Pas de financement de l’UE pour l’industrie militaire israélienne

Communiqué de ECCP (European Coordination of Committees and Associations for Palestine ; Coordination européenne des comités et associations pour la Palestine(CECP))

L’UE doit arrêter de contribuer à la militarisation et aux profits tirés des violations des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

L’Union européenne subventionne la recherche de l’industrie de la sécurité depuis de nombreuses années.


Cet argent des contribuables européens va à des entreprises militaires, parmi lesquelles de nombreuses firmes israéliennes, sous le masque de la recherche et la promesse que technologies et techniques développées seront affectées seulement à des usages civils.

L’une des voies par lesquelles les entreprises militaires et d’armement ont eu accès aux fonds européens a été l’actuel programme de Recherche et d’Innovation Horizon 2020, qui inclut de nombreuses entreprises militaires israéliennes. Bien que l’UE proclame que ces fonds pour la recherche soient uniquement allés à des projets à applications civiles, nombre de ces projets approuvés sont de nature duale, servant aussi bien les intérêts militaires que civils. Bien d’autres servent des politiques de restriction ou de violation des droits des réfugiés, et militarisent nos sociétés. La coopération de l’UE avec les entreprises militaires israéliennes est la preuve que les projets à usage dual servent aussi bien, fondamentalement, des buts militaires, Isaac Ben-Israel, Président de l’Agence spatiale israélienne, déclare abruptement « parce que nous sommes un petit pays, si nous construisons une petite chaîne de production de satellites, disons IAI, elle sera utilisée à des fins militaires et commerciales ». La CECP et Stop the Wall ont entrepris une analyse approfondie des projets européens qui impliquent les entreprises militaires israéliennes ; l’analyse montre à quel point les fonds publics européens sont actuellement utilisés pour développer, légitimer, mettre à profit les technologies « testées sur le terrain » par Israël, qui commet, ce faisant, des crimes de guerre et des violations des droits humains.

Beaucoup d’indices nous le montrent, les politiques de contrôle des frontières de l’UE sont bâties sur des concepts et des technologies qui violent les droits humains. Publié par le Transnational InstituteetStopWapenhandel, un rapport bien documenté montre de quelle façon les entreprises israéliennes suivent une stratégie commerciale unique, capitalisant sur le fait que les technologies israéliennes sont « éprouvées sur le champ de bataille », au cours d’actions illégales et selon des politiques de « contrôle de frontières » et « de populations » dans le contexte de l’occupation et de la colonisation, comme le Mur en Cisjordanie occupée, le blocus et les attaques militaires contre Gaza, et bien d’autres agissements.

Les entreprises militaires et de sécurité intérieure comme IAI (Israel Aerospace Industries), ont joué un rôle dans le renforcement des frontières en Bulgarie et en Hongrie, dans les programmes de surveillance maritime de l’UE, et dans le programme Frontex en général.

L’UE refuse de prendre en compte les graves manquements à l’éthique des entreprises de même que l’origine et la possible destination de ces technologies, violant ainsi ses propres règles et règlements. En juillet 2017, 27 experts juridiques internationaux ont publié un avis juridique au sujet du projet LawTrain dans le cadre d’Horizon 2020, projet fondé sur la coopération avec la police israélienne, dont le recours à la torture et à d’autres violations des droits humains est avéré. Le rapport de ces experts fait clairement apparaître la nécessité d’exclure de tels acteurs, notoirement impliqués dans la violation systématique des droits humains. En finançant de tels projets, l’UE montre son aveuglement devant les graves violations du droit international et des droits humains perpétrées à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières.

Nous appelons en conséquence l’Union européenne à :

1. Limiter les Programmes Cadres de Recherche et Développement (PCRD)
européens (FP) strictement à la sécurité civile et à la paix, à l’exclusion de la recherche sur la surveillance des frontières et l’usage dual des technologies, et d’éviter tout lien entre les Programmes Cadres de R&D et la Politique Commune de Sécurité et de Défense (PCSD), et en particulier l’Agence Européenne de Défense (AED) ;

2. Exclure sans délai des Programmes Cadres de R&D européens, toutes les entreprises militaires et de sécurité israéliennes, étant acquis que l’analyse des projets passés a montré que leur participation à ces Programmes implique étroitement l’aide de l’UE dans le développement, la légitimation et les bénéfices de technologies et de méthodes utilisées par Israël dans le contexte de crimes de guerre et de violations des droits humains ;

3. Assurer la transparence et le contrôle démocratique sur les appels à projets annuels lancés dans le cadre des Programmes de recherche européens.

Signataires :

European and international platforms :

1.European Coordination of Committees and Associations for Palestine
2.Pax Christi International
3.European Network Against Arms Trade (ENAAT)
4.Corporate Europe Observatory
5.Decolonial International Network (DIN)

Austria :

6.Women in Black (Vienna)
7.Antiimperialistische Koordination (AIK)
8.Society for Austro-Arab Relations (SAAR)
9.Styrian Peace Platform (Steirische Friedensplattform)

Belgium :

10.La Centrale Generale FGTB – trade union
11.Socialist Union for Cultural Workers and Media (ACOD Cultuur) - trade union
12.Belgian Workers Party (PVDA – PTB) – political party
13.LEF-FGE – NGO
14.11.11.11 – NGO
15.Belgian Academic and Cultural Boycott of Israel (BACBI)
16.Plateforme Watermael-Boitsfort Palestine
17.Palestina Solidariteit
18.Association Belgo-Palestinienne
19.Hand in Hand tegen Racisme
20.Partij van de Arbeid

Finland :

21.Communist Party of Finland - political party
22.Friends of the Earth Finland – NGO
23.Finnish-Arab Friendship Society
24.Finnish Peace Committee (Suomen Rauhanpuolustajat)
25.Physicians for Social Responsibility, Finland
26.Spartacus Foundation
27.Women for Peace, Finland
28.Women Against Nuclear Power, Finland
29.Amandamaji rf, Finland
30.Committee of 100 in Finland
31.Israeli Committee Against House Demolitions Finland

France :

32.The French Communist Party (PCF) - political party
33.The Party of the Indigenous of the Republic (PIR) – political party
34.Pax Christi France – NGO
35.Ligue des droits de l’Homme (LDH) – NGO
36.Plateforme des ONG françaises pour la Palestine – NGO
37.Association France Palestine Solidarité (AFPS) – NGO
38.Union juive française pour la paix (UJFP) – NGO
39.Mouvement pour une Alternative Non-violente (MAN)
40.Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO)
41.Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP)
42.Sciences Citoyennes
43.REF - Réseau Euromed France
44.BDS France,
45.Collectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine
46.Mouvement International de la Réconciliation-France
47.Association Jumelage Palestine France
48.La Cimade
49.Réseau Sortir du colonialisme
50.Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP)
51.Forum Palestine Citoyenneté
52.Le Mouvement de la paix

Germany :

53.Jewish Voice for Peace (Jüdische Stimme für gerechten Frieden in Nahost) Germany
54.Deutsch-Palästinensische Gesellschaft NRW Süd
55.BDS Berlin
56.BDS-Gruppe Bonn
57.Institut für Palästinakunde e.V.

Ireland :

58.Derry Trades Union Council – trade union
59.Dublin Council Of Trade Unions - trade union
60.Transport Salaried Staffs’ Association of Great Britain and Ireland - trade union
61.Sinn Féin – political party
62.Communist Party of Ireland – political party
63.Solidarity - The Left Alternative - political party
64.People Before Profit - political party
65.Sadaka – NGO
66.Centre for Global Education – NGO
67.Ireland-Palestine Solidarity Campaign – NGO
68.Action from Ireland (Afri) – NGO
69.Africa Solidarity Centre Ireland – NGO
70.Trade Union Friends of Palestine - campaigning group
71.Peoples Movement - Gluaiseacht an Phobail - campaigning group
72.Peace and Neutrality Alliance - campaigning group
73.Irish Football Fans Against Israeli Apartheid - campaigning group
74.Shannonwatch - campaigning group
75.Academics for Palestine - campaigning group
76.Students for Justice in Palestine (Dublin) - campaigning group
77.United Against Racism - campaigning group

Italy :

78.New Weapons Research Group – NGO
79.Salaam Ragazzi dell’Olivo - Comitato di Milano – NGO
80.Salaam Children of Olive Tree - Milan Committee – NGO
81.Rete della Pace – network of 60 organisations - involved in peace, disarmament, noviolence, human rights.
82.Associazione Amici della Mezzaluna Rossa Palestinese
83.Casa Terra
84.Cultura è Libertà
85.Comitato ’’Nessun M346 a Israele’’ (Varese)
86.Donne in nero (Women in black)
87.Rete Disarmo (membro ENAAT)
88.Rete Ebrei contro l’occupazione (ECO)
89.Rete Romana di Solidarietà con il Popolo Palestinese
90.Reti di pace (Laboratorio Monteverde)
91.WILPF Italia (Women’s international league for peace and freedom)
92.BDS Italia
93.Rete Disarmo
94.Tavolo TerraCorpiTerritori&SpaziUrbani in Non Una Di Meno, Italy
95.AssopacePalestina

Luxemburg :

96.The National Federation of Railway Workers, Transport Workers, Officials and Employees of Luxembourg (FNCTTFEL)– trade union
97.déi Lénk – political party
98.SOS Faim – NGO
99.Cercle de Coopération – NGO
100.Comité pour une paix juste au Proche-Orient
101.Action Solidarité Tiers Monde

The Netherlands :

102.Socialist International
103.Kairos Sabeel Nederland – NGO
104.Diensten en Onderzoek Centrum Palestina (DocP) (DocP)
105.Transnational Institute – think tank
106.Nederlands Palestina Komitee
107.SAP/Grenzeloos
108.EMCEMO
109.Women’s International League for Peace and Freedom Dutch section
110.Vredesbeweging Pais

Scotland :

111.SNP Friends of Palestine
112.Scottish Campaign for Nuclear Disarmament
113.Scottish Friends of Palestine

Spanish state :

114.Confederación General del Trabajo (CGT), trade union
115.Comisiones Obreras (CCOO), trade union
116.Basque Workers Solidarity - ELA (Basque Country), trade union
117.Confederacion Intersindical Galega – CIG (Galicia), trade union
118.Intersindical Alternativa de Catalunya (IAC), trade union
119.Podemos – political party
120.SODePAZ – NGO
121.Internazionalistak Auzolanean - social movement
122.Unión de Juventudes Comunistas de España
123.BDS País Valencià - social movement
124.Unadikum- social movemnet
125.Paz con Dignidad
126.Associació Punt d’Interacció de Collserola
127.Centre Delàs d’Estudis per la Pau
128.ISM en el Estado Español

Slovenia :

129.Proja Pro Justice through Action
130.Society for Human Rights Humanitas
131.Mirovni Institut

Sweden :

132.The Palestine Solidarity Association of Sweden

Switzerland :

133.Communist Party – political party
134.Collectif Urgence Palestine-VD
135.Urgence Palestine Nyon La Côte (Suisse)
136.BDS Switzerland
137.Alternative refugee center
138.Women and development

UK :

139.UNISON – trade union
140.Sabeel-Kairos – NGO
141.UK-Palestine Mental Health Network – NGO
142.Palestine Solidarity Campaign UK – NGO
143.War on Want
144.Red Card Israeli Racism campaign


Notre article du 2 avril 2018
L’Union européenne finance les fabricants des drones utilisés par Israël pour provoquer des destructions massives dans Gaza.

La propagande ne se déroule pas toujours comme prévu. L’armée israélienne a choisi en début de mois de retirer une vidéo de Facebook qui la présentait comme une organisation féministe.
Certains sionistes moins libéraux avaient été contrariés par le message implicite de la vidéo selon lequel les femmes soldats sont tout aussi capables de tuer les Palestiniens que leurs collègues masculins. Israël a la chance que ses principaux partenaires soient indifférents devant de telles prises de bec embarrassantes.

L’Union européenne finance les fabricants des drones utilisés par Israël pour provoquer des destructions massives dans Gaza. Ezz Zanoun APA/Images

Emanuele Giaufret, l’ambassadeur de l’Union européenne à Tel Aviv, fait partie de ces partenaires. Il a de quoi s’occuper avec le soutien aux Israéliens qui bénéficient des subventions scientifiques de l’Union Européenne. Lors d’une récente réception, Giaufret a loué les entreprises et institutions israéliennes pour leurs « idées incroyables ». Il y a aussi promu un court métrage sur les « projets de collaboration » entre l’Union Européenne et Israël. Le film montre un représentant d’Israel Aerospaces Industries (IAI – une entreprise de construction aéronautique israélienne). Ce qui n’est pas dit aux spectateurs, c’est qu’IAI est aussi un fabricant d’armes. À la place, ils apprennent que cette firme est en train de développer l’avion de l’avenir.

Israel Aerospace Industries – une entreprise propriété de l’État – a fabriqué le droneHeron, celui qui a été utilisé dans les agressions contre Gaza. La société semble considérer cela comme un argument de vente. Les brochures sur le Heron le présentent comme « ayant fait ses preuves au combat ».

Effrayant

Les bureaucrates de Bruxelles n’ont pas été perturbés par cet affreux euphémisme. Ils ont donné leur accord à la participation d’IAI à Horizon 2020, le dernier programme de recherche de l’UE. Au moins l’une des subventions que l’entreprise a perçues grâce à ce programme est destinée aux travaux sur la technologie des drones. D’autres subventions sont affectées à la recherche sur les moteurs et la fabrication d’avions et d’hélicoptères légers. Les activités scientifiques de l’Union Européenne sont censées être civiles. Pourtant, les représentants de l’Union Européenne ont précédemment admis que rien n’empêchait que les fruits de la recherche qu’ils supervisent soient utilisés à d’autres fins.

Cela indique que l’Union Européenne aide Israël à fabriquer plus d’armes meurtrières qu’il n’en possède à ce jour.

Israel Aerospace Industries n’est pas une petite société familiale qui aurait besoin d’être lancée par les contribuables de l’Union Européenne. À la fin de l’année dernière, son carnet de commandes dépassait les 11 millions de dollars. L’une des divisions les plus rentables de l’IAI s’appelle Elta Systems. Cette entreprise a récemment été sélectionnée par l’Administration Trump pour construire un prototype pour le mur prévu le long de la frontière des États-Unis avec le Mexique.

Les systèmes de radars développés par Elta ont connu ce que les marchands d’armes appellent leurs débuts opérationnels lors de l’agression de 2014 contre Gaza. Ces radars permettent apparemment d’identifier de multiples cibles simultanément. Comme l’agression de 2014 a causé des morts et des destructions massives sur les civils et les infrastructures civiles, cela veut dire qu’Elta a apporté une contribution importante aux crimes contre l’humanité commis par Israël. Et cela n’a pas empêché l’Union européenne d’accorder à Elta un certain nombre de subventions scientifiques.

Une complicité cruelle

Israël est un expert pour obtenir des fonds de l’Union Européenne. Il a déjà soutiré plus de 530 millions de dollars à Horizon 2020. Comme ce programme de sept ans court jusqu’à la fin de la décennie, le montant final de ce qu’Israël aura perçu sera inévitablement beaucoup plus élevé. Les diplomates de l’Union Européenne ont esquivé certaines questions vitales : les « idées incroyables » qui excitent Emanuele Giaufret sont souvent façonnées ou influencées par l’armée israélienne.

Mellanox, par exemple, est une affaire lucrative qui se consacre à l’accélération du transfert de données via Internet. Son directeur général, Eyal Waldman, s’est vanté d’avoir servi dans la Brigade d’ « élite » Golani – une unité de l’armée israélienne. Sa formation avec cette brigade a permis à son entreprise « de tuer avec une seule balle, au lieu des cinq ou cent de nos concurrents » a-t-il dit. Le fait qu’il s’exprime par métaphores ne change rien à la façon dont Israël a tourné son occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza – une occupation dans laquelle la Brigade Golani a joué un rôle de premier plan – à son avantage dans cette compétition.

Un secteur technologie florissant a été créé en grande partie parce que l’occupation offre de nombreuses opportunités pour tester les innovations. En distribuant des subventions à des sociétés comme Mellanox, l’Union Européenne encourage le militarisme israélien. Par le biais de ses programmes de recherche, l’Union Européenne accorde aussi des millions à Elbit Systems, une des plus importantes usines d’armements d’Israël qui fabrique des bombes à fragmentation interdites à l’échelle internationale.

D’autres participants à Horizon 2020 ont l’armée israélienne dans la liste de leurs clients. Notamment IsraTeam, un cabinet-conseil impliqué dans le projet financé par l’Union Européenne pour la recherche sur le « terrorisme » et le crime organisé. Israël se sert du mot « terrorisme » comme d’un terme général pour désigner la résistance à son comportement oppressif. Ce faisant, il s’en tire à bon compte de ses violations grotesques des droits humains, et notamment de son usage habituel de la torture.

Les fournisseurs d’armes et de services à l’armée d’Israël mènent des expériences cruelles contre les Palestiniens. Inviter ces fournisseurs à ses programmes scientifiques est un moyen important que l’UE utilise de manière complice et avec cruauté.

David Cronin est rédacteur en chef adjoint de The Electronic Intifada. Son dernier livre : « L’ombre de Balfour : un siècle de soutien britannique au sionisme et à Israël » (Pluto, 2017)

Source : The Electronic Intifada
Traduction : JPP pour l’Agence Média Palestine

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

8 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves