AirBnb passe au boycott des colonies : pas trop tôt !

Le mouvement BDS vient de remporter une victoire, notamment grâce à la ténacité de ses militants américains, avec l’annonce de AirBnb, de ne plus passer d’annonces concernant des locations dans les colonies israéliennes installées en Palestine occupée et totalement illégales au regard du droit international.

"AirBnb hors des colonies"

“Nous sommes parvenus à la conclusion que nous devons retirer nos offres de locations émanant des colonies israéliennes de Cisjordanie occupée, qui sont au coeur du conflit entre Israéliens et Palestiniens", indique la plate-forme de locations entre particuliers sur son site web.

Un porte-parole de AirBnb a précisé à Reuters que cette décision qui concerne environ 200 petites annonces prendra effet "dans les jours qui viennent".

Une bonne nouvelle, dûe à une mobilisation importante aux USA, notamment de l’association Codepink, contre ces pratiques illégales.

Les hurlements n’ont évidemment pas tardé côté israélien (« antisémites ! », « terroristes », etc…).

Mais le ministre du Tourisme Yariv Levin s’est à l’occasion tiré une belle balle dans le pied : il a en effet ordonné une « réduction » des activités de Airbnb en Israël, là où la plate-forme se contente de sanctionner les colonies dans les territoires palestiniens occupés.

Le dirigeant palestinien Saeb Erekat a pour sa part exigé du Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies qu’il publie enfin sa base de données
des entreprises, israéliennes et internationales, qui profitent du régime d’apartheid.

CAPJPO-Europalestine


Notre article du 16 juin 2016

Cisjordanie occupée : les Palestiniens dénoncent Airbnb pour des annonces dans les colonie - déjà 150 000 pétitions

Selon la coalition « =Stolenhomes » (maisons volées), 150 000 personnes ont demandé à Airbnb de mettre fin à leur politique d’expropriation et de discrimination par la location dans les territoires occupés, de cesser de faire de l’argent par les « maisons volées ».

"Mais nous n’avons eu aucune réponse. Il est clair qu’Airbnb fait plus attention à son résultat financier qu’aux voix de la communauté grâce à laquelle ils gagnent de l’argent, alors nous allons commencer à leur parler par où ils écoutent. Nous allons mettre la pression sur le plus gros investisseur d’Airbnb -Fidelity Investments- et utiliser leur influence pour obliger Airbnb à mettre fin à leur profit sur les « maisons volées ».

Avec la brutale occupation militaire israélienne depuis maintenant 50 ans, il est grand temps pour les entreprises de mettre fin à leur complicité avec l’oppression. Ensemble nous pouvons élever assez de voix pour obliger Fidelity et Airbnb à arrêter de faire du profit à partir du déni des droits humains des Palestiniens. (voir ci-dessous)


Notre article de février 2016
Alors que la communauté internationale considère comme illégales les constructions israéliennes dans les Territoires palestiniens et les voient comme le principal obstacle à la paix, des dizaines de colons proposent de louer une chambre ou une maison sur Airbnb, assurant qu’elles se trouvent en Israël.
Plus de 140 000 citoyens ont signé la pétition intitulée « Tandis que les Palestiniens sont expulsés, Airbnb fait du profit sur leurs terres spoliées ». Elle a été remise jeudi 10 mars aux sièges de l’entreprise à Paris, à Londres, à San Francisco et à Portland.

LE POINT
L’EXPRESS :
RTL.BE :
20 MINUTES
SAPHIRNEWS
LE COURRIER DE L’ATLAS
et sur le site de l’AFPS


notre article du 3 février 2016
Des responsables palestiniens ont menacé mardi de poursuivre Airbnb car le site internet propose à la location des logements situés dans des colonies de Cisjordanie occupée et qu’il les localise en Israël.

Airbnb "tire illégalement des profits de l’occupation" israélienne, a indiqué à l’AFP Hossam Zomlot, responsable au sein de la diplomatie palestinienne.

"Nous allons prendre des mesures" car "c’est à cause de tels actes d’entreprises internationales et du secteur privé que la situation (des Palestiniens) ne bouge pas et empire", a-t-il ajouté.

Près de 400.000 personnes vivent actuellement dans les 135 colonies israéliennes de Cisjordanie occupée et environ 200.000 à Jérusalem-Est, la partie palestinienne occupée et annexée par Israël de la Ville sainte.

Omar Barghouti, co-fondateur palestinien de la campagne "Boycott, désinvestissement, sanctions" (BDS) contre l’Etat hébreu, a estimé qu’"Airbnb peut et doit immédiatement exclure toutes les colonies israéliennes de ses offres pour se plier aux obligations du droit international en termes de défense des droits de l’Homme".

La société basée aux Etats-Unis s’est contentée de répondre par un communiqué dans lequel elle affirme "respecter les lois en vigueur là où (elle) opère et enquêter sur des inquiétudes soulevées au sujet de certains référencements".

Les utilisateurs du site peuvent choisir eux-mêmes la localisation pour leur annonce mais Airbnb dit se réserver le droit d’effacer les annonces trompeuses ou mensongères.

Le Conseil de Yesha, qui représente les colons de Cisjordanie, a assuré à l’AFP être "très fier de son industrie du tourisme", assurant que les annonces seraient maintenues, de même que leur localisation.

Le ministère israélien du Tourisme a de son côté affirmé "recommander de visiter et de séjourner dans tous les endroits du pays sans distinction", englobant les colonies situées dans les Territoires palestiniens occupés.

Sur le site, des annonces proposaient mardi des logements dans des colonies, soulignant "la tranquillité" de la zone, la proximité avec Jérusalem et "les paysages spectaculaires de la Judée", reprenant un terme qu’utilisent les Israéliens pour désigner une partie de la Cisjordanie occupée.

source : AFP le 12 janvier 2016 - publié par Notre Temps - http://www.notretemps.com

Suite à cet article, une de nos lectrice a écris à Airbnb

"J’ai reçu dans les heures qui ont suivi mon courrier à Airbnb un appel téléphonique d’une reponsable Airbnb, qui m’a dit qu’elle-même ne pouvait rien faire d’autre que faire remonter mon courrier à la direction. Elle m’a dit avoir vérifié sur le site Airbnb et en effet avoir trouvé des annonces de logement "dans les territoires occupés" ! Elle comprend très bien ma question. Elle a été très professionnelle...
Dans les minutes qui ont suivi, elle m’a envoyé ce mail dont je mets la copie ci-dessous.

"Je lui ai quand même dit que si cela se vérifiait de façon certaine, il se pourrait qu’Airbnb fasse partie des cibles de la campagne BDS..."
A suivre !

Airbnb Customer Experience
"Bonjour Madame,
Merci d’avoir pris mon appel, je suis tenais vraiment à discuter avec vous.
Comme je vous le disais, c’est la direction seule qui peut faire des déclarations concernant ce sujet.
Tout ce que je peux faire, c’est de transmettre votre remarque à notre équipe en charge de l’évolution du site qui pourront sûrement faire remonter cette information. Je ne peux vous promettre qu’il y aura un retour quelconque.
Il ne me reste qu’à vous souhaiter une bonne fin de journée et une bonne année 2016.
Cordialement"
www.airbnb.com/help

mise à jour février 2016 :
Une pétition pour qu’Airbnb arrête de louer des logements dans les colonies qui a déjà recueilli 200000 signatures.
http://stolenhomes.org/

la pétition en français :

Navigation

AgendaTous les événements