L’occupant israélien interdit à l’étudiant palestinien d’accéder au campus de son université

L’étudiant palestinien Yousef Dweikat a été, le mardi 28 août 2018, interdit d’entrée sur le campus de son université, l’Université Nationale d’An-Najah à Naplouse occupée . Dweikat, 20 ans, étudiant à la Faculté d’Ingénierie à l’université et militant de l’organisation étudiante du Bloc Islamique, à été convoqué à une rencontre avec le service de renseignement de l’occupant israélien à la base militaire de Salem.

Quand il s’est lui-même présenté, on lui a montré un ordre lui interdisant l’accès au campus de sa propre université pendant les six mois prochains.

Réfugié palestinien, qui habite au camp de réfugiés de Balata, Dweikat, étudiant en ingénierie électrique, est un ancien prisonnier ; il a été arrêté en mars 2017 par les forces d’occupation israéliennes et a été emprisonné pendant six mois en raison de son implication dans les activités étudiantes.

Dans un interview à Quds News (Nouvelles de Jérusalem), Dweikat a appelé l’université « à créer des solutions et des alternatives de sorte que ce type de décision n’affecte pas un nombre important d’étudiants de l’université. » Il a remarqué que l’occupant israélien a utilisé une politique semblable contre les étudiants de l’université dans les années 1980 et qu’il revient maintenant à ces pratiques. Dweikat a dit aussi que sa formation avait déjà été retardée à cause de sa détention antérieure et qu’il s’était déjà inscrit pour la nouvelle année, qu’il avait payé ses droits universitaires et se préparait à commencer le nouveau semestre. « Ma famille et moi sommes tendus et frustrés. Nous ne savons pas ce que nous pouvons faire maintenant pour faire face à cette décision injuste », a-t-il dit.

l’université d’An-Najah à Naplouse

Ce n’est que la dernière violation par l’occupant israélien des droits des Palestiniens à l’éducation

Selon le Ministère palestinien de l’Education, il y a plus de 300 étudiants palestiniens emprisonnés dans les geôles israéliennes. Chaque année, particulièrement vers le moment des élections aux conseils d’étudiants, les universités font face à des incursions et à des attaques visant les étudiants actifs. Des dirigeants étudiants, comme Omar Kiswani, président du conseil des étudiants de l’Université de Bir Zeit, ont été arrêtés sur les campus lors de violentes descentes.

En outre, comme le remarque la campagne pour le Droit des Palestiniens d’Entrer, des universitaires de tous les pays - parmi lesquels des Palestiniens nés en exil ayant des passeports étrangers - sont systématiquement interdits d’entrée en Palestine par ls forces israéliennes d’occupation sur les frontières contrôlées par le colonisateur. en refusant l’entrée aux universitaires invités pour enseigner, pour faire des conférences ou pour étudier dans les universités palestiniennes, l’occupant israélien cherche à isoler les éducateurs, professeurs et étudiants palestiniens de leurs collègues étrangers.

Ces violations systématiques des libertés universitaires palestiniennes - en même temps que l’exclusion raciste d’étudiants d’autres pays, notamment ceux identifiés comme arabes, musulmans ou palestiniens - ont donné un nouvel élan à la demande en cours de boycott universitaire des institutions israéliennes.

Campagne aux USA pour le Boycott Universitaire et Culturel d’Israël appelle instamment les universités, les étudiants et leur faculté à s’engager à boycotter les programmes « d’études à l’étranger » mis en oeuvre par les institutions israéliennes. « Nous n’étudierons pas en Israël jusqu’à ce que les Palestiniens puissent y retourner : Boycottez les études à l’étranger faites en Israël » : Samidoun, Réseau de Solidarité avec les Prisonniers Palestiniens est un des signataires de cet appel.

Alors que beaucoup d’étudiants de par le monde font leur rentrée à l’université, la solidarité avec les étudiants et universitaires palestiniens est particulièrement urgent. Ces arrestations et interdictions constituent une tentative d’anéantir la possibilité pour les étudiants palestiniens d’apprendre, de s’organiser et de défendre leur identité, leur existence et leur lutte sur le campus. Samidoun, Réseau de Solidarité avec les Prisonniers Palestiniens, demande instamment aux militants pour la Palestine sur les campus de par le monde à se joindre à la campagne de boycott de « Etudes à l’Etranger », à soutenir le boycott universitaire d’Israël et à organiser des réunions et des activités pour mettre en évidence la violation des droits des Palestiniens à l’éducation, et en particulier l’emprisonnement d’étudiants palestiniens.

Source : Samidoun

A voir aussi : le site de l’AURDIP - Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

8 sites référencés dans ce secteur