Israël-Palestine : une tragédie trop ordinaire (POLITIS)

jeudi 28 avril

Depuis le 22 mars, des attentats palestiniens et la répression israélienne qui s’ensuit ont fait 14 morts.

Le scénario est toujours le même. Cela commence le plus souvent par des incidents sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem. Jets de pierres contre l’armée d’occupation qui riposte. La tension gagne Gaza, d’où des tirs de roquettes ciblent les villes proches, puis raids de l’aviation israélienne. C’est à ce scénario que nous assistons depuis plusieurs semaines, avec une aggravation depuis le début du ramadan. Bilan ? 250 blessés palestiniens sur l’esplanade. Et, à Gaza, fermeture du passage d’Erez, le seul qui permet aux journaliers palestiniens d’aller travailler en Israël. Un acte de répression sociale qui frappe quelque douze mille Palestiniens, aggravant le sort d’une population otage depuis quinze ans d’un blocus inhumain, et qui vit à 60 % sous le seuil de pauvreté.



Toutes les brèves du site