Une nouvelle plus légère pour finir l’année : la Palestine a dépassé pour la première fois Israël au classement de la Fifa

, popularité : 4%

L’équipe nationale palestinienne a atteint jeudi le meilleur rang de son histoire au classement de la Fédération internationale de football (Fifa), et a même dépassé pour la première fois Israël.

Le président de la Fédération palestinienne Jibril Rajoub a salué auprès de l’AFP un "succès historique" dans l’accession de l’équipe à la 82e place du classement, tandis que le onze israélien recule de 16 places jusqu’au 98e rang après une décevante campagne de qualifications pour la Coupe du monde.

Photo : © HAZEM BADER AFP

La Palestine reste au contraire sur une série de victoires sur la voie de l’Asian Cup, dont un succès 10-0 contre le Bhoutan.

La comparaison retient l’attention des Palestiniens compte tenu de la persistance du conflit avec Israël. Le football est aussi un terrain sur lequel les Palestiniens cherchent à faire avancer leur cause, dénonçant les entraves infligées à la pratique de leur sport par les checkpoints israéliens de Cisjordanie occupée ou le blocus imposé à la bande de Gaza.

Ils ont cherché pendant des mois à pousser la Fifa à mettre fin aux matches de six clubs de différentes divisions du championnat israélien qui disputent leurs rencontres à domicile dans des colonies de Cisjordanie, territoire palestinien occupé par l’armée israélienne depuis 1967.

La colonisation est illégale au regard du droit international.

La Fifa a refusé fin octobre d’intervenir en invoquant sa neutralité en matière politique.

En accédant à la 82e place et en devançant l’équipe israélienne, "nous l’emportons sur les mesures prises par l’occupant (israélien) et le harcèlement quotidien de sa part", a déclaré M. Rajoub.

Un porte-parole de la fédération israélienne a félicité les Palestiniens. "Nous leur souhaitons toute la réussite possible", a-t-il dit, ajoutant que les Israéliens étaient prêts à tout moment à un match amical avec eux. "Que le meilleur gagne", a-t-il dit.

Israël dispute les qualifications avec les équipes européennes, tandis que la Palestine se confronte aux formations asiatiques.

La Palestine est membre à part entière de la Fifa depuis 1998, alors qu’elle a seulement obtenu le statut d’Etat observateur à l’ONU en 2012.
source : L’Orient le Jour avec AFP

L’équipe palestinienne a fait bien du chemin, depuis son premier match international officiel :

Un match Palestine-Afghanistan :

Un des principaux faits d’armes du 11 palestinien, une victoire en Algérie :


Notre article du 16 juin 2016

De passage à Marseille, d’où il est originaire, Nourredine Oudali évoque les avancées du football palestinien qui, a petit pas, progresse vaille que vaille, malgré la tutelle israélienne qui complique les choses.

La principale qualité de Nourredine Ouldali, c’est la patience. « Depuis que je suis à la tête de la sélection palestinienne de football, j’ai appris à prendre sur moi. Attendre de longues heures aux guichets des contrôles des aéroports. Ou aux check points sur les routes. » Lui qui connaît les rues du Rouet comme sa poche, qui dès qu’il voit un ballon a les pieds qui le démange, a dû se faire une raison.

Même si la FIFA a dû taper du poing sur la table, adressant à la fédération israélienne de football un carton jaune - orangé pour son attitude vis-à-vis des clubs et sélections palestiniennes, les contrôles sont toujours aussi stricts. Chaque fois qu’une équipe doit quitter la Cisjordanie pour se rendre à un rendez-vous de coupe d’Asie des clubs ou des éliminatoires pour la sélection palestinienne, le même scénario se reproduit. « Nous sommes toujours soumis à l’aval des autorités israéliennes. »

Ces tracasseries ont ainsi plombé les chances de l’équipe nationale lors de son parcours dans les éliminatoires du mondial 2018. « Sur les huit matches que nous avons joués, nous avons dû en disputer six à l’extérieur car nos adversaires ne voulaient pas se déplacer. » A ce handicap est venu se rajouter un manque d’expérience des rendez-vous de haut-niveau. « Quand vous jouez contre les Emirats Arabes Unis, cela fait la différence ». Même si face à cette grosse cylindrée du football arabe, les hommes de Nourredine Ouldali ont réussi un bel exploit. « Un 0 -0 qui ressemblait à une victoire, vu le calibre de l’adversaire ! »

Un vieux briscard du football

Comment s’est-il retrouvé à diriger une sélection nationale ? Nourredine est avant tout un habitué des stades marseillais. Il a roulé sa bosse entre Air-Bel et Le Rouet. Avant de tenter une première expérience, déjà en Palestine, en tant qu’adjoint de Moussa Bezaz avec la sélection nationale. Durant un an, de 2011 à 2012, il emmagasine une certaine expérience au côté d’un entraîneur qui a connu une belle carrière en France.

Un chemin de croix

Lorsque les hymnes retentissent, le peuple palestinien se sent exister. Photos DR

Il enchaîne une expérience en Algérie, avec Rolland Courbis et Hubert Vellud. Le trio permet à l’USM Alger de jouer les premiers rôles dans le championnat local, où Nourredine Oudali s’était déjà fait remarquer, en bien, lors de son passage à Sétif, avec François Bracci. Il enchaîne sur une saison à Bahreïn où il s’occupe des U19 de la sélection nationale. Avant de reprendre la direction de Jérusalem en 2015. Cette fois, il est le numéro un.

Lorsqu’il revient en Palestine, Nourredine constate quelques avancées. « L’avertissement de la FIFA a eu des effets. La menace de suspendre les clubs israéliens de toutes compétitions internationales, qui est toujours brandie, nous permet de travailler avec un peu plus de confort. » Malgré tout, l’action au quotidien reste « compliquée ».

Le principal souci reste géographique. Gaza est toujours coupé de la Cisjordanie. Il est impossible pour lui d’aller voir ce qui se passe sur les terrains de l’enclave où, malgré la guerre, on essaie de jouer au football. « Quand je lance un regroupement de joueurs, c’est un véritable chemin de croix. J’ai le sentiment de refaire le parcours de Jésus, ce qui est un comble pour un musulman ! » plaisante-t-il.

Au fil des jours et des semaines, le travail porte ses fruits. Le football attire de plus en plus de jeunes, des garçons aussi bien que des filles. « Nous avons des sélections dans toutes les catégories de jeunes, à partir des U14, aussi bien chez hommes que chez les femmes. Nous avons aussi des équipes dans les écoles et les universités ».

Les résultats commencent à suivre. « Chaque victoire est un espoir supplémentaire. Une bouffée d’oxygène pour tout un peuple. » Selon Nourredine Oudali, le football palestinien peut devenir une locomotive au Proche Orient. « Il y a des défis à relever et des jeunes de qualités pour y parvenir ». Le concours de la Fifa, qui a financé plusieurs stades, dont cinq aux normes internationales, sans parler de l’Académie Sepp Blatter et du siège de la fédération palestinienne de football qui est un outil efficace, a été l’élément déclencheur.

Chaque match est une fête

Sur le terrain, les joueurs oublient les brimades et les contrôles quotidiens. Dans les tribunes, « le fait de voir une équipe porter le maillot de la Palestine suscite un bonheur total. Même si le résultat n’est pas bon, pour les supporters, le fait d’être là est suffisant pour manifester cette joie. »

Désormais, alors que tout le monde au pays attend de connaître le tirage des éliminatoires de la Coupe d’Asie 2017, le but de Nourredine Ouldali est d’organiser sur place un tournoi international. « Les gamins rêvent ici du Real et du Barça. De rencontrer Ronaldo et Messi ». S’il sait que le top niveau de la Ligue des Champions est encore inaccessible, le prochain succès du football palestinien sera lorsque des clubs européens se produiront sur le stade de Jérusalem ou sur celui d’Hébron.

« C’est un travail de longue haleine. Mais nous sommes optimistes. Vu la progression régulière, je pense que le meilleur est à venir. » Avec le soutien de Djibril al Rajoub, le dynamique président de la fédération.

source : Michel Garoscio - 11 mai 2016

dernière minute
Les Vendredis de Ballon Rouge
Débat hebdomadaire, ouvert à tous
Salle des sociétés - Rue du jeu de ballon - Aubagne

Vendredi 17 Juin 2016 à 20h00

Pendant l’incontournable Euro, un autre football se bat pour exister !
Rencontre avec Nourredine Oudali, sportif marseillais, devenu sélectionneur de l’équipe Nationale de Football de Palestine.

Prévoyez votre cabas et quelques sous, Palestine 13 proposera de l’huile d’olive et d’autres produits palestiniens.

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

8 sites référencés dans ce secteur