Union Pacifiste.

vendredi 26 mars

FRANCE

Malgré un appel retentissant de la Cour européenne des droits de l’homme (voir UP 580 jui let-août 2020), qui a confirmé, en juin dernier, la légitimité du boycott citoyen d’un État pour motifs politiques et a condamné la France à indemniser des militants de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement,Sanction) injustement poursuivis, le gouvernement refuse de lâcher prise.
Traiter de racistes et d’antisémites, et inculper des militants appelant à boycotter l’État d’Israël pour soutenir les Palestiniens, relève de la désinformation ou de la mauvaise foi.
Olivia Zémor, militante de BDS, était convoquée le 16 mars devant le tribunal de Dijon pour avoir relayé sur le site d’Euro Palestine, en 2016, un appel à boycotter une firme pharmaceutique israélienne. Réunie par une trentaine d’organisations, une manifestation de soutien s’est déroulée le 13 mars devant le ministère de la Justice, à Paris. D’autres ont eu lieu à Lyon, Lile…
L’appel s’est fait sur la base de la solidarité avec Olivia Zémor et de tous les militants de la Campagne BDS : « non au chantage à l’antisémitisme, à bas la complicité du gouvernement français avec le régime de l’apartheid israélien, boycott d’Israël, État raciste !
Bds.org


Sur le Web : union Pacifiste