Ahed Tamimi à la fête de l’humanité

Super interview d’Ahed Tamini sur France 24

Ahed Tamimi, 17 ans, icône de la résistance palestinienne à Israël, a accordé un entretien à France 24, à l’occasion de sa visite en France et alors qu’elle était l’invitée d’honneur de la Fête de l’Humanité qui vient de se tenir en Seine-Saint-Denis.

La jeune militante Ahed Tamimi revient sur son arrestation il y a un an, après avoir giflé deux soldats israéliens en marge d’une manifestation contre l’occupation de son village de Cisjordanie, et sur le soutien qu’elle a reçu sur les réseaux sociaux pendant ses huit mois de détention en Israël.

L’adolescente s’exprime également sur la résistance palestinienne, ainsi que sur le message qu’elle a envoyé au chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah. "Il faut redoubler d’efforts pour libérer la Palestine", affirme-t-elle sur France 24.


"Jérusalem restera la capitale de la Palestine" : la jeune Ahed Tamimi, devenue icône de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne après avoir passé huit mois en prison pour avoir giflé deux soldats, était invitée dimanche à la Fête de l’Humanité à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

Après avoir arpenté pendant trois jours les allées et les stands de ce festival qui fermait ses portes dimanche, la jeune femme de 17 ans a pris la parole devant des milliers de personnes amassées devant la grande scène.

La militante palestinienne Ahed Tamimi à la Fête de l’Humanité, à La Cournbeuve (Seine-Saint-Denis), le 16 septembre 2018 - afp.com - Christophe ARCHAMBAULT

"Je veux dire à Trump que Jérusalem restera la capitale de la Palestine", a lancé dimanche après-midi Ahed Tamimi, en référence à la décision du président américain d’y déménager l’ambassade des États-Unis depuis Tel Aviv.

"Les réfugiés palestiniens, nous n’avons pas besoin de l’argent des Américains mais de retourner sur notre terre" et retrouver "notre dignité", a-t-elle ajouté. "Nous devons être unis face à l’occupation", a-t-elle plaidé.

"Quand tu es un jeune Palestinien qui a 17 ans aujourd’hui, tu subis quotidiennement les pratiques de l’occupation israélienne", a témoigné la jeune militante, expliquant que "même les enfants palestiniens sont arrêtés aux checkpoints israéliens et contrôlés".

Pour autant, "le peuple palestinien, nous ne sommes pas des victimes, nous sommes des combattants pour la liberté", a dit Ahed Tamimi.

Source : AFP/ TV5 Monde


Fort moment d’émotion vendredi 14 septembre lors de l’inauguration du stand de l’AFPS

Nous savions depuis quelques heures que les multiples interventions pour contraindre Israël à les laisser passer avaient abouti in extremis. Ahed, Neriman et Bassem Tamimi, invités du journal L’Humanité et de l’AFPS, sont arrivés dans une sympathique bousculade à notre stand, accompagnés de Salman El Erfi, ambassadeur de Palestine.

Accueillis par notre président Bertrand Heilbronn et Anne Tuaillon vice-présidente, ils étaient là malgré la fatigue d’un voyage de plus de 24 h qui se lisait sur leurs visages.

Ils se sont d’abord prêtés avec le sourire aux demandes des dizaines de personnes qui se pressaient autour d’eux pour arracher une photo témoignant de ce moment.

Il a enfin été possible de prendre place à la table pour le mot d’accueil de Bertrand Heilbronn qui a dit l’immense fierté pour l’AFPS d’accueillir des militants de cette trempe, ainsi que notre émotion et notre joie d’avoir parmi nous Ahed symbole de cette jeunesse palestinienne à qui l’avenir appartient. Les députées Elsa Faucillon et Clémentine Autain, ainsi que la Conseillère de Paris, Raphaelle Primet et le directeur du village du monde de la fête de l’humanité avaient fait le déplacement pour venir écouter et rencontrer Ahed Tamimi.

C’est alors, dans un silence impressionnant, que Ahed s’est levée et a littéralement « scotché » l’auditoire par le force et la maturité de sa parole.

C’est pour son peuple, contre l’occupation, que, comme toute sa famille et son village, elle se bat sans peur mettant en jeu sa propre liberté.

Quand son père Bassem s’est levé à son tour, lui ce vieil ami qui était l’invité d’honneur de notre Congrès de 2015, nous avons retrouvé la constance des principes et la détermination du combattant qui se bat sans haine pour la liberté de son peuple et au-delà de tous ceux qui sont opprimés et dominés.

Salman El Erfi a ensuite bien sûr rendu hommage à Ahed et à la résistance populaire de la jeunesse palestinienne concluant qu’avec l’AFPS, le peuple palestinien n’avait pas de simples amis, mais des frères dans un même combat.

Il revenait au président de l’AFPS de conclure par un appel fort à la mobilisation du mouvement de solidarité et d’annoncer le riche programme de rencontres et de débats prévus au stand de l’AFPS.

source : site AFPS


Ahed Al Tamimi est à la Fête de l’Humanité

Ahed a été libérée en juillet 2018 après avoir purgé sa peine. Nous n’avons pas obtenu une libération anticipée... Mais si certaine bataille ne sont pas toujours victorieuse à la hauteur de nos espérances, il en est une aujourd’hui, c’est la présence d’Ahed en France, à la fête de l’Humanité.

La mission de Palestine en France vous invite au débat politique avec la participation de :
Ahed Al Tamimi, Militante ex prisonnière palestinienne
Amjad Abu Asab : Président de l’association des familles des prisonniers Palestiniens de Jérusalem.
Kifah Radaydeh, Responsable de relation avec l’Europe au sein du mouvement Fatah

Le Samedi 15 septembre à 15h30
Stand de l’Etat de Palestine,
Village du monde, Rue Che Guevara
Fête de l’Humanité

Et aussi
Ensuite, à l’invitation de l’Association France Palestine Solidarité, ils se rendront dans trois villes de France :

* A Nantes
le mardi 18 septembre à 20 h Ouverture des portes à 19 h 30
Soirée publique avec la Plateforme44 des ONG pour la Palestine
Salle festive Nantes-Nord
73, avenue du Bout-des-Landes.
Tram : ligne Orvault Grand Val, arrêt René Cassin

* A Grenoble (Échirolles) le 20 Septembre 2018
Salle des Fêtes à 19h

* A Nancy (Tomblaine) le 22 septembre 2018
Salle communale 2-8 Bd Henri Barbusse à Tomblaine à 16h

Notre mobilisation à toutes et tous aura eu raison de l’arbitraire israélien qui prétendait les priver de leur droit fondamental à se déplacer, à quitter leur pays et à y revenir.
La raison l’aura donc emporté.

Un grand merci à toutes celles et ceux, élu.e.s de tous bords, militant.e.s qui se sont mobilisé.e.s pour que nos ami.e.s palestinien.ne.s puissent venir en France témoigner et affirmer leur volonté de vivre libre !


Jeudi 6 septembre les services de sécurité israéliens ont fait savoir que toute sortie de Palestine étaient interdite à la famille Tamimi (Bassem, Nariman et Ahed) pour prendre leur avion à Amman en direction de la Belgique, puis de la France et de l’Espagne.
L’AFPS qui, avec le journal « L’Humanité », les avaient invités en France intervient auprès des autorités françaises pour obtenir le respect élémentaire de leur droit de circulation. Dans les trois villes qui doivent les accueillir, Nantes, Nancy et Grenoble, et bien au-delà, nous appelons les élu.e.s à intervenir au plus vite auprès du gouvernement pour que cette interdiction soit levée.
La résistance non-violente des Palestiniens fait peur à Israël, mais la voix de ses militants-tes passe toutes les frontières, franchit tous les murs.
Les actrices et acteurs de la Résistance non-violente palestinienne doivent pouvoir voyager en Europe.

Le Bureau national de l’AFPS

Maintenant, alerter et interpeller élu.e.s et autorités françaises pour imposer aux autorités israéliennes le respect des droits fondamentaux de la famille Tamimi !

Nous vous proposons d’envoyer le texte suivant à vos élus et parlementaires :
« Ahed Tamimi et ses parents devaient se rendre en Belgique, puis en France et en Espagne à l’invitation de L’AFPS et du journal « L’Humanité » pour la France et d’autres organisations et associations européennes pour les autres pays. Ils auraient dû arriver en Belgique il y a quelques heures. Nous les attendions à Paris la semaine prochaine et à Nantes, Grenoble et Nancy la semaine suivante.

Mais l’arrogance et l’arbitraire israéliens sont sans limites. Hier les services de sécurité israéliens ont fait savoir que toute sortie de Palestine était interdite aux membres de la famille Tamimi pour prendre leur avion à Amman.

Nous vous demandons d’intervenir auprès des autorités françaises et israéliennes pour que cette interdiction soit levée et que leur droit de circulation, droit des plus élémentaires, soit respecté. »

Et au Ministre de l’Europe et des affaires étrangères, au Président de la République :
« Ahed Tamimi et ses parents devaient se rendre en Belgique, puis en France et en Espagne à l’invitation de L’AFPS et du journal « L’Humanité » pour la France et d’autres organisations et associations européennes pour les autres pays. Ils auraient dû arriver en Belgique il y a quelques heures. Nous les attendions à Paris la semaine prochaine et à Nantes, Grenoble et Nancy la semaine suivante.

Mais l’arrogance et l’arbitraire israéliens sont sans limites. Hier les services de sécurité israéliens ont fait savoir que toute sortie de Palestine était interdite aux membres de la famille Tamimi pour prendre leur avion à Amman.

Nous vous demandons d’intervenir auprès des autorités israéliennes pour que cette interdiction soit levée et que leur droit de circulation, droit des plus élémentaires, soit respecté. »

Voici ci-dessous les adresses auxquelles vous pouvez écrire

Ministère des affaires étrangères à l’adresse suivante : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire/
En remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger »

Présidence de la République :
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

8 sites référencés dans ce secteur