"LES ABSENTS" un ouvrage sur la mémoire des villages palestiniens disparus lors premier conflit israélo-arabe en 1948

vendredi 8 juillet 2016
popularité : 1%

mise à jour le 3 septembre 2016
Chers contributeurs,

Grâce à vous j’ai pu réunir la somme nécessaire à la publication de mon livre LES ABSENTS aux éditions Le Bec en l’air. L’objectif de la collecte a même été dépassé pour atteindre 8660 euro ! MERCI

Voici donc quelques nouvelles de la progression du projet :

La maquette est achevée, l’ouvrage sera bilingue : anglais français.
Elias Sanbar nous a remis son texte dont je vous livre un extrait ci-dessous.
La couverture en relief que je veux réaliser a nécessité de longues recherches pour trouver un imprimeur capable de produire ce type de façonnage. Nous l’avons enfin trouvé et la phase de fabrication va pouvoir commencer.

Le livre sortira fin septembre. D’ici là, je vous enverrai d’autres nouvelles …
Je vous remercie pour votre confiance. A bientôt.
Bruno

"Ce livre est une galerie de portraits des veilleurs obstinés d’une terre vidée de ses enfants. Mais d’où vient la pesanteur de ces lieux toujours à leur place, la densité de ces images qui ne sont que « prolongements de la nature » ?
De leur indéniable beauté, du tragique toujours présent dès que l’absence frappe un lieu ? Certes. Mais la force de ces images tient d’abord au fait qu’elles relèvent d’un pari aspirant non à « faire du beau » mais à répertorier quelques signes de la beauté de ce qui fut et dont ne subsistent que ces traces têtues dans le vide des lieux abandonnés.
Ces photos ne montrent pas. Elles dévoilent et dotent le regard d’une capacité à comprendre. Que de fois n’avons-nous dit à ceux qui voyageaient vers cette terre, se demandant quelle documentation emporter, quels ouvrages lire, qui rencontrer, que de fois n’avons-nous dit à ces visiteurs : « Ouvrez grands vos yeux, regardez et vous saurez, regardez et vous comprendrez ».
Rares sont les lieux qui offrent de telles capacités au regard, au simple et naturel travail de l’œil. L’une des forces du projet de Bruno Fert réside dans ce parti pris : se contenter de voir pour que d’autres voient. "

Elias Sanbar


notre article du 8 juillet

LES ABSENTS, un projet photographique sur la mémoire d’un conflit.

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de 700 000 palestiniens vers les pays voisins. A la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

UN TRAVAIL DE MÉMOIRE
JPEG - 72.7 ko
Durant plus de 3 années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des 500 villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont voyage dans le temps aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

POURQUOI CE LIVRE ?

A la suite des expositions, forcément éphémères, la publication de l’ouvrage LES ABSENTS permettra de transmettre et de faire vivre cette mémoire.
JPEG - 81 ko
Grâce à votre participation à tous, le projet qui a occupé une grande partie de mon temps et de mon énergie ces dernières années, va pouvoir enfin exister de façon pérenne à travers ce livre.

ELIAS SANBAR
Elias Sanbar signe le texte du livre. Écrivain d’exception, il est est l’auteur de nombreux romans et essais dont Le Bien des absents, Actes Sud, 2001. Elias Sanbar est aujourd’hui ambassadeur de Palestine à L’Unesco.

POUR RÉALISER CE LIVRE, J’AI DONC BESOIN DE VOUS TOUS
JPEG - 128.2 ko
Cette collecte permettra de finaliser ce livre aux éditions LE BEC EN L’AIR.

Biographie de Bruno Fert
A l’âge de 12 ans Bruno Fert égare les albums photos que lui avait confiés sa grand mère : plus de photos famille ! Depuis, il ne cesse de parcourir la planète et d’en photographier ses habitants. Des sans-abris du pont de Brooklyn à la seconde Intifada en passant par Kosovo ses reportages nous racontent avec tendresse la vie de nos contemporains. L’humain est au toujours centre de son travail même s’il n’apparaît pas toujours dans ses images. Ses photographies nous parlent d’identité et de son rapport avec l’espace géographique ou intime.
Bruno Fert est diplômé de l’Ensad et membre du réseau Picturetank. Ses images sont régulièrement exposée et publiées dans la presse. Son travail a été distingué par la Bourse du Talent en 2002, le World Press-Photo en 2007.
La série « les Absents » a obtenu le fonds d’aide à la création photographique contemporaine du CNAP ainsi que le prix de la SCAM / Roger Pic 2013 et le Prix Neuflize OBC en 2016.
Bruno Fert est
* Lauréat du Fonds d’aide à la photographie contemporaine du Centre national des arts plastiques.
* Prix Roger Pic 2013 décerné par Société Civile des Auteurs Multimédia.
* Prix Neuflize Vie 2015.

le projet

le reportage sur Arte