Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Dans une initiative sans précédent, huit pays européens demandent une (...)

Dans une initiative sans précédent, huit pays européens demandent une compensation à Israël pour des démolitions en Cisjordanie

lundi 30 octobre 2017

Dans une lettre, les pays demandent une compensation de 35 000 dollars pour la confiscation et la démolition de structures qu’ils ont construites en Zone C, zone qui se trouve sous le plein contrôle israélien.

Huit pays européens ont adressé une lettre officielle de protestation à Israël, demandant plus de 30 000 € (35 400 $) de compensation pour la confiscation et la démolition de structures et d’une infrastructure que ces pays ont construites en Cisjordanie, dans la Zone C entièrement sous le contrôle israélien.

Un haut diplomate européen a déclaré à Haaretz que la lettre, qui est la première du genre, devait être adressée dans les jours qui viennent aux premiers responsables du ministère des Affaires étrangères.

Selon ce diplomate européen, la Belgique est à la tête de l’initiative. Les autres pays impliqués dans la rédaction de la lettre sont la France, l’Espagne, la Suède, le Luxembourg, l’Italie, l’Irlande et le Danemark. Ces huit pays sont membres du Consortium de protection de la Cisjordanie, un organisme à travers lequel ils coordonnent l’aide humanitaire pour la Zone C.

Les pays protestent contre la confiscation de panneaux solaires qu’ils ont installés dans des communautés bédouines et la démolition de structures mobiles qu’ils ont financées dans diverses communautés bédouines pour servir de salles de classe.

L’existence de la lettre de protestation a d’abord été rapportée par le journal français Le Monde. Dans la lettre, les huit pays soulignent que si Israël ne restitue pas de façon inconditionnelle l’équipement qu’il a saisi, ils exigeront une compensation. La démolition et la saisie de l’équipement humanitaire, notamment une infrastructure scolaire, et l’ingérence dans le transfert d’une aide humanitaire contreviennent aux obligations qui sont celles d’Israël en vertu du droit international et elles causent des souffrances aux résidents palestiniens, déclare la lettre.

Cette lettre est la deuxième mesure que ces pays prennent sur cette question. Il y a un mois et demi, des diplomates des huit pays sont venus rencontrer la chef du bureau Europe du ministère des Affaires étrangères, Rodica Radian-Gordon, pour protester contre les actions d’Israël à l’encontre des communautés bédouines en Zone C.

Selon un haut responsable du ministère des Affaires étrangères, l’ambassadeur de Belgique en Israël, Olivier Belle, a déclaré durant la rencontre que si Israël ne restituait pas l’équipement qu’il avait saisi, son pays exigerait officiellement une compensation. Olivier Belle a été le seul à cette réunion à soulever la question d’une compensation, mais dans les semaines qui ont suivi, il a réussi apparemment à persuader ses collègues de transformer la demande en une position commune préalablement convenue qui serait officiellement transmise à Israël.

Israël rejette catégoriquement la demande de compensation. La position d’Israël est que l’activité européenne en Zone C n’est pas une aide humanitaire, mais un développement illégal qui se fait sans aucune coordination avec Israël et dans le but de renforcer l’emprise des Palestiniens sur la Zone C. La position européenne est qu’en vertu de la Convention de Genève, Israël a l’obligation de répondre aux besoins quotidiens de la population palestinienne en Zone C, et étant donné qu’il ne le fait pas, les Etats européens interviennent dans l’aide humanitaire.

source : Barak Ravid pour Haaretz