A lire : Chrétiens de Gaza de Christophe Oberlin - images de Serge Nègre

« Chrétien » et « Gaza », deux mots a priori inconciliables, une association vide de sens. Par contre on connait les chrétiens d’Orient. On en parle pour immédiatement se désoler de leur disparition. Un thème récurrent dans les grands médias, en alternance avec celui de la « menace islamiste ».

D’ailleurs combien sont-ils ces chrétiens ? Comme si un chiffre suffisait à disqualifier le sujet, le condamner à l’insignifiance. « Gaza » c’est en outre la concrétisation du « péril islamiste », puisque ce minuscule territoire est administré depuis plus de dix ans par un parti à référence musulmane. Un territoire « où il ne s’est rien passé d’intéressant depuis les croisades ».

Une bande de terre où la Sainte famille n’aurait fait que passer, en fuite vers l’Egypte, et « où aucun personnage de la Bible n’est né ».

Une église et une mosquée côte à côte dans la ville de Gaza. photo M3M

Une démographie galopante, avec peut-être quelques chrétiens qui survivent dans l’océan musulman en priant en secret dans des caves, comme aux premiers temps ?

En attendant « l’exil, la conversion forcée ou la mort ».

Vous l’avez compris, il ne s’agit pas là du fil de ce livre. Si la Palestine, et la bande de Gaza en particulier, constituent malheureusement la ligne de front dans le conflit ouvert entre l’Occident et le monde arabe et musulman, les chrétiens de Gaza nous racontent une autre histoire.

intérieur d’une église orthodoxe à Gaza (photo M3M)

Issus des premiers chrétiens persécutés par Rome, majoritaires puis minoritaires, des leçons sont à prendre sur un thème bien hexagonal : celui de l’harmonie interreligieuse dans un pays, le nôtre, qui se laisse parfois séduire par une laïcité mal comprise. Silencieux ambassadeurs de terrain du dialogue interconfessionnel ; ne peut-on imaginer une pédagogie de la part de ceux qui, chrétiens, vivent en terre d’islam, l’affirment sans amertume ni envie ? Une sorte d’enseignement par la base, qui s’appuierait sur l’expérience de quatorze siècles de vie commune.

Familier de la bande de Gaza où il s’est rendu plus d’une trentaine de fois depuis 2001, Christophe Oberlin est professeur à l’Université Paris VII. Il publie sur la bande de Gaza depuis de nombreuses années. Serge Nègre est devenu un photographe qui a à son actif de nombreuses expositions en France, et à l’étranger. Spécialiste de la Palestine, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, en particulier sur Jérusalem et sur l’archéologie de la bande de Gaza. Il parcourt le monde et rapporte des portraits intimistes de la grande famille humaine.

Parution 16/11/2017
Editeur : Erick Bonnier
Prix : 20 euros

une création de Serge Nègre : Gaza

Né en 1951 à Labruguière, petit village occitan, Serge Nègre n’a plus quitté l’accent de son pays. Le teint mat, les yeux marrons foncés, il raconte paisiblement sa vie hors-norme : infirmier, photographe, chargé de radio et des liaisons satellitaires lors d’expéditions polaires, réalisateur, etc. Parmi ces multiples casquettes, Serge Nègre endosse plusieurs mois par an celle de passionné du Moyen-Orient et vient prêter main forte à la photothèque de l’École biblique.
Infirmier et photographe : « profondément humaniste, j’ai soigné les pauvres toute ma vie »

Aîné d’une famille nombreuse, il apprit tôt à vivre de façon autonome. Il devient infirmier, mû par l’idée de servir les plus pauvres, et convaincu de la « nécessité de se tourner vers le monde ». Il découvre les Palestiniens et le Moyen-Orient, partageant cette passion avec sa femme Danielle infirmière elle-aussi, et aidant comme infirmier dans des camps de réfugiés au Sud-Liban. De 1975 à 2002, le couple n’y retournera plus, occupé par une nouvelle aventure : l’adoption de leurs deux enfants indiens. Les enfants devenus grands, Serge Nègre revient pour des séjours de quelques mois une à deux fois par an, pour œuvrer à la photothèque de l’École et retrouver ses amis d’ici rencontrés dans les années 1970.

Serge Nègre (à droite sur la photo) devant le chat de Bansky à Gaza. /Photo DR

Serge est également photographe. À huit ans, il transformait le lavabo de la salle de bain de ses parents en laboratoire. Il se souvient de la « magie » de « voir peu à peu l’image se dessiner ». Il crée un musée sur la photographie d’Arthur Batut : ce dernier invente en 1888 la photographie automatique aérienne par cerf-volant et redécouvre le procédé du portrait-type, inventé par Francis Galton. Ce musée trahit un grand désir de comprendre la photographie, sa sémiologie, ses méthodes, ainsi que ses problématiques scientifiques, philosophiques, anthropologiques. « Ce n’est pas l’appareil qui fait la photographie, mais le regard » explique Serge Nègre.

Pour l’infirmier photographe, ses deux métiers ne font qu’un, et répondent au même appel. Il ajoute en plaisantant à peine : « Je pense que pour être un bon photographe, il faut être infirmier. Ce métier apprend un rapport à l’autre profondément humain, une présence et un accompagnement jusque dans sa nudité physique. Il permet d’appréhender l’angoisse que peut provoquer la caméra, qui implique d’une certaine manière de se déshabiller en public ».

Son musée, agrémenté d’une galerie pour exposer les œuvres de grands photographes contemporains du monde entier, lui valut d’être convié en 1993 à l’expédition polaire de Jean-Louis Étienne : infirmerie, photographie aérienne par cerf-volant, radio pour assurer liaisons entre satellites et terre, sa souplesse lui permit de reproduire l’expérience environ une fois tous les deux ans, jusqu’en 2002. Il expose aujourd’hui ces photographies, notamment au Centre Culturel français de Jérusalem et à Ramallah, ainsi qu’en beaucoup d’endroits en France.

Si ces expéditions polaires l’ont beaucoup marqué, elles ne répondent pas à sa passion pour l’humanité, qu’il a trouvée auprès des Palestiniens. Sa présence à l’École biblique s’explique ainsi, par son « attachement au pays pour des raisons profondément humaines : c’est une dimension qui manquait dans les expéditions polaires, il n’y a personne, or la terre est la terre des hommes ». Le WE, il s’en va retrouver des amis de longue date en Palestine, qu’il visite fréquemment et avec joie.

Serge découvre véritablement l’École biblique en 2003, et rencontre le Fr. Jean-Michel de Tarragon, o.p., prieur de l’époque, tout juste lancé dans la mise en ordre de sa photothèque. Il a donc participé et participe encore au grand chantier de restauration du vivier que sont les archives des frères dominicains. La photothèque parle à son intérêt pour l’ethnographie, mais aussi pour l’archéologie dès le début de sa vie (création de l’Association d’études et de recherches archéologique et historiques de Labruguière).

Auteur d’un film à paraître sur les chrétiens de Gaza

© Serge Nègre

Ce n’est pas tout, Serge est également réalisateur. « On parle toujours des trains qui déraillent et n’arrivent pas à l’heure, mais les trains qui arrivent à l’heure, personne n’en parle. J’ai donc choisi de parler de Gaza, où l’entente entre chrétiens d’Orient et musulmans ne pose pas de grands problèmes. À Gaza, on compte environ 1300 chrétiens sur environ deux millions d’habitants. Or quatre écoles entre quatre-cent et six-cents élèves sont chrétiennes : ceci excédant largement le nombre total de chrétiens, les élèves sont pour la plupart musulmans à l’école chez les sœurs ! ». Ce film réalisé à partir de multiples vidéos et photographies prises au cours d’intervention sur le territoire en tant qu’infirmier, a permis à l’infirmier photographe des rencontres humaines comme il les aime, et parachève son œuvre humanitaire.

Navigation

AgendaTous les événements