diffère de l’approche des deux états que dans la mesure où il refuse d’accorder à Israël la légitimité de jure ou de renoncer officiellement à la revendication palestinienne à toute la Palestine. Parmi les insuffisances de ces approches pour la paix axées sur des critères territoriaux, on peut citer la marginalisation des griefs de près de sept millions de Palestiniens qui vivent depuis des générations comme réfugiés ou exilés involontaires.
De sérieux doutes

Il y a au moins quatre problèmes, commodément passés sous silence par les partisans des deux États, chacun d’eux étant suffisamment grave pour susciter de sérieux doutes quant à la viabilité et l’attrait de la solution à deux états.

1. Le sionisme libéral a exposé sa conception d’un règlement diplomatique que ne partagent pas les gouvernements du Likoud les plus à droite, qui ont dominé la politique israélienne depuis le début du 21ième siècle ; l’objectif israélien impliquait une expansion territoriale, notamment par l’annexion d’une Jérusalem agrandie, et par le biais d’un réseau extensif de colonies de peuplement et de liaisons de transport en Cisjordanie , soutenue par la conviction fondamentale qu’Israël ne devrait pas établir de frontières définitives, tant que toute « la terre promise » telle que décrite dans la bible ne soit considérée comme faisant partie d’Israël. En fait, malgré une certaine fausse pudeur à s’engager dans un processus diplomatique, Israël n’a jamais vraiment souscrit à un engagement envers un état palestinien dans les frontières de 1967 fondé sur l’égalité des deux peuples.

2. Israël a créé sur le terrain des faits de grande ampleur qui contredisent définitivement son intention proférée de rechercher une paix durable sur la base de la solution à deux états ; ces faits nouveaux sont liés aux colonies de peuplement, au réseau routier reliant les blocs de colonies à Israël, aux références à Israël et à la Cisjordanie, rebaptisée ‘Judée et Samarie, ’comme appartenant à l’Israël historique ou biblique.

3. La solution à deux états, telle qu’envisagée par ses partisans, en fait, ne tient pas compte du calvaire de la minorité palestinienne en Israël, qui représente 20% de la population, soit environ 1,5 millions de personnes. Attendre d’une minorité non juive si importante qu’elle accepte l’hégémonie ethnique et les politiques et pratiques discriminatoires de l’état israélien est irréaliste, ainsi que contraire aux normes internationales des droits de l’homme. De ce point de vue fondamental, un état ethnique qui ne reconnaît qu’un seul peuple à l’exclusion de tout autre, est en vertu de ses propres proclamations et structures juridiques, un état illégitime du point de vue du droit international.

4. Au delà de cela, le maintien d’Israël par rapport au peuple palestinien opprimé et dépossédé n’a pu se faire qu’en mettant en place des structures de domination ethnique sur le peuple palestinien dans son ensemble, ce qui constitue le crime d’apartheid. Tout comme en Afrique du Sud, il ne peut y avoir de paix avec les Palestiniens tant que ces structures d ‘apartheid utilisées pour soumettre le peuple palestinien ne soient abandonnées et démantelées (y compris celles imposées aux réfugiés et exilés involontaires palestiniens) ; ceci ne se produira pas tant que les dirigeants et les citoyens israéliens ne renoncent à maintenir qu’Israël est exclusivement l’état du peuple juif, avec un droit de retour exclusif et illimité pour tous les juifs et d’autres privilèges fondés sur l’identité ethnique juive ; en réalité, le cœur de la lutte concerne des gens plutôt qu’un territoire comme dans l’approche des deux états.

Si nous écartons la solution à deux états comme non voulue par Israël, inacceptable d’un point de vue normatif pour les Palestiniens, irréalisable du point de vue diplomatique, et non conforme au droit international moderne, alors quoi ?

Il faut bien comprendre que, même si une volonté politique forte et inattendue, authentiquement dévouée à la mise en œuvre équilibrée de la solution à deux états émergeait , il serait fort improbable qu’elle fût réalisable.

Dans ce contexte critique, nous sommes contraints de faire de notre mieux pour répondre à cette question obsédante : « Existe-t-il une solution à la fois souhaitable et réalisable, même si elle n’est actuellement pas perceptible à l’horizon politique ? »

Démanteler les structures d’apartheid

Selon les lignes tracées il y a vingt ans par Edward Saïd deux principes primordiaux sont incontournables si l’on veut aboutir à une paix honorable et durable : les Israéliens doivent disposer d’un foyer juif au sein d’une Palestine reconfigurée et éventuellement renommée de façon neutre, et les deux peuples doivent concevoir une autorité constitutionnelle qui garantisse les principes cardinaux d‘égalité collective et de dignité humaine individuelle.

Pour mettre en œuvre une telle vision, il semblerait nécessaire d’établir un état laïc unifié avec peut-être deux drapeaux et deux noms, ce qui lui donnerait une certaine ressemblance à un état binational. Il existe de nombreuses variantes, la condition sine qua non étant le respect existentiel fort de l’égalité des deux peuples inscrit dans les structures institutionnelles et constitutionnelles de gouvernance.

Edward Saïd était également convaincu qu’il devait y avoir une sorte de reconnaissance formelle des crimes passés d’Israël contre les Palestiniens, qui pourrait prendre la forme d’une commission de paix et de réconciliation qui aurait pour mandat de réviser toute l’histoire du conflit.

Si l’approche sioniste progressiste semble irréalisable et inacceptable, cette conception prescrite comme solution de rechange préférée n’est-elle pas ‘une utopie non pertinente ‘ qu’il faudrait écarter de risque de susciter de faux espoirs ?

Si les Palestiniens devaient proposer une telle solution dans le climat politique actuel, il ne fait guère de doute qu’Israël soit l’ignorerait soit la traiterait avec dédain, et qu’une bonne partie du reste de la communauté internationale se moquerait, pensant que les Palestiniens vivent dans un pays des rêves, fruit de leur propre imagination.

Ceci semble être une prévision juste, malgré mon insistance à répéter que la proposition ici faite est une utopie pertinente, la seule voie réaliste vers une paix juste et durable. Il ne fait aucun doute que l’actuelle constellation de forces est telle qu’un rejet initial est à prévoir. Toutefois, si l’Autorité palestinienne devait présenter une telle vision sous forme d’une proposition soigneusement élaborée, ce serait une nouvelle base de discussion plus sensible aux conditions réelles d’existence auxquelles sont confrontés les Israéliens comme les Palestiniens.

La principale question éthique et politique qui se pose est de savoir comment créer un élan politique en faveur d’un état laïc partagé à égalité entre les Israéliens et les Palestiniens. A mon avis, cela ne peut se produire dans ce contexte que si le mouvement de solidarité internationale qui soutient actuellement la lutte nationale palestinienne parvient à exercer une pression suffisante sur Israël afin que les dirigeants de celui-ci recalculent leurs intérêts.

Le précédent sud-africain, quoique différent à bien des égards, est néanmoins instructif. Rares sont ceux qui imaginaient qu’une transition pacifique de l’Afrique du sud de l ‘apartheid à une démocratie constitutionnelle fondée sur l’égalité raciale fût possible avant son avènement.

Je pense qu’un phénomène comparable est envisageable en Israël/Palestine. Toutefois, il y aurait sûrement une série de facteurs qui caractériseraient la spécificité de cette dernière phase du processus de transition.

En politique, si la volonté politique et les capacités requises existent et se mobilisent, l’impossible peut se produire et se produit, comme ce fut le cas en Afrique du Sud et dans les luttes contre les régimes coloniaux européens au cours de la deuxième partie du 20ième siècle.

En outre, en l’absence de la politique de l’impossible il n’existe pas de voie qui mène à une paix et une justice authentiques pour les Palestiniens comme pour les Israéliens. Les immenses souffrances persisteront, et la normalité d’une paix existentielle reposant sur le vivre ensemble dans le respect mutuel, régi par une version démocratique, humaine, et mature de l’état de droit, garanti par l’équilibre des pouvoirs, et assurant les droits fondamentaux inscrits dans la constitution sera insaisissable.

Ce n’est qu’alors, que nous pourrions en qualité de citoyens pèlerins dévoués à la construction d’un ordre mondial centré sur l’être humain accorder notre bénédiction à une paix légitime qui trouve un équilibre existentiel entre valeurs éthiques et réalités politiques.

Richard Falk est professeur émérite, détenteur de la chaire Albert G Milbank de droit international à l’université de Princeton et chercheur à Orfalea Center of Global Studies. Il a aussi été rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme palestiniens. Pour consulter son blog.

Source : Invstig’Action
Images : Larissa Sansour


Notre article du 30 novembre 2017

Selon l’ancien rapporteur spécial de l’ONU dans les territoires palestiniens, le premier ministre israélien cherche à instaurer un système de domination « soft », plutôt que de permettre la création d’un Etat palestinien.

La publication, en mars 2017, par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (ESCWA en anglais), d’un rapport, « Les pratiques israéliennes envers le peuple palestinien et la question de l’apartheid », dénonçant le « régime d’apartheid » imposé par Israël au peuple palestinien, avait provoqué la polémique au sein de l’ONU. A la suite des critiques des ambassadeurs américain et israélien, son secrétaire général, Antonio Guterres, a demandé le retrait du rapport du site Web de l’ESCWA. Sa secrétaire exécutive, Rima Khalaf, a démissionné en signe de protestation, soutenue par les 18 gouvernements arabes qui composent l’ESCWA.

Richard Falk, professeur américain de droit international à l’université de Princeton (New Jersey) et ancien rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés (2008-2014), coauteur de ce rapport, revient sur ses conclusions et la polémique qu’elles ont suscitée.

Pourquoi comparer la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens et l’apartheid en Afrique du Sud ?
Le conflit israélo-palestinien est présenté comme un conflit territorial, dont le cœur de la dispute serait la fin de l’occupation. Or la querelle relève davantage d’un conflit entre deux peuples que d’un conflit de territoire. Tant que les deux peuples n’auront pas un statut égal, la paix ne sera pas établie. La formule pertinente est la fin de l’apartheid. Cela s’applique aux territoires occupés, mais aussi à la façon dont tout le peuple palestinien – réfugiés et citoyens d’Israël compris – sont administrés.
Le terme d’apartheid a été utilisé par des responsables politiques en Israël. Le premier ministre David Ben Gourion avait prévenu, en 1949, que si le problème de la Palestine n’était pas résolu, Israël deviendrait un régime d’apartheid. Les anciens premiers ministres Ehoud Olmert et Ehoud Barak ont également utilisé ce terme, alors que son usage à l’étranger est dénoncé comme relevant d’un discours incendiaire.

Comment justifier cette comparaison d’un point de vue juridique ?
La définition juridique de l’apartheid est la domination d’une race sur une autre, pour maintenir une structure de contrôle, par des actes inhumains.
Au départ, le mouvement sioniste voulait établir un foyer juif, mais l’Etat d’Israël a été fondé sur l’inégalité entre les juifs et les Palestiniens. Le défi sioniste était plus grand que celui du régime d’apartheid en Afrique du Sud : il entendait fonder un Etat à la fois juif et démocratique. Il fallait donc trouver un équilibre démographique. Depuis 1947, c’est-à-dire depuis l’expulsion de 750 000 Palestiniens et le refus de tout droit à leurs descendants, la politique israélienne vise à empêcher une majorité palestinienne, vue comme une menace, une « bombe démographique ». Cette préoccupation n’était pas présente en Afrique du Sud, où n’existait pas l’ambition
démocratique : chaque peuple devait se développer séparément. Israël suit une autre approche, qui est la politique de fragmentation et de division des Palestiniens par le refus du droit au retour, le contrôle militaire des différents territoires conquis après 1967 et d’autres tactiques envers la minorité palestinienne d’Israël.

L’aspect le plus problématique est que des juifs peuvent venir du monde entier, alors que des Palestiniens réfugiés à l’extérieur sont exclus. L’apartheid [en Israël] fonctionne sur un système de contrôle : occupation coercitive depuis cinquante ans, usage excessif de la force, tactiques administratives et punition collective pour faire de l’Etat juif une réalité immuable. Votre rapport a été vilipendé par Israël et les Etats-Unis, le secrétariat général des Nations unies s’en est désolidarisé et d’autres gouvernements ont jugé cette comparaison excessive...
C’est une question de jugement et d’interprétation. Si on se place du point de vue des victimes, il est difficile d’y voir une comparaison excessive. J’ai vécu cette souffrance en visitant les camps palestiniens pendant six ans comme rapporteur de l’ONU. J’ai trouvé chez ces gens une patience extraordinaire et une disposition à parvenir à un compromis.
En Israël, le sentiment qu’un compromis n’est plus nécessaire et que seul compte le rêve de l’Israël biblique va croissant. Les Israéliens veulent que les Palestiniens renoncent à un Etat en échange de droits économiques et de la paix. Le premier ministre Benyamin Nétanyahou veut maintenir ce statu quo ambigu : obtenir une paix relative tout en agrandissant les colonies. Le choix entre être juif ou démocratique doit être fait. Tout va dans le sens d’un choix en faveur d’un Etat juif, mais non démocratique. M. Nétanyahou évolue vers une démocratie non libérale.

La comparaison avec l’apartheid en Afrique du Sud n’a-t-elle pas pour effet d’empêcher le débat ?
Ceux qui soutiennent Israël sont réticents à s’engager dans un débat, car cela donne du crédit à ces accusations. Il n’y a aucun argument substantiel pour contrer nos conclusions. La question demeure : comment faire pour que ces deux peuples vivent ensemble dans une paix réelle ? Il faut mettre fin au système d’inégalité et s’attaquer à la structure de domination. L’expérience de l’Afrique du Sud est pertinente car son leadership (blanc) a dû recalculer son intérêt et libérer Nelson Mandela pour s’engager sur la voie d’une Constitution démocratique et la fin de l’apartheid.
Israël voudrait passer à un système de domination « soft », plutôt que de permettre la création d’un Etat palestinien. Or ce serait aussi une bonne chose pour le peuple juif que de sortir de ce système de domination. Il faut impliquer la partie dominante pour qu’elle accepte l’illégalité de cette inégalité.

Au bout de soixante ans, la lutte palestinienne a-t-elle encore un avenir ?
Le scénario d’Israël consiste à faire croire que sa force et les développements régionaux sont tels que la lutte palestinienne est une cause perdue. Ce raisonnement fonctionne auprès des gouvernements. Ils ignorent cependant l’influence croissante des sociétés civiles au détriment des Etats. C’est pourquoi Israël cible surtout l’agenda des activistes. Ce qui l’inquiète n’est plus la lutte armée, mais la campagne « Boycott, désinvestissement, sanctions » (BDS) qu’il cherche à délégitimer. C’est une guerre de légitimité qui se joue : qui va remporter la bataille de l’opinion ? De ce point de vue, les Palestiniens sont en train de gagner. Tous les mouvements de décolonisation ont gagné contre les armées. De leur côté, les Etats-Unis, comme Israël, n’arrivent pas à penser hors du cadre militaire. Or, ces cinquante dernières années, les conflits militaires ont souvent été gagnés par la partie la plus faible...

Le Hamas s’est engagé dans une réconciliation avec le Fatah, pensez-vous qu’il a changé ?
Je pense que le Hamas est sérieux dans sa volonté de parvenir à un cessez-le-feu de long terme avec Israël. Après les élections de 2006, il a ouvert des canaux de discussion avec les Etats-Unis pour parvenir à des accords. Il n’a pas abandonné l’idée d’une Palestine unifiée dans sa charte, mais il a abandonné le ton antisémite. Reste des éléments qui peuvent être vus par Israël comme une menace existentielle. Israël veut garder le Hamas dans la catégorie « terroriste ».

L’abandon de la lutte armée par les Palestiniens pour la voie diplomatique est-il le bon choix ?
Oui. En menant des attaques terroristes, c’est la force d’Israël qui est éprouvée alors que sa faiblesse réside dans la dimension morale et juridique du conflit. L’erreur des Palestiniens a été de ne pas le faire prendre cette voie dès après les accords d’Oslo.

Vous répétez que les Nations unies ont échoué à résoudre le conflit israélo- alestinien. A quoi sert l’ONU ?
L’ONU est très importante dans la guerre de légitimité. Elle détient l’autorité pour distinguer le bien du mal, le légitime de l’illégitime. En cela, elle continue à être importante. Mais elle ne peut pas modifier les comportements. Les Nations unies sont trop faibles pour exercer une pression indépendante hors d’un consensus géopolitique. En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, l’ONU, comme l’Europe, a un rôle mineur.

Etes-vous favorable à ce que les Etats-Unis jouent le rôle moteur dans les pourparlers de paix ?
La géopolitique a poussé les Palestiniens à accepter les Américains comme médiateurs alors qu’ils ne sont pas un intermédiaire équitable. Si vous avez une lutte entre deux parties, voulez-vous que l’allié le plus proche de l’un des camps soit le médiateur de ce conflit ? Les Palestiniens sont naïfs : ils ont accepté le processus d’Oslo, alors qu’il n’incluait même pas le droit à l’autodétermination.

Une solution diplomatique peut-elle encore être trouvée ?
M. Nétanyahou ne veut pas d’un accord. Il faut convaincre l’opinion publique israélienne que la paix est possible et souhaitable. Il faut créer les conditions pour l’égalité, abandonner les structures qui maintiennent l’inégalité et l’idée d’un Etat juif – ce qui ne signifie pas l’abandon de l’idée d’un foyer juif.

Vous soutenez la campagne BDS. Pour quelles raisons ?

Pour modifier le climat politique, il faut modifier le climat diplomatique. L’ancien président américain Barack Obama était en train d’évoluer à la fin de son mandat. L’Europe a un rôle à jouer. Avec Donald Trump, il n’y a aucune raison de penser qu’Israël se sentira pressé d’offrir quelque chose aux Palestiniens. Le seul débat en Israël est : doit-on formaliser notre contrôle sur la Cisjordanie et Gaza, ou rester dans ce statu quo ?
Je soutiens toute initiative non violente exerçant une pression sur le leadership israélien pour se conformer au droit international et évoluer vers une solution pacifique. La campagne BDS est un instrument efficace de pression dans une guerre de légitimité. Il y avait eu une campagne BDS très soutenue contre le régime sud-africain. Ses initiateurs n’ont jamais été attaqués comme le sont aujourd’hui ceux qui la mènent pour les Palestiniens. Le débat suscité en Israël confirme la menace que représente ce genre d’initiatives. Cela fonctionne déjà au point qu’Israël a tenté de délégitimer cette campagne en la taxant d’antisémitisme.

LE MONDE | 24.11.2017 à 12h43 | Propos recueillis par Hélène Sallon

voir aussi
Prof. Richard Falk a donné dimanche 17 septembre 2017 une conférence organisée par l’AURDIP et l’AFPS dans le cadre de la Fête de l’Humanité.


notre article du 7 septembre 2017
Richard Falk : « Le calvaire des Palestiniens dure depuis trop longtemps »
Entretien réalisé par Pierre Barbancey, par Mercredi, 13 Septembre, 2017 dans le journal l’Humanité

Vous avez publié un rapport sur « les pratiques d’Israël vis-à-vis du peuple palestinien et la question de l’apartheid » . Qui vous a demandé ce rapport et pourquoi ?

Richard FalkAncien rapporteur spécial des Nations unies pour la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniensRichard Falk La Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Cesao) m’a mandaté pour cette mission d’évaluation à la demande des membres du Conseil. Le professeur Virginia Tilley et moi-même étions sous contrat pour préparer un rapport qui vise à ouvrir le champ d’application du crime d’apartheid aux politiques et pratiques d’Israël, qui affectent tout le peuple palestinien et pas seulement ceux qui vivent depuis 1967 sous l’occupation israélienne. Ce rapport est inédit car il vise à étendre la notion d’apartheid au-delà des territoires occupés et à évaluer son champ d’application à l’ensemble des Palestiniens, ceux qui vivent dans les camps de réfugiés des pays voisins, ceux qui supportent depuis si longtemps leur exil forcé à l’étranger ainsi que la minorité palestinienne discriminée qui vit en Israël.

Quelles sont les conclusions de ce rapport ?

Richard Falk La conclusion la plus importante de ce rapport est, après un examen approfondi des éléments de preuve pertinents, qu’Israël est coupable du crime d’apartheid (comme défini par la convention internationale de 1976 sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid) à l’égard du peuple palestinien dans son ensemble. Le rapport s’appuie aussi sur le fait que les juifs et les Palestiniens sont qualifiés de « race », un terme utilisé de la même manière que celui de la convention internationale.

La deuxième conclusion importante est que le statut de Rome, qui gouverne la Cour pénale internationale, considère l’apartheid comme un des crimes contre l’humanité sans que cela présente forcément les mêmes caractéristiques que l’apartheid en Afrique du Sud, à l’origine du concept et du crime.

Une troisième conclusion est que vu l’existence de l’apartheid, établi pour maintenir un État juif en Palestine, tous les États souverains, les Nations unies et la société civile ont une responsabilité légale pour que la commission prenne toutes les mesures adéquates et non violentes pour mettre un terme à la perpétration de ce crime.

Une quatrième conclusion est que le rapport est une étude universitaire qui tire des conclusions et propose des recommandations sur la base d’une analyse légale mais n’est pas une entité juridique dûment habilitée pour établir officiellement qu’Israël est coupable de pratiquer une politique d’apartheid.

Quelles ont été les réactions ?

Richard Falk Ce rapport a suscité deux réactions contradictoires. Il a été reçu avec enthousiasme par la Cesao. On nous a même dit que c’était le rapport le plus important que cet organisme a jamais publié.

Au sein des Nations unies, le rapport et ses auteurs ont été attaqués de façon virulente par les représentants des États-Unis et d’Israël, avec une demande formulée aux Nations unies de le désavouer.

Le secrétaire général a ordonné à la directrice de la Cesao de retirer le rapport du site Internet. Elle a refusé et présenté sa démission de principe accompagnée d’une lettre ouverte dans laquelle elle expliquait ses raisons. Il faut souligner que, si ce rapport est un rapport d’universitaires spécialistes en droit international, il n’a jamais eu la prétention de refléter la position officielle des Nations unies. Le préambule du rapport expliquait bien la démarche.

Qu’est devenu ce rapport ?

Richard Falk Les statuts des rapports au sein de la Cesao ne sont pas clairs. À ma connaissance, le rapport lui-même n’a pas été rejeté par la Cesao. En fait, il a été approuvé par les 18 ministres des Affaires étrangères des pays de la Cesao, assorti d’une recommandation aux autres organismes de l’ONU de respecter les conclusions et les recommandations du rapport.

Israël prétend que le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) est antisémite. Quelle est votre réponse ?

Richard Falk C’est une allégation inappropriée et même absurde. La campagne de BDS est dirigée contre les politiques et pratiques d’Israël, qui violent le droit international et causent de grandes souffrances au peuple palestinien. Ça n’a absolument rien à voir avec une attitude hostile vis-à-vis des juifs en tant que personnes ou en tant que peuple. Cette insinuation vise clairement à discréditer le BDS et décourager toutes les personnes qui souhaitent apporter leur soutien ou participer aux activités du BDS. Le terme « antisémite » est malheureusement utilisé à tort et à travers et destiné à manipuler l’opinion publique et les politiques des gouvernements.

En France, vous pouvez être poursuivi en justice pour participation aux activités du BDS. Avez-vous connaissance de situations similaires dans d’autres pays ?

Richard Falk Je sais qu’en Europe et qu’en Amérique du Nord, on s’est efforcé de criminaliser toute sympathie pour le BDS, mais, à ma connaissance, aucune loi officielle n’existe encore et aucune inculpation ni poursuite hors d’Israël n’a été prononcée. Je ne sais d’ailleurs pas vraiment ce qui se passe en Israël même autour de cette question, même si je sais qu’Israël empêche ceux qui soutiennent le BDS d’entrer sur son territoire.

Quelle a été votre expérience de rapporteur spécial auprès de l’ONU dans les territoires palestiniens et en Israël ?

Richard Falk Mon expérience a été à la fois frustrante et gratifiante. Frustrante parce que pendant les six années en ma qualité de rapporteur spécial, tant sur le terrain que diplomatiquement, la situation s’est constamment dégradée pour le peuple palestinien, malgré un rapport documenté sur la violation des droits de l’homme de la part des Israéliens.

Mais cette expérience a été, dans le même temps, gratifiante parce que cela a permis une présentation directe, sans détours, des violations d’Israël concernant les droits basiques des Palestiniens. Ce qui a une certaine influence sur le discours interne à l’ONU, permettant un renforcement de la responsabilité institutionnelle lorsqu’il s’agit des relations commerciales avec les colonies de peuplement illégales en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. De la même manière, cela a permis de modifier les termes du discours au sein de l’ONU, allant maintenant d’« occupation » à « implantations coloniales » et à « apartheid ».

Ça a été aussi une épreuve personnelle, étant constamment sujet aux attaques diffamatoires par UN Watch et d’autres organisations non gouvernementales (ONG) ultrasionistes. Leurs partisans ont concentré leurs efforts, espérant me faire démissionner de mon poste à l’ONU et m’empêchant de donner des conférences dans les universités, partout dans le monde.

Soixante-dix ans après le partage de la Palestine par les Nations unies, comment considérez-vous cette décision ?

Richard Falk La résolution de plan de partage de 1947 a été une stratégie de sortie de la présence coloniale britannique durant la période du mandat qui lui avait été confié après la Première Guerre mondiale. Cette approche comportait des défauts pour plusieurs raisons essentielles : elle a nié la volonté de la majorité de la population arabe locale qui vivait sur le territoire et a imposé une solution au conflit sans consulter les habitants. Les termes de la résolution n’ont pas assuré les droits des Palestiniens ou leur souveraineté politique, ou même de faire respecter le droit humanitaire international. L’ONU n’a effectivement jamais mis en œuvre le plan de partition et ainsi a donné de facto à Israël la possibilité d’imposer ses volontés sur le territoire palestinien dans sa totalité, y compris en expulsant 750 000 Palestiniens durant la guerre de 1947. Les États-Unis et l’Europe ont joué un rôle géopo- litique crucial en déclenchant ces développements.

Existe-t-il une solution pour que les Palestiniens retrouvent leurs droits et vivent dans leur propre État ?

Richard Falk À ce stade, il est difficile d’envisager l’avenir, mais il est clair que la lutte nationale des Palestiniens continue à la fois par le biais d’activités de résistance et à travers le mouvement de solidarité internationale dont le BDS est maintenant le pilier le plus important.

À mon avis, il ne faut pas attendre de véritables perspectives de solution politique au conflit tant que des pressions suffisantes ne sont pas exercées sur le gouvernement israélien pour qu’il change de direction. Ce changement serait essentiellement signalé par une volonté de supprimer les lois et les procédures associées à l’actuel régime d’apartheid, utilisées pour soumettre les Palestiniens.

Contre toute attente, un tel changement s’est produit vis-à-vis de l’Afrique du Sud, sur place et en dehors, en partie dû aux pressions exercées par une version antérieure de la campagne internationale du BDS. Mon souhait est que les Palestiniens mènent et gagnent cette guerre de la légitimité, ce modèle se répétant finalement, amenant, après une lutte prolongée, une paix durable entre les deux peuples. Mais, et c’est tragique, cela ne se produira pas tant que ces souffrances seront endurées par les Palestiniens, spécialement ceux qui vivent sous l’occupation, dans les camps de réfugiés, dans un exil non désiré, et comme minorité discriminée en Israël. Le calvaire des Palestiniens dure depuis trop longtemps. Son origine peut être trouvée il y a un siècle, quand, dans un geste colonial masqué, le Foreign Office britannique s’est engagé devant le monde sioniste dans le soutien d’un foyer national juif dans la Palestine historique. C’était la déclaration Balfour, en novembre 1917.


Notre article du 7 septembre 2017
Beaucoup pensent que tous les juifs sont totalement partiaux envers Israël. Comme vous êtes juif, cette idée soulève des questions. Pourquoi soutenez-vous les revendications des Palestiniens ? Et pourquoi êtes-vous persona non grata en Israël alors que vous êtes juif ?

C’est un secret plutôt bien gardé que dès le début du mouvement sioniste il y avait beaucoup de juifs, parmi lesquels des personnes renommées dans leur pays, qui étaient opposés à l’idéologie sioniste, ou la critiquaient vigoureusement, et désapprouvaient la façon dont Israël a été créé et s’est développé par la suite. Après 1948, et plus encore après 1967, les partisans d’Israël, fortement encouragés par les dirigeants sionistes et diplomates israéliens, ont de plus en plus prétendu que le gouvernement israélien parlait au nom de tous les juifs, qu’ils résident ou non en Israël. Si quelqu’un nie ou rejette cette affirmation de représentation universelle, cette personne sera qualifiée d’antisémite par les sionistes/Israéliens ou, tout aussi grave, de juif qui se haït soi-même, voire des deux à la fois.

J’ai de plus en plus soutenu les revendications des Palestiniens sous deux angles, d’une part celui d’un spécialiste en droit international, et d’autre part celui d’un être humain opposé à l’oppression et à la souffrance d’autrui, que je partage ou non l’origine ethnique ou religieuse des victimes de mauvais traitements. Mes prises de position n’ont rien à voir avec un quelconque sentiment de haine des juifs ou d’aliénation de la communauté juive, ou de quiconque pour des raisons d’appartenance ethnique ou de croyances. L’identité pour moi est davantage liée à notre humanité commune, et induit l’action solidaire avec les victimes de mauvais traitements, et je me préoccupe moins de savoir si ces victimes se trouvent être juives ou non. J’ai puisé sagesse et perspicacité dans les traditions juives, en particulier en prêtant attention aux prophètes bibliques de l’Ancien Testament, mais également au contact des grands textes du bouddhisme, du christianisme et de l’islam. En même temps, certains passages de l’Ancien testament qui semblent recommander et même célébrer des offensives génocidaires contre les anciens ennemies du peuple juif m’horrifient.

Comment le prétexte de l’antisémitisme est-il utilisé pour réduire au silence les voix critiques en Israël et dans le monde occidental ? Et quelles sont les institutions les plus influentes qui tentent de faire taire et discréditer les voix d ’universitaires qui rejettent les politiques répressives d’Israël ?

Il y a une campagne concertée en Europe et en Amérique du Nord, appuyée par des lobbies israéliens et des groupes de pression sionistes extrémistes, pour diffamer les critiques d’Israël en les qualifiant ’d’antisémites.’ Depuis le génocide nazi surtout, traiter quelqu’un d’antisémite qu’il y ait ou non un motif sérieux à une telle accusation est devenu l’un des moyens de discrédit et de diversion les plus efficaces. Même lorsque les accusations ne font pas taire un critique, comme dans mon cas, elles ont des effets préjudiciables et blessants. Par dessus tout, elles déplacent le débat de la validité du message à la crédibilité du messager.

Dans le contexte d’Israël/Palestine cela détourne l’attention du calvaire que vivent les Palestiniens quotidiennement. Ainsi, les allégations d’antisémitisme fonctionnent à la fois comme épée (pour blesser le messager) et bouclier (pour dévier et refreiner la critique et l’opposition).

Comment interprétez-vous les politiques égyptiennes envers Gaza depuis le coup d’état du général Sisi ? Comment faire changer ces politiques ? quel est leur statut légal ?

Je vois les politiques égyptiennes envers Gaza depuis le coup d’état du général Sisi de 2013 principalement comme l’expression d’une collaboration renouvelée avec Israël à l’égard de Gaza que vient renforcer la vision du Caire selon laquelle le Hamas est affilié aux Frères musulmans, ennemi numéro un de l’actuel gouvernement égyptien et s’en inspire. Je ne connais pas en détails la politique égyptienne vis-à-vis de Gaza, mais je sais qu’elle impose des restrictions arbitraires et pénibles sur les entrées et sorties.

Les politiques égyptiennes envers Gaza semblent clairement impliquer une complicité avec les pires abus commis par Israël à Gaza, et entraînent une responsabilité pénale potentielle des dirigeants égyptiens et des exécutants. Israël (L’Egypte ?) semble manifestement coupable d’infliger une punition collective à la population civile de Gaza et complice de la mise en œuvre du blocus illégal de Gaza que l’état d’Israël maintient depuis 2007, blocus aux nombreuses conséquences cruelles pour les Palestiniens, y compris ceux qui ont besoin de quitter Gaza pour recevoir des traitements médicaux cruciaux qui peuvent leur sauver la vie.

Quelle est votre évaluation du nouveau document de politique du Hamas ?

Je pense que dans ce document le Hamas s’oriente vers l’adoption d’une approche politique de ses relations avec à la fois Israël et l’Egypte. Par approche politique j’entends la volonté d’établir des accords intérimaires à long terme en vue d’une coexistence pacifique avec Israël et une normalisation avec l’Egypte. Le Hamas exprime cette volonté en signifiant qu’il est prêt à accepter l’’établissement d’un état palestinien sur le territoire occupé par Israël depuis la fin de la guerre de 1967. Un tel changement du Hamas ne signifie pas qu’il reconnaisse la légitimité d’Israël en tant qu’état, ni qu’il répudie sa charte de 1988, bien qu’il abandonne la rhétorique anti sémite et semble plus disposé à poursuivre ses objectifs par la voie politique et diplomatique plutôt que par le recours à la lutte armée, sans renoncer en aucune façon au droit à la résistance, y compris la résistance armée.

A la lumière du rejet dernièrement par l’ONU du rapport du CESAO, que vous-même avez rédigé, est-il devenu impossible pour les Palestiniens d’obtenir leurs droits légitimes par l’entremise d’organisations internationales ?

La réaction à notre rapport pour le CESAO, « Les Pratiques d’Israël envers le peuple Palestinien et la Question de l’Apartheid, » a en effet révélé un manque d’indépendance et d’objectivité au sein de l’ONU lorsque soumise à une pression géopolitique intense du gouvernement états-unien. Il a semblé évident lorsque le secrétaire général de l’ONU ordonna au CESAO de retirer notre rapport de son site internet, qu’il succombait à la pression exercée par les Etats-Unis, dont l’ambassadeur aux Nations Unies a dénoncé le rapport dés sa sortie sans donner aucune raison, et probablement sans même qu’il ait été lu, et exigea son rejet. Le résultat, bien sûr, fut mitigé.

L’aspect positif c’est que Rima Khalaf, directrice très respectée du CESAO donna sa démission par principe plutôt que de suivre les directives du Secrétaire Général, et la tempête que souleva la publication du rapport fit que le texte a été plus largement lu et s’est avéré bien plus influent qu’il ne l’aurait été s’il avait été traité de façon appropriée. L’aspect négatif c’est qu’il est prouvé que l’ONU est souvent incapable d’agir de manière efficace en soutien au peuple palestinien et à leur long combat pour leurs droits fondamentaux. L’ONU est neutralisée géopolitiquement en tant qu’acteur politique même lorsque Israël défie de façon flagrante et persistante le doit international et sa propre charte.

Parlez-nous du Century Deal entre Palestiniens et Israéliens parrainé par Donald Trump ....... Qu’attendez-vous d ’un tel accord ? Inclura-t-il ce qui est défini comme une « relocalisation » des Palestiniens dans la Bande de Gaza et dans le Sinaï ?

Rien de positif pour le peuple palestinien ne peut sortir des spéculations selon lesquelles M. Trump va bientôt négocier l’accord de paix final. Gérer le statu quo convient parfaitement à Israël, qui pendant ce temps accroît progressivement ses possessions territoriales par le biais des colonies, la construction du mur, ses déclarations sécuritaires et diverses manipulations démographiques.

Il manque à la Palestine une direction crédible capable de représenter le peuple palestinien. Ceci reflète en partie la faible crédibilité et le bilan médiocre de l’Autorité Palestinienne et en partie le fossé profond qui sépare le Hamas du Fatah. L’unité palestinienne et une direction crédible sont des prérequis pour qu’une authentique diplomatie puisse reprendre. Il ne faut pas confondre pression géopolitique et véritable diplomatie, la première ne produira pas de paix durable même si l’Autorité Palestinienne est forcée d’avaler une issue unilatérale favorable à Israël déguisée en solution.

Comment Israël considère-t-il l’actuel régime égyptien ? Et à quel point se sentait-il à l’aise avec Mohamed Morsi ?
Israël semble très satisfait de l’actuel gouvernement égyptien, et des politiques poursuivies par le Caire en Egypte même et dans la région. Ceci contraste fortement avec l’aversion à peine voilée pour le gouvernement Morsi et l’anxiété suscitée, et l’inquiétude que l’Egypte de M. Morsi conteste de plus en plus le traitement des Palestiniens par Israël, en particulier à Gaza, et qu’il puisse modifier l’équilibre des forces dans la région au détriment des intérêts d’Israël.

Est-ce qu’Israël déteste l’existence de régimes démocratiques dans la région arabe, notamment dans les pays voisins ? Et pourquoi ?
Israël est opposé à l’émergence de démocraties au Moyen-Orient pour plusieurs raisons. La plus évidente c’est que les politiques de gouvernements arabes, un tant soit peu démocratiques, sont plus susceptibles de refléter les sentiments pro-palestiniens de leurs citoyens. De même, des gouvernements arabes qui adhèrent aux valeurs démocratiques sont plus susceptibles de se montrer solidaires de la cause palestinienne.

Il est aussi plus facile pour Israël de parvenir à des arrangements pragmatiques avec des dirigeants autoritaires qui rendent peu de comptes à leur propre peuple et qui ont fait preuve d’une propension cynique à sacrifier les Palestiniens pour satisfaire leurs propres intérêts stratégiques nationaux. Ceci s’est révélé on ne peut plus évident dans le type de diplomatie poursuivie par les monarchies du Golfe ces dernières années, absolument évident lors des trois attaques massives de Gaza par Israël au cours de la dernière décennie qui ont dévasté une population civile totalement vulnérable.

Pourquoi les groupes de réflexion d’extrême droite, comme le Gatestone Institute et le Middle East Forum, connus pour leur soutien absolu à Israël louent le président Abdel Fattah Al-Sisi. Pourquoi ces organisations l’encensent-elles autant ?

Mes réponses antérieures indiquent clairement que la communauté politique israélienne est satisfaite que l’Egypte soit gouvernée par un dirigeant autoritaire dont la priorité est l’élimination de l’islam politique, représenté en Egypte par les Frères Musulmans. La gouvernance égyptienne à la Sisi, c’est précisément ce qu’Israël souhaite voir émerger dans toute la région, et sinon, alors la seconde option c’est le chaos prolongé du style de celui qui existe en Syrie, Irak, et au Yémen.

En outre, le confessionnalisme renforcé de l’Arabie Saoudite est en adéquation avec l’opinion d’Israël selon laquelle l’Iran représente la plus grande menace, non pas tellement pour sa sécurité, mais pour ses ambitions en matière d’influence régionale.

A votre avis quel est le pays arabe qui soutient le plus la cause palestinienne ?

Je dirais qu’aucun des pays arabes ne soutient authentiquement la lutte palestinienne actuellement. Ironiquement, dans la région ce sont des pays non arabes, la Turquie et l’Iran, qui sont le plus solidaires, mais leur soutien est extrêmement limité. Il est désolant d’observer que la dérive de la politique régionale laisse les Palestiniens sans soutien gouvernemental dans le monde arabe, réalité exacerbée par le fait que si les populations de ces pays étaient en mesure de décider des politiques mises en œuvre, les Palestiniens seraient fortement soutenus.

De ce point de vue, y compris en Occident, les espoirs des Palestiniens pour l’avenir sont de plus en plus dépendants de l’interaction entre leur propre résistance et un mouvement de solidarité croissant en Europe et en Amérique du Nord. L’ONU et la diplomatie traditionnelle, telle que pratiquée dans le cadre d’Oslo depuis plus de 20 ans, se sont avérées être des impasses lorsqu’il s’agit de protéger les droits des Palestiniens.

Richard Falk est professeur émérite, détenteur de la chaire Albert G Milbank de droit international à l’université de Princeton et chercheur à Orfalea Center of Global Studies. Il a aussi été rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme palestiniens.
Pour consulter son blog : zcomm.org
Traduction : Chronique de Palestine - MJB

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

8 sites référencés dans ce secteur