Quand l’armée israélienne tue les enfants de Gaza "sans le faire exprès"

L’armée d’occupation israélienne a déclaré mercredi que ses soldats ne savaient pas au moment des faits que les trois Palestiniens assassinés dans une attaque aérienne près de la frontière de Gaza étaient mineurs ! Parce qu’à 18 ans, ce serait justifié, peut-être ?

Funérailles des trois enfants, tués dans une attaque aérienne israélienne, dans la ville de Deir el-Balah, au centre de la bande de Gaza, le 29 octobre 2018. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

L’armée israélienne, si performante, spécialisée dans les attentats ciblés dans le monde entier, a déclaré que ces enfants âgés de 12 à 14 ans, ont été vus en train de saboter la clôture de sécurité entourant l’enclave côtière dimanche soir, et a donc pris la décision d’envoyer un avion ouvrir le feu sur eux.

Les secours ont déclaré avoir récupéré les corps à 200 mètres de la frontière, plusieurs heures plus tard, alors que leurs parents s’inquiétaient de ne pas les voir rentrer chez eux.

Et ces escadrons de la mort ont en outre sorti une fois de plus, leur sordide rengaine, prétendant que ces enfants "avaient peut-être été envoyés à la clôture par un groupe terroriste dans la bande de Gaza".

« Il convient de noter que les organisations terroristes de la bande de Gaza continuent d’exploiter les mineurs de manière cynique et de mettre en danger leur sécurité », a déclaré l’armée, qui en matière de cynisme en connait un rayon.

Des centaines de Palestiniens sont descendus dans la rue dimanche soir, brûlant des pneus et organisant un sit-in qui a duré jusqu’à l’aube lundi.

Des milliers de personnes se sont rassemblées lundi sur la plage pour une manifestation contre le blocus. Plusieurs personnes ont lancé des pierres et des bombes incendiaires sur la clôture près de la plage dans le nord-ouest de Gaza. Israel en a profité pour assassiner un Palestinien de plus lors de cette manifestation.

Lundi, des centaines de Palestiniens ont assisté aux funérailles des trois adolescents.
Les trois garçons vivaient tous à Wadi al-Salaqa, un village agricole au centre de Gaza, près de la frontière israélienne.

Omar Shakir, directeur de Human Rights Watch en Israël et dans les territoires palestiniens, a déclaré que la mort des garçons constituait une violation des droits de l’homme. « L’armée ou les États ne peuvent recourir à la force meurtrière qu’en cas de menace imminente pour la vie », a-t-il dit.

Le Secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a « déploré » la mort des trois enfants palestiniens, est déclarant : « Il est tout à fait inacceptable de prendre pour cible des enfants".

Attention Netanyahou, tes mensonges et ta propagande sur les terroristes palestiniens prend de moins en moins. Et chacun des chefs d’Etat qui continue à t’accueillir et à te rouler des pelles, s’enfonce un peu plus avec toi.

CAPJPO-EuroPalestine le 2 novembre 2018


Notre article du 30 octobre

10 Palestiniens assassinés à Gaza depuis vendredi, dont 3 enfants cette nuit

Ils tuent pour calmer leur front intérieur. L’armée sioniste a tué de sang froid trois enfants dans la bande de Gaza, prétendant que ces enfants préparaient une attaque militaire. Après les avoir tués avec leur aviation, ils ont empêché les ambulances palestiniennes de s’approcher des corps, pour au moins essayer de savoir s’ils étaient encore vivants et les secourir. Trois martyrs, des enfants, âgés entre 13 et 14 ans. Khaled Abu Sa’id, 14 ans, Abdel Hamid Abu Dhaher, 13 ans, et Mohammad Satari, 13 ans.

L’occupant vit une grave crise interne, les colons du pourtour de Gaza manifestent à Tel Aviv réclamant leur protection contre les ballons incendiaires et les fusées de la résistance. L’armée a trouvé le moyen de les satisfaire, en lançant une fusée contre trois enfants.

Article CIREPAL / ISM-France

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

8 sites référencés dans ce secteur