Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > BDS > Le directeur artistique du Théâtre National du Portugal, annule une session (...)

Le directeur artistique du Théâtre National du Portugal, annule une session en Israël et adhère au boycott culturel d’Israël.

vendredi 25 mai 2018

J’ai annulé ma participation à l’Israel Festival et j’ai adhéré au boycott culturel d’ Israël

Bien que je m’oppose fermement à l’oppression du peuple palestinien par le gouvernement israélien, j’ai accepté une invitation à présenter mon spectacle by heart dans l’édition 2018 de l’Israël festival à Jérusalem, promu par une organisation à but non lucratif qui se présente comme un Projet artistique qui favorise une société plurielle et pacifique. J’ai accepté cette invitation parce que je crois que le peuple d’un pays et son administration politique ne sont pas la même chose. Quand je présente des spectacles aux États-Unis, par exemple, je fais du théâtre pour les américains, mais je ne suis pas en train de souscrire à la performance de l’administration Trump. Si vous aviez agi par rapport à l’administration Trump, vous seriez contre. Je crois aussi qu’en travaillant dans d’autres pays, un artiste peut soutenir ceux qui, dans ces mêmes pays, défendent la justice, la liberté et l’égalité, souvent contre leurs propres gouvernements.

Cependant, après avoir donné des interviews à la presse israélienne sur ma visite au pays, j’ai été attiré à l’attention sur le fait que les communications officielles d’Israël festival annoncent que l’édition de cette année » marque le 70e anniversaire de l’indépendance de l’état D’Israël « . La mention de cette célébration par le festival n’est pas accompagnée d’un seul mot de critique à la conduite de l’état d’Israël vis-à-vis du peuple palestinien au cours des 70 dernières années. Il s’agit d’une annonce d’une grande signification politique sur laquelle je n’ai pas été informé quand j’ai été invité à participer au festival. Je n’accepte pas que mon travail artistique soit utilisé avec des motifs politiques sans mon accord.

Je me suis également rendu compte que l’organisation du festival annonce avec une grande importance le soutien de plusieurs branches du gouvernement israélien, mais garde le silence en ce qui concerne les actes inacceptables de violence ordonnés par ce même gouvernement contre le peuple palestinien. Considérant l’augmentation de la quantité de victimes au cours des derniers mois, ainsi que le massacre de dizaines de civils par les forces armées israéliennes (plus de deux mille blessés, parmi lesquels des centaines d’enfants palestiniens) lors des récentes manifestations contre l’ouverture de l’ambassade des Les États-Unis à Jérusalem, cette omission est profondément troublante et je ne peux pas l’accepter.

J’ai décidé de ne pas présenter mon spectacle en Israël festival en juin parce que je crois que c’est la seule façon de garantir que mon travail artistique ne servira pas à justifier ou à soutenir un gouvernement qui commet délibérément des violations des droits de l’homme et est actuellement en train d’attaquer violemment le peuple palestinien. Je comprends que plusieurs professionnels, tant au Portugal qu’en Israël, ont déjà consacré beaucoup de travail aux présentations prévues. Je comprends qu’en tant que directeur artistique d’un théâtre national portugais, ma décision pourrait entraîner une gêne sur le plan diplomatique. C’était une décision réfléchie et je dois surtout obéir à ma conscience. Je me suis conseillé avec des amis et des collègues en qui j’ai confiance. J’ai lu des déclarations de nombreux intellectuels et artistes, notamment israéliens. Il témoigne également de la terrible et violente conduite du gouvernement israélien en ce moment.

Je comprends maintenant qu’il est impératif de prendre une position claire. J’ai donc décidé non seulement d’annuler ma présence en Israël festival, mais aussi d’adhérer au mouvement de boycott culturel à Israël, dans la conviction que la pression globale et collective pourrait produire des résultats similaires à ceux du boycott à l’Afrique du sud pendant l’apartheid.

Jacques Rodrigues
Directeur artistique du Théâtre national du Portugal.