Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Sauvez la vie de Walid Khaled Sharaf !

Sauvez la vie de Walid Khaled Sharaf !

jeudi 14 février 2019

Le prisonnier palestinien Walid Khaled Sharaf, 25 ans, d’Abou Dis, situé à Jérusalem occupée, est gravement malade au dispensaire de la prison de Ramle. Sharaf est emprisonné sans inculpation ni jugement en détention administrative ; le 4 février, l’ordonnance à son encontre a été renouvelée pour une nouvelle période de six mois sur la base de soi-disant « preuves secrètes » malgré la détérioration de son état de santé. Il est emprisonné sans inculpation ni jugement depuis le 10 juin 2018 et a passé près de cinq ans dans une prison israélienne au cours de plusieurs périodes de détention.

Sharaf souffre d’une maladie des reins, du foie et de l’intestin, ainsi que d’une maladie de la peau. Son état de santé s’est considérablement aggravé et il a été transféré de la prison d’Ofer à la clinique de la prison de Ramle , réputé pour sa négligence et ses mauvais traitements à l’égard de prisonniers palestiniens malades.

Le réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun souligne que l’occupation israélienne assume l’entière responsabilité de la vie et de la santé de Walid Khaled Sharaf, emprisonné sans inculpation ni jugement et confronté à une grave crise sanitaire. Les prisonniers palestiniens malades font face quotidiennement aux mauvais traitements, à la négligence et aux abus perpétrés par les services pénitentiaires israéliens et les agences de sécurité de l’occupation.

Sharaf est l’un des quelque 500 Palestiniens emprisonnés sans inculpation ni jugement en détention administrative . Ces ordres sont émis pour une période maximale de six mois à la fois et sont renouvelables indéfiniment. Les Palestiniens ont passé des années à la prison en vertu d’une ordonnance de détention administrative. Cette politique est fréquemment utilisée pour cibler les leaders étudiants, les organisateurs communautaires et d’autres personnalités palestiniennes importantes, telles que les membres du Conseil législatif palestinien tels que Khalida Jarrar .

Quinze prisonniers palestiniens incarcérés à la clinique de la prison de Ramle présentent les conditions de santé les plus graves et 140 autres des conditions de vie graves. Vingt et un détenus ont un cancer et 34 ont une forme de handicap grave qui les empêche de s’acquitter de leurs tâches quotidiennes. Les prisons israéliennes ne sont pas accessibles aux prisonniers handicapés, qui ont besoin de l’aide d’autres prisonniers pour leurs besoins essentiels. Un autre Palestinien emprisonné sans inculpation ni jugement, Moataz Obeidu , a besoin de l’aide de ses compagnons de captivité pour se déplacer, utilise un sac de colostomie et a besoin d’aide pour ses besoins personnels. Malgré le besoin de traitement en dehors des murs de la prison, il est en attente d’une prolongation de sa détention administrative de quatre mois.

Israa Jaabis est l’une des nombreuses femmes détenues souffrant de graves problèmes de santé. Une bonbonne de gaz de cuisine qu’elle portait était en train de brûler dans sa voiture à un poste de contrôle israélien, et Jaabis a été contrainte de rester dans sa voiture sous le feu. Elle a subi des brûlures sur plus de 60% de son corps, huit de ses doigts ont été amputés et elle a été sérieusement endommagée aux bras, aux oreilles, au nez et au visage. Elle a besoin d’aide pour les activités quotidiennes de base, comme manger, utiliser la salle de bain et changer de vêtements. En dépit de son état de santé grave, Jaabis, une mère et une assistante sociale ont été condamnées à onze ans dans une prison israélienne, où elle continue de nécessiter des interventions chirurgicales critiques et de compter sur le soutien de ses compagnons prisonniers.

Samidoun exhorte tous les partisans internationaux de la Palestine à se joindre à l’appel pour libérer Walid Sharaf et tous les prisonniers malades des prisons de l’occupation israélienne. Leur santé est en train de se détériorer davantage et leur vie est en danger en raison des pratiques en cours de l’État israélien.

Source : Samidoun