Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Témoignages > le livre du lundi : NAPLOUSE, PALESTINE - Portraits d’une occupation

le livre du lundi : NAPLOUSE, PALESTINE - Portraits d’une occupation

lundi 24 septembre 2018

Peu après la fermeture brutale de l’Institut Français de Naplouse en Palestine, son ancien directeur Stéphane Aucante publie « Naplouse, Palestine - portraits d’une occupation ».


« La paix s’enfuit un peu plus chaque jour, comme certaines espèces désertent les régions où l’homme est devenu trop homme. »

Résumé

J’ai écrit Naplouse, Palestine entre septembre 2015 et juillet 2017, pendant mes deux premières années en poste de directeur délégué de ce qui venait d’être renommé « l’Institut Français de Jérusalem - antenne de Naplouse ». Je quittais un pays dont la devise devrait être « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » pour un territoire qui aura subi, depuis des millénaires, toutes les complications, et où les gens ont malgré tout réussi, en surface, à rester « simples » - au sens de ces herbes embaumantes, entêtantes parfois, qu’on trouvait dans les jardins au Moyen-Âge.

Vingt et une personnes croisées au XXIe siècle dans leur propre jardin - Dieu que la Palestine peut être belle, au printemps en particulier - m’ont inspiré vingt et un portraits pour comprendre. Essayer de comprendre. Car à Naplouse, j’ai souvent croisé l’incompréhensible ; expatrié au coeur d’une culture que je ne connaissais pas, réellement étranger à tout, j’ai perdu beaucoup de mes certitudes… Mais au moins, vingt et un visages comme autant de repères, de points d’ancrage dans une ville, un territoire, un monde bouillonnant, bruyant, sinueux, insaisissable : le monde arabo–musulman.

M’aidant à ne pas perdre ces ports d’attache universels que sont la curiosité, l’empathie, l’émotion à fleur de peau – fleur fuchsia bien sûr, la couleur des bougainvilliers qui ont embaumé ma vie à Naplouse – ces visages m’ont fait voyager au coeur d’histoires intimes, tristes ou gaies, et approcher, je crois, les rivages tourmentés de « La Grande Histoire »… Celle où, entre autres, depuis soixante-dix ans maintenant, un peuple en « occupe » un autre… Mais qui encore s’en « préoccupe » ?... À Naplouse, les Palestiniens eux-mêmes ont eu souvent cette force incroyable de me faire oublier ce qu’ils subissaient… Ce livre leur est aussi dédié.

Dacres Editions - Prix : 16 €

L’auteur

Stéphane Aucante a d’abord fait carrière dans l’audiovisuel, réalisé des courtsmétrages, écrit pour la télévision. Au début des années 2000, il a entamé un parcours en France de directeur de lieux ou d’événements culturels, tout en signant des adaptations et des mises en scène théâtrales, et en écrivant quelques chansons pour des spectacles musicaux. La direction déléguée de l’Institut français de Naplouse aura été son premier poste à l’étranger, et Naplouse, Palestine est son premier livre édité.