Le CRIF attaque BDS

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) Roger Cukierman a demandé à la banque Crédit Mutuel de fermer le compte du principal groupe anti-israélien BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) en France, rapporte dimanche le site du journal Jérusalem Post.

Le quotidien israélien avait découvert il y a quelques semaines que la banque avait pour client la branche française de la campagne de boycott qui vise Israël.

Roger Cukierman a rappelé au Jérusalem Post mercredi que "le boycott (d’Israël) est interdit par la loi" en France, faisant référence à la loi Lellouche de 2003 qui condamne notamment les boycotts à caractère raciste, antisémite ou xénophobe.

Suite à l’adoption de cette loi, de nombreux activistes anti-israéliens ont été arrêtés, puis condamnés.

Frédéric Monot, un porte-parole du Crédit Mutuel, a déclaré au Jerusalem Post que l’établissement ne pouvait "divulguer des informations couvertes par le secret bancaire", mais qu’il respectait "strictement l’application de la loi française".

Sollicité par le Jérusalem Post, la branche France du BDS France n’a pas souhaité commenter la demande du président du Crif.

Après que le Jérusalem Post a révélé en février dernier l’existence d’un compte du groupe BDS Allemagne chez BNP Paribas, la banque a décidé de le fermer.

La campagne BDS avait ouvert ce compte à Munich chez DAB Bank, une filiale de BNP Paribas.

Selon des sources du journal israélien, BNP Paribas a fermé le compte de la campagne BDS car son client contrevenait à la loi.

Dans le même temps, le ministre israélien de la Sécurité publique Gilad Erdan a déclaré : "Nous continuons à exhorter toutes les institutions financières à examiner attentivement les conséquences en termes juridiques, de réputation et d’éthiques de l’aide aux activités des groupes BDS"...

Publié sur I24 News le 24 avril 2016

Voir en ligne : Le Crif demande la fermeture du compte bancaire du BDS en France

Navigation

AgendaTous les événements