Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Journée des Femmes : les FIO (forces israéliennes d’occupation) kidnappent la (...)

Journée des Femmes : les FIO (forces israéliennes d’occupation) kidnappent la militante palestinienne Manal Tamimi

samedi 12 mars 2016

Les forces israéliennes d’occupation (FIO) ont kidnappé mardi, en pleine nuit, la militante emblématique contre le mur et les colonies et mère de six enfants Manal Tamimi, 43 ans, à son domicile à al-Nabi Saleh, village près de Ramallah. A l’occasion de la Journée internationale des Femmes, le 8 mars, à 1h30 du matin, des dizaines de soldats ont attaqué et envahi le domicile de Manal. Après avoir enfermé les membres de sa famille dans une pièce, des soldates ont emmené Manal dans une autre pièce de la maison et l’ont kidnappée après l’avoir fouillée.

Journée des Femmes : les FIO kidnappent la militante palestinienne Manal Tamimi

Manal Tamimi pendant une manifestation à An-Nabi Saleh
Le mari de Manal, Bilal Tamimi, 50 ans, a dit que quelques heures après l’arrestation, la famille a appris qu’elle avait été emmenée au poste de police israélien Benyamin, près de Ramallah ; il a ironisé sur l’arrestation, disant que c’était "le cadeau israélien aux Palestiniennes pour la Journée des Femmes."

Gabi Lasky, avocat de Manal, a dit que Tamimi a subi un interrogatoire au poste de police, et qu’ele a demandé qu’une audience ait lieu le plus rapidement possible pour connaître les charges qui pèsent contre elle.

Munther Amira, coordonnateur du Comité de coordination de lutte populaire, a vigoureusement dénoncé le kidnapping, le qualifiant de nouveau crime israélien contre les femmes, en particulier à l’occasion de la Journée des Femmes.

Amira a dit que cet acte montre la brutalité israélienne contre toutes les valeurs de liberté et de démocratie, et contre toutes les femmes, et les Palestiniennes en particulier.

Le Comité a demandé que toutes les associations pour les femmes et les organisations pour les droits de l’homme dénoncent les crimes israéliens contre les femmes et se focalisent sur le cas de Manal en ce moment.


Manal et sa famille sont à la pointe de la résistance populaire non violente. Ses deux cousines Ahed et Wa’ad al-Tamimi (photo ci-dessus) se sont dressées maintes fois face aux soldats pendant les manifestations.

En septembre 2015, une vidéo a fait le tour du monde : on y voit un soldat israélien qui avait attaqué le jeune Mohammad Tamimi, frère de Ahed et Wa’ad, alors que l’adolescent avait le bras cassé dans un platre. La cousine de Manal, Nariman, mère de Mohammad, avec ses filles Ahed et Wa’ad, avait sauvé Mohammad des griffes du soldat.


Ces 6 dernières années, le village de An-Nabi Saleh organise une manifestation pacifique hebdomadaire contre le mur et les colonies israéliennes qui étranglent le village.

Bilal Tamimi a dit que Manal a été dans l’incapacité de participer aux manifestations ces 3 dernières semaines parce qu’elle a développé une mauvaise allergie aux gaz lacrymogènes que l’armée d’occupation tire intensivement pendant les manifestations.

Manal a été blessée aux jambes par balles, en 2013 et 2015.
Source : Popular Struggle Coordination Committee