Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Calendrier > RAMALLAH VILLE-MONDES Escale 1

RAMALLAH VILLE-MONDES Escale 1

samedi 14 novembre 2015

Dimanche 15.11.2015 à 15:00 sur France Culture
« Ramallah : miracle, mirage et bulle »

Il y a tout juste 10 ans, Daniel Barenboïm et Edward Saïd rassemblaient en plein cœur de Ramallah des musiciens israéliens, palestiniens et espagnols pour un concert hautement symbolique avec le West-Eastern Divan Orchestra. Un événement médiatique, illustration d’un désir de paix qui allait faire enfin exister la ville sur les cartes de la région comme la capitale administrative de l’Autorité palestinienne...

Producteur Alain Lewkowicz – Réalisateur Vincent Decque – Technicien Nicolas Matthias

Ramallah © ALAIN LEWKOWICZ

Située au centre de la Cisjordanie à une quinzaine de kilomètres au nord de Jérusalem elle est aujourd’hui l’épicentre de ce que sera demain un futur état palestinien. Car pour l’instant, cette ville de ce qu’on appelle – même si le terme fait polémique – la « West Bank », reste un territoire occupé depuis la Guerre des Six Jours de 1967. Poumon économique et diplomatique de la Palestine, Ramallah, d’à peine 17 kilomètres carrés, est aujourd’hui en pleine croissance malgré les restrictions imposées par Israël. On compte désormais près de 230 000 habitants dans l’agglomération que forment les 88 villes et villages des alentours de Ramallah qui, intra-muros compte 40 000 âmes.
Initialement composée de Palestiniens chrétiens, Ramallah est aujourd’hui essentiellement peuplée de réfugiés musulmans en provenance des 4 coins de la Palestine, les « réfugiés de 48 » comme on dit. 1948, année de la création de l’Etat d’Israël mais également année de la « nakba », « la catastrophe » pour des milliers de Palestiniens contraints de quitter leur maison et leur terre. L’afflux massif d’argent en provenances de la diaspora et des aides internationales, l’établissement des missions diplomatiques de près de 25 pays attirent de plus en plus de monde.

Ramallah s’engorge et étouffe. Combien sont-ils chaque année à y venir tenter leur chance, rêvant ici d’un avenir meilleur ? Ramallah est aujourd’hui un véritable chantier à ciel ouvert. La spéculation immobilière fait flamber les prix tandis que les demandes de logements explosent. Et malgré l’occupation, tout semble être loin du conflit israélo-palestinien et de ses enjeux internationaux. Malgré les limitations administratives imposées par les Israéliens, on y boit, on y fume, on y flirt, on y étudie, on y fait des affaires et on y gagne de l’argent. Ramallah s’est forgé une identité bien singulière, entre lutte et résignation, entre colère récurrente et fatalisme. Une âme qu’on retrouve dans le cinéma, la littérature et même dans l’architecture de cette ville « prison ». Une vie culturelle qui cherche à briser l’isolement de la cité pour retrouver une vie normale.

Avec :
Julien Chiappone-Lucchesi, ancien directeur du centre culturel franco-allemand de Ramallah
Mahmoud Abou Hashhash, écrivain, auteur de Ramallah, mon amour (Galaade éditions, 2007)
Majed Bamia, diplomate palestinien
Bruno Fert, photographe
Chaadu Zaqtan, chanteur
Ghassan Zaqtan, poète
Naseer Abdulhadi, commerçant et membre du comité touristique de Ramallah,
Mohanad Yaqubi, réalisateur-cinéaste
Chaadi Atshan, jeune et dynamique incubateur de start-up
Marwan Asad, DJ
Peter Imseeh, un des plus vieux commerçant de Ramallah,
Rima Tarazi figure emblématique de la vie culturelle ramallawie
Ramad Karazon, musicien
Yazid Anani, architecte-urbaniste, du collectif Ramallah Syndrome
Nicolas Pezout, de l’hôtel Moevenpick
la famille Hamouri