Palestine13 groupe local des Bouches du Rhône

Palestine13 groupe local des Bouches du Rhône

Accueil > Actualités > Prisonniers palestiniens attaqués : raids à la prison d’Ofer et résistance des (...)

Prisonniers palestiniens attaqués : raids à la prison d’Ofer et résistance des prisonniers

mercredi 6 février 2019

Les unités spéciales israéliennes ont intensifié leur répression contre les prisonniers politiques palestiniens ces derniers jours.

Ces attaques ont conduit à une manifestation de masse en cours à l’intérieur de la prison d’Ofer, appelée « la bataille de l’unité et de la dignité » par les prisonniers. Les forces répressives ont attaqué la section 17 de la prison d’Ofer le 20 janvier, suivie de la section 15 et d’autres sections le 21 janvier. La répression s’est poursuivie alors que la section 2 de la prison de Megiddo avait également subie une attaque par ces forces répressives, qui avaient prétendu installer des dispositifs de brouillage afin d’empêcher les communications par téléphone mobile.

Ces raids violents ont impliqué l’utilisation de chiens, de matraques et de pistolets-mitrailleurs, des dégâts considérables et la confiscation des biens des prisonniers par les unités lourdement armées. Plus préoccupant encore, ces unités armées ont tiré des bombes lacrymogènes et des balles en métal recouvert de caoutchouc dans des locaux de prison fermés, mettant en danger la santé et même la vie des prisonniers. Environ 150 prisonniers palestiniens ont été blessés lors de ces attaques. Certains ont souffert des effets des gaz lacrymogènes, d’autres ont été meurtris et blessés, tandis que d’autres encore ont subi des fractures à la mâchoire, au nez ou à la tête. Il y a entre 1 000 et 1 200 prisonniers palestiniens détenus à Ofer, dont des centaines d’enfants palestiniens.

Les forces israéliennes ont complètement fermé la prison, annulant les visites légales et les comparutions devant le tribunal. Les prisonniers ont continué leurs protestations en réponse. Les prisonniers refusent leurs repas et la promenade dans la cour. Mercredi 23 janvier, plusieurs prisonniers de premier plan, dont Ziad Bseiso et Mohammed Abu Armaneh, ont annoncé une grève de la faim, exigeant le rétablissement des conditions qui prévalaient avant le raid sur la prison d’Ofer.

Karim Ajwa, un avocat palestinien, a rendu visite aux prisonniers à Ofer mercredi, le premier jour où des visites légales ont été autorisées après les attaques. Ajwa a rapporté que des prisonniers avaient déclaré que les informations sur les conditions de détention dans la prison ne font qu’indiquer « 1% » de la terreur imposée par les forces d’occupation. Ils ont également indiqué que 40 membres de ces unités répressives et de la police armée restaient dans la cour de la prison, leurs quartiers ont été transformés en quartiers d’isolement, la « cantine » (magasin de la prison) a été fermée et les appareils électriques des prisonniers confisqués.

Ces attaques marquent une escalade continue contre les prisonniers palestiniens, comme annoncé par Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité publique responsable du service pénitentiaire israélien. Dans diverses déclarations, Erdan a promis d’intensifier la répression contre les prisonniers palestiniens, au moment des prochaines élections israéliennes au cours desquelles les attaques contre les Palestiniens servent de propagande électorale. Des milliers de livres ont été confisqués, les femmes détenues ont été déplacées en masse après l’installation de caméras de surveillance et l’accès des prisonniers à l’eau a été coupé. Erdan a également annoncé un plan visant à empêcher les prisonniers palestiniens de cuisiner eux-mêmes ou même d’acheter des ustensiles de cuisine à la « cantine ».

Il convient de noter qu’Erdan est également le ministre des Affaires stratégiques du régime israélien, chargé d’attaquer la mobilisation de la solidarité palestinienne et le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) à travers le monde.

Toutes ces attaques constituent un effort visant à faire reculer les victoires des prisonniers palestiniens grâce à des années de luttes acharnées, de grèves de la faim et d’actions collectives.

Ils constituent également une tentative de désamorcer le pouvoir des dirigeants politiques palestiniens derrière les barreaux israéliens.

L’invasion de la prison d’Ofer est l’une des attaques les plus sévères contre les prisonniers palestiniens par les forces répressives depuis 2007, année au cours de laquelle une « opération de renforcement du moral » de ces mêmes forces dans la prison de Negev Ketziot s’est soldée par l’assassinat du prisonnier palestinien Mohammed Ashqar.

Les prisonniers avaient à l’origine refusé une réunion avec l’administration pénitentiaire. Après être parvenus à un consensus collectif et avoir demandé du temps pour une réunion de toutes les organisations politiques de la prison, les représentants des prisonniers ont présenté leurs revendications lors d’une réunion tenue mardi après-midi. Une autre réunion « décisive » suivra le mercredi 23 janvier, en fonction de la réponse de l’administration aux demandes des prisonniers.

Les prisonniers ont souligné l’importance du soutien populaire à la lutte dans les prisons israéliennes.

Ali al-Maghrabi, un ancien prisonnier, a déclaré que « le succès de toute action de protestation menée dans les prisons de l’occupation dépend à 60% du volume de l’aide extérieure, de la couverture médiatique et des organisations concernées par la question et à 40% de la sécurité, la cohésion, la détermination et l’unité internes des prisonniers. »

Un grand nombre de déclarations d’organisations et de personnalités politiques palestiniennes ont afflué. Le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) a appelé à la mobilisation pour les prisonniers mercredi, tandis que l’archevêque Atallah Hanna a appelé à la solidarité avec leur lutte. Les forces nationales et islamiques de la bande de Gaza ont tenu une conférence de presse exprimant le besoin urgent d’agir et mettant en garde contre une « révolution » dans les prisons.

Le Réseau de Solidarité avec les Prisonniers Palestiniens Samidoun exprime sa plus grande solidarité avec les prisonniers palestiniens à Ofer et dans toutes les prisons sionistes.

Nous exhortons tous les partisans de la justice pour la Palestine à dénoncer ces attaques en manifestant et en organisant des manifestations de soutien aux prisonniers et à leur lutte pour la libération. Nous appelons en particulier à l’escalade des campagnes de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) pour le boycott économique, universitaire, militaire et culturel d’Israël – d’autant plus que les mêmes responsables dirigeant les attaques sur les prisonniers tentent également d’arrêter ce mouvement mondial en croissance. Des manifestations, des grèves de la faim solidaires et des campagnes d’appel peuvent intensifier la pression sur les gouvernements internationaux pour qu’ils mettent fin à leur complicité avec les crimes de l’occupant en Palestine.

Les prisonniers de la prison d’Ofer ont publié une déclaration, traduite ci-dessous :

« L’occupant sioniste a déclaré la guerre aux prisonniers dans ses prisons et a commencé cette guerre dans la prison d’Ofer. Nous sommes confrontés à une nouvelle étape de la répression sioniste qui menace nos vies en tant que prisonniers. Nous sommes devenus le problème le plus important dans les couloirs du gouvernement et parmi les partis sionistes dans une compétition fébrile pour la confiscation de nos droits et la destruction de nos réalisations obtenues par le sacrifice, le sang et le martyre.

L’administration pénitentiaire, soutenue par une couverture politique et renforcée par des unités répressives spéciales (Masada-Dror-Yamaz-Yamam), est engagée dans une opération depuis le dimanche 20 janvier 2019 jusqu’au lundi 21 janvier au soir ; effectuant des perquisitions provocantes, détruisant nos biens et nous torturant par des fouilles à nu et des violences verbales. Nous avons défendu notre dignité comme nous pouvions le faire, alors que les salles et sections de la prison étaient transformées en un véritable champ de bataille, utilisant des balles en métal recouvertes de caoutchouc et des gaz lacrymogènes contre nous à toute distance. Ils ont utilisé des chiens, des matraques et des pistolets-mitrailleurs, blessant plus de 100 prisonniers, incendiant plusieurs pièces, confisquant nos biens et fermant toutes les sections. La situation est très tendue et nous allons prendre des mesures de protestation de plus en plus importantes dans les prochaines heures.

Face à cette escalade sanglante sans précédent, nous affirmons ce qui suit :

1) Nous appelons cette bataille par le nom de « la bataille de l’unité et de la dignité », une confirmation de notre unité et de notre fraternité et de notre engagement à préserver notre dignité.

2) Nous sommes les prisonniers et face à cet assaut sanglant, nous serons unis pour faire face à cette arrogance, armés de la justice de notre cause et de l’utilisation de tous les moyens de défense légitimes contre cette vague de violence.

3) Cette violente attaque contre les prisonniers s’inscrit dans le cadre de la terreur d’État organisée et de l’utilisation de la question des prisonniers comme débouché pour le gouvernement israélien devant le public.

4) Nous mettons en garde contre l’utilisation du problème des prisonniers comme un levier permettant aux partis israéliens d’attirer l’électeur israélien. Nous ferons échouer chaque pari.

5) Nous appelons toutes les organisations internationales et de défense des droits humains, en particulier le Comité International de la Croix-Rouge et les organismes internationaux de défense des droits humains, à assumer leurs responsabilités humanitaires, morales et juridiques afin de faire cesser les crimes commis contre nous et d’obliger l’occupation à se conformer aux lois internationales. lois et normes qui protègent nos droits.

6) Nous appelons tous les médias libres à raconter nos histoires et à rester au courant des événements en cours dans la prison, révélant ainsi la violation de nos libertés et de nos droits par l’occupant.

Notre peuple est inébranlable. Aujourd’hui est un jour d’accomplissement, nous faisons partie de vous et vous faites partie de nous. Nous raccourcissons nos années pour le bien de notre patrie. Ne vous limitez donc pas à utiliser votre temps pour notre liberté volée. Nous attendons avec impatience le grand intérêt et l’appui du public dans l’ensemble de la Palestine, confirmant à l’occupant que les prisonniers sont une ligne rouge qui ne peut être franchie.

Et la victoire pour nous, si Dieu le veut, alors que nous sommes unis et confiants dans l’équité de notre cause et de nos choix.

Vos frères, les prisonniers de la prison d’Ofer,

Mouvement de Libération Nationale Palestinien – Fateh

Mouvement de Résistance Islamique – Hamas

Mouvement du Djihad Islamique en Palestine

Front Populaire pour la Libération de la Palestine

Front Démocratique pour la Libération de la Palestine »

Publié le 23/1/2019 par Samidoun Palestinian Prisoner Solidarity Network
Traduction : Coup pour coup 31