La féministe palestinienne Khitam Saafin condamnée à 6 mois de détention administrative

lundi 16 novembre 2020

Le 9 novembre 2020, la féministe et dirigeante palestinienne emprisonnée Khitam Saafin a été condamnée par une cour militaire israélienne à six mois en détention administrative, sans inculpation ni procès. Présidente de l’Union des comités de femmes palestiniennes, elle a été arrêtée avec six autres militants et défenseurs des droits de l’homme palestiniens le 2 novembre 2020. Elle a déjà été arrêtée par les forces d’occupation israéliennes en 2017 et condamnée à trois mois de détention administrative – ce qui avait provoqué un tollé mondial. Nous demandons instamment à tous les partisans de la justice en Palestine et aux organisations de femmes de s’exprimer et de protester pour exiger la libération de Khitam Saafin et de ses camarades palestiniennes détenues.

Khitam Saafin est une défenseure internationale bien connu des femmes palestiniennes et de la liberté et de la justice pour le peuple palestinien. Elle s’est exprimée dans le monde entier sur la lutte des femmes palestiniennes, notamment au Forum social mondial, et a présidé la Marche mondiale des femmes en Palestine.

JPEG - 58.9 ko

La détention administrative, une pratique introduite pour la première fois en Palestine par le mandat colonial britannique, emprisonne les Palestiniens sans accusation ni procès sur la base d’un « dossier secret ». Même l’avocat du détenu n’a pas accès au contenu de ce dossier ; au lieu de cela, il est simplement affirmé par le commandant militaire de l’occupation israélienne. Ces ordres de détention sont émis pour une durée maximale de six mois consécutifs et sont indéfiniment renouvelables. Les Palestiniens passent régulièrement des années en détention administrative. Il y a actuellement environ 370 prisonniers palestiniens détenus en vertu d’ordres de détention administrative, parmi les quelque 4500 prisonniers politiques palestiniens au total. […]

Les détenus administratifs se voient également refuser la possibilité de savoir quand leur peine prendra fin, car leurs ordres de détention sont soumis à un renouvellement indéfini. Cette incapacité à planifier l’avenir est en soi une forme de traitement cruel, inhumain et dégradant assimilable à de la torture psychologique, ainsi qu’une méthode de punition collective contre les familles des Palestiniens détenus par Israël.

Alkarama – Mobilisation des femmes palestiniennes a appelé à la libération de Saafin, soulignant que « l’arrestation de Saafin intervient dans le contexte de l’emprisonnement en cours des militants palestiniens par les autorités d’occupation israéliennes. On peut le constater par le nombre croissant de membres du Conseil législatif palestinien, de militants des droits de l’homme et de dirigeants de la société civile arrêtés par les forces d’occupation israéliennes ces dernières années ».

Un groupe d’organisations de femmes de gauche et progressistes dans la région arabe, dont le Secteur des femmes de la Voie démocratique au Maroc, l’Union des comités de femmes travailleuses palestiniennes, l’Association des femmes Jin du Liban, l’Union des comités de femmes palestiniennes et la Marche mondiale des femmes – région MOAN, a également exigé sa libération immédiate dans une déclaration « demandant aux organisations de défense des droits de l’homme et des femmes de la région de cristalliser une campagne régionale et internationale de solidarité pour exiger la libération de la camarade Khitam et du reste des prisonniers palestiniens et appelle à un soutien sérieux et réel au mouvement des prisonniers palestiniens. » […]

Mme Saafin fait partie de la quarantaine de femmes palestiniennes emprisonnées, dont plusieurs détenues administrativement, des militantes étudiantes et des leaders politiques emprisonnées, notamment la parlementaire de gauche et féministe Khalida Jarrar. Le 9 novembre, la journaliste palestinienne et avocate des prisonniers politiques Bushra al-Tawil a également été arrêtée par les forces d’occupation israéliennes à un point de contrôle au sud de Naplouse, trois mois seulement après sa dernière libération de détention administrative sans charge ni procès.

Lire la suite.



Sites favoris


8 sites référencés dans ce secteur