Ne laissons pas faire le fascisme à Jérusalem

mercredi 5 mai

Dans l’Humanité du 04/05

Les exactions israéliennes vis-à-vis des Palestiniennes et Palestiniens, qu’ils soient ou non citoyens de plein droit d’Israël ou résidant dans les territoires occupés, sont la règle au point que les médias dominants n’en parlent pratiquement plus.
Lors de la dernière élection, ­Netanyahou a provoqué et utilisé sans vergogne la malencontreuse scission intervenue au sein de la Liste unie, dont il faut espérer qu’elle demeure promise à un grand avenir. Le « gouvernement israélien », empêtré dans une crise politico-judiciaire sans fin, en profite pour laisser se développer un climat de « pogroms » fascisants à Jérusalem, selon les propres termes du quotidien israélien Haaretz.
Des chiens d’attaque sont maintenant lancés contre des travailleurs palestiniens paisibles. Selon Gideon Levy, éditorialiste de Haaretz, impossible de ne pas faire le lien avec les méthodes en vigueur en Afrique du Sud au temps de l’apartheid.
De véritables commandos fascistes, quotidiennement, se lancent en expéditions punitives à Jérusalem aux cris de « Mort aux Arabes ». Leurs crimes sont laissés impunis.
Jusqu’à quand notre pays, si prompt à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme, se taira-t-il lorsqu’il s’agit de tels crimes, au seul motif qu’ils se déroulent en Israël ou dans les territoires occupés par Israël ? Jusqu’à quand renverra-t-il dos à dos l’occupant et l’occupé ? Jusqu’à quand produira-t-il des communiqués où le cynisme voisine avec l’indécence ?
Jusqu’à quand l’Union européenne, si prompte à se saisir de la question des droits de l’homme, restera-t-elle muette devant les exactions d’un État avec lequel elle a un accord d’association qui lui donne quasiment les mêmes prérogatives qu’un État membre ?
Cette géométrie variable doit cesser. L’impudence israélienne doit être stoppée.
Une autre voix juive demande que, sans attendre, la France reconnaisse l’État de Palestine, exige l’application pleine et entière par l’État d’Israël des résolutions de l’ONU. Elle exige que l’Union européenne suspende l’accord d’association qui la lie à l’État d’Israël.
Le conflit du Proche-Orient est l’une des clés de la paix mondiale, il a une solution connue de longue date. Une autre voix juive n’accepte pas et n’acceptera pas de voir banaliser le fascisme comme « série d’affrontements communautaristes ». Le fascisme tue. Toujours et partout. Ne laissons pas faire.
OLIVIER GEBUHRER ET PASCAL LEDERERCoanimateurs d’Une autre voix juive