Onze jours d’horreur absolue La population de Gaza fière, déterminée et confiante

lundi 24 mai

Ziad Medoukh.
En onze jours, les forces de l’occupation israélienne ont mené des opérations militaires et des attaques sanglantes contre la population civile de la bande de Gaza, dans un déferlement de bombe qui a fait des centaines de morts et des milliers de blessés, en majorité des civils : femmes, enfants et personnes âgées, sans oublier la destruction massive des habitations et des infrastructures civiles.

L’armée d’occupation, a semé la terreur et l’horreur à Gaza qui subit et supporte un blocus inhumain et illégal, depuis plus de quinze ans, s’ajoute à cela une crise sanitaire sans précédent liée à la pandémie.

JPEG - 6.6 ko

Avec ses nouveaux cycles d’agression de l’armée israélienne la plus morale du monde détruit tous et sans distinction dans la bande de Gaza, immeubles, maisons, bâtiments, hôpitaux, mosquées, usines, bibliothèques, centres médicaux, écoles, universités, librairies, stations électriques, puits d’eaux, parcs, banques, associations, stades, centres commerciaux et terrains agricoles.

Devant le silence complice d’une communauté internationale impuissante et de l’absence des médias qui occultent cette réalité des faits, cette armée est assurée d’une impunité totale, a commis des massacres et des crimes à l’encontre des civils de la bande de Gaza avec ses armes interdites et ses missiles

Le véritable objectif de cette quatrième offensive militaire en douze ans est de briser la volonté remarquable d’une population civile résistante qui a choisi de défier le blocus et toutes les mesures atroces de l’occupation, quitte à rester et vivre dans les ruines des bombardements.

La population civile dans la bande de Gaza a affronté ces attaques sanglantes avec une volonté remarquable et une patience exemplaire malgré sa souffrance et le nombre des victimes qui augmente chaque jour.

Bien que la population palestinienne soit abandonnée à son sort, elle donne des leçons de courage au monde entier par sa résistance historique, sa résilience exemplaire et par son attachement à sa terre en dépit de cette abominable situation

Face à ce carnage, à ces agressions, à ce pilonnage, il règne chez les Palestiniens de Gaza de nombreux sentiments.

– Un sentiment de fierté, ils sont fiers de leur admirable résistance au regard des carnages, en onze jours, ils tiennent le coup et continuent à affronter cette réalité atroce, ils résistent face à la cinquième puissance militaire du monde grâce à leur ténacité.

– Un sentiment d’inquiétude, car personne ne sait ce qui l’attend, surtout avec cette armée barbare qui tue et extermine, les civils ; les habitants sont inquiets pour leurs enfants qui n’ont pas d’abri ni sous-sol, inquiet de ce que cette offensive va produire de nouveau tant que le monde ne bouge pas.

– Un sentiment de colère contre la communauté internationale officielle complice des crimes israéliens, un sentiment de colère contre des pays qui se disent libres et démocrates et qui apportent leur soutien public aux forces d’occupation israélienne dans leurs agressions sanglantes contre la bande de Gaza

– Un sentiment d’indignation face aux médias qui se disent objectifs, mais qui répètent la version de l’occupant, et face aux organisations de droits de l’homme qui n’arrivent même pas à dénoncer ces crimes

– Un sentiment de satisfaction et de soulagement de voir partout dans le monde cette mobilisation générale et ces manifestations de solidarité, de voir ces millions de personnes de bonne volonté qui descendent dans les rues des capitales et villes pour exprimer leur colère contre la barbarie israélienne et en solidarité avec les Palestiniens de Gaza, qui se sent moins seul avec l’aide de ces actions populaires.

– Sentiment de confiance, notre population est confiante, elle sait s’adapter à cette situation, elle supporte l’insupportable, elle garde espoir malgré cette réalité meurtrière. Et malgré ce génocide ce crime contre l’humanité, les Palestiniens de Gaza n’éprouvent aucun sentiment de haine.

Notre message est clair :

C’est ici notre terre, jamais nous ne partirons, en dépit de tous les massacres et de toutes les atrocités israéliennes sanglantes et illégales contre la population civile, malgré toutes les agressions qui touchent celle-ci, ses maisons, écoles, universités et terres, et malgré le silence complice de ce monde officiel, nous sommes plus que jamais déterminés à faire aboutir nos revendications, nous continuerons notre résistance sous toutes ses formes pour la liberté, car pour nous, résister, c’est créer sa liberté avec dignité, et pour la paix, une paix qui passera avant tout par la justice et l’application du droit international.