Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > La tente pour fêter son diplôme s’est transformée en une tente de deuil, après (...)

La tente pour fêter son diplôme s’est transformée en une tente de deuil, après que le jeune diplômé a été abattu dans les manifestations

samedi 29 juillet 2017

La même tente qui avait été montée pour Muhammad Sharaf afin de recevoir les félicitations de ses amis et de sa famille après l’obtention de son diplôme de fin d’études secondaires est maintenant devenue une tente de deuil pour sa famille afin d’y recevoir les condoléances, a dit sa mère endeuillée à Ma’an, samedi.

Juste une semaine après l’obtention d’un diplôme très attendu, connu en arabe comme le tawjihi, le jeune homme de 18 ans s’était joint à une protestation de masse pour la prière du vendredi, dans la Jérusalem-Est occupée, contre les mesures sécuritaires israéliennes au complexe de la mosquée Al-Aqsa.

Les forces israéliennes ont attaqué cette manifestation pacifique, provoquant des affrontements violents dans toute la la ville. En rentrant chez lui à Silwan, après avoir assisté aux prières dans la Vieille Ville avec des milliers d’autres, au milieu des gaz lacrymogènes, des balles caoutchouc, et des bombes assourdissantes, Muhammad a été abattu, tué avec des balles réelles par un colon israélien, dans le secteur Ras-al-Amud de la ville, a déclaré sa mère endeuillée, corroborant les témoignages précédents.

Deux autres jeunes Palestiniens, l’un de 17 ans, l’autre de 20 ans – qui s’appelle lui aussi Muhammad – ont été abattus plus tard ce même jour par les forces israéliennes et au milieu d’affrontements à grande échelle, sans précédent à Jérusalem, qui se sont propagés dans le territoire palestinien occupé, après de multiples marches de solidarité qui ont, elles aussi, été sauvagement réprimées .

« Merci à Dieu que Muhammad, en une semaine, ait reçu la shahadah et qu’une fois encore, il a été béni avec la shahadah » dit la mère dans un triste jeu de mot, le mot arabe « shahadah » signifiant à la fois, diplôme et martyre.

Muhammad venait aussi de célébrer son 18e anniversaire, sept jours avant son assassinat.

« Il avait l’habitude de faire ses prières du vendredi à Al-Aqsa, chaque semaine. Il voulait prier dans la maison de Dieu, mais les restrictions et les détecteurs de métaux empêchaient d’accéder à Al-Aqsa, alors il a prié dans la rue. Sur la route de la maison, en rentrant, lui et un groupe de jeunes hommes ont été pris pour cible et subi les tirs d’un colon », dit Umm Muhammad.

Elle dit que son époux, le père de Muhammad, a reçu un appel téléphonique après la prière, l’alertant que son fils avait été touché par des tirs et blessé. « Il m’a dit de ne pas m’inquiéter, de ne pas avoir peur, et qu’il allait vérifier pour Muhammad. Quelques minutes plus tard, j’ai appris que Muhammad était mort en martyr, et que son corps avait été emmené immédiatement au cimetière. »

Le corps de Muhammad a été emmené en urgence au cimetière pour les funérailles, avec les corps des deux autres Palestiniens tués ce jour-là, de crainte que les autorités israéliennes ne tentent de s’emparer de leurs corps.

D’autres parents à la tente de deuil font remarquer que Muhammad n’avait pas eu le temps de décider quelle voie universitaire il allait suivre.

« Il a reçu la shahadah par décision divine » disent-ils. Et la tante de Muhammad dit à Ma’an que « hier encore, il parlait de ses projets d’avenir, dans quelle université il voulait aller et quelle matière principale il voulait étudier ».