Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > Toujours plus loin dans le sadisme : Israël utilise des drones pour lâcher du (...)

Toujours plus loin dans le sadisme : Israël utilise des drones pour lâcher du gaz lacrymogène sur les Palestiniens

vendredi 30 mars 2018

Les forces d’occupation israéliennes ont utilisé des drones sans pilote pour lâcher du gaz lacrymogène sur les Palestiniens de Gaza pour la première fois vendredi dernier, selon le Times of Israël.

Quelque 200 Gazaouis s’étaient rassemblés près de la barrière frontalière avec Israël dans le cadre d’une manifestation hebdomadaire contre le blocus de dix ans lorsqu’un véhicule aérien sans pilote s’est approché de la scène. Des images prises par l’agence de presse libanaise Al-Mayadeen montrent le drone larguant des bombes lacrymogènes sur les manifestants que l’ont peu voir fuir la scène, aveuglés.

Israël utilise une débauche de gaz lacrymogène contre les rassemblements de Palestiniens, et si cela ne suffit pas, l’armée d’occupation tire à balles réelles sur ceux qui manifestent - Photo : Oren Ziv/Activestills.org

@MaxBlumenthal
Israël expérimente sur les habitants de Gaza en cage qui protestent contre leur emprisonnement perpétuel en les bombardant de gaz lacrymogènes à l’aide de drones. Pour avoir la vision la plus claire de notre avenir dystopique, regardez toujours l’état d’Israël actuel.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré qu’au moins deux personnes ont été blessées dans les affrontements, et qu’au moins huit autres Gazaouis ont été blessés par des tirs israéliens lors de manifestations ailleurs dans l’enclave côtière.

Selon des sources militaires, l’utilisation de drones pour le tir de gaz lacrymogène est encore expérimentale et n’a pas encore été rendue opérationnelle.

Muhammad Smiry – Gaza‏ @MuhammadSmiry
L’ironie du sort, c’est que votre revenu quotidien moyen est de 1 dollar et que vous êtes bombardés par un missile israélien valant 1 million de dollars. #Gaza

Gaza a connu plusieurs affrontements depuis l’annonce du président américain Donald Trump qui reconnaissait Jérusalem comme capitale d’Israël, avec des manifestations prévues chaque semaine. Le mois dernier, deux adolescents palestiniens ont été tués après avoir reçu des balles réelles alors qu’ils s’approchaient de la clôture d’enceinte, apparemment à la recherche d’un emploi en Israël.

Gaza doit faire face depuis de nombreux mois à une urgence humanitaire croissante, confrontée à une crise énergétique, hydrique et sanitaire. Les résidents sont également empêchés de quitter la Bande, forçant une jeune fille de Gaza à se rendre seule, sans sa mère ni son père, à Ramallah, ville centrale de Cisjordanie occupée, pour une greffe de rein le mois dernier.

Un rapport récent a également révélé que plus de 1 000 Palestiniens sont morts à la suite du siège imposé depuis 11 ans par Israël à l’enclave assiégée.

Le coordinateur d’organisations caritatives Ahmed Al-Kurd a déclaré que « 450 des victimes sont mortes à cause des problèmes auxquels est confronté le système de santé et du manque de médicaments, d’équipement médical et de transferts pour traitement ».

« Aujourd’hui, nous lançons au monde entier un cri retentissant : sauvez Gaza de ces conditions désastreuses », plaide Al-Kurd, demandant : “Combien de temps allez-vous encore attendre et combien de victimes supplémentaires vous faut-il pour agir ?

14 mars 2018 – The Palestine ChronicleTraduction : Chronique de Palestine – MJB