compte rendu de la rencontre avec Sarah Katz et Pierre Stambul à La Ciotat

lundi 10 octobre 2016
popularité : 1%

Irréductible pourfendeur de l’oppression sioniste, Pierre Stambul, coprésident de l’union juive de France pour la paix (UJFP) revient une nouvelle fois à la charge, accompagnée de Sarah Katz qui a effectué de nombreux et longs séjours sur le territoire palestinien à l’occasion de missions humanitaires. Ils étaient ce samedi soir les invités de l’association l’Art Hic et Hoc pour présenter leur ouvrage et rapporter images et récits de leur dernier voyage.

« Les portes se sont à nouveau refermées quand nous sommes partis » lance-t-il en préambule. Le « blocus », la « cage, ce n’est pas une image. Gaza est un territoire de la dimension de l’agglomération marseillaise, 40 km de long sur 10 de large, où vivent près de 2 millions de gazaouis, entre deux murs, une grille et la mer », décrit-il. Gaza aujourd’hui porte les stigmates des trois dernières attaques de l’armée israélienne (2008-2009, 2012 et 2014). Des cibles militaires, vraiment ? « Les ports, l’usine de traitement des eaux usées, les bâtiments d’habitations... » que les habitants ne peuvent pas reconstruire faute de ciment. Pour autant,ils font preuve d’une grande énergie, pas d’essence... retour à la traction animale ! Pas d’argent pour embaucher ? « des diplômés se portent bénévoles pour acquérir de l’expérience ». Et une attention particulière est portée à la jeune génération. « 98% des enfants sont scolarisés, ils y a 6 universités ». « Cela fait partie des mécanismes de résistance », constate Sarah Katz. Et même si les exportations sont dépendantes de l’occupant, comme l’acheminement de l’eau, ils produisent et cultivent.

JPEG - 58.1 ko
Les deux observateurs ont présenté leur ouvrage ce samedi à l’invitation de la Boutique de l’association l’Art Hic et Hoc. Photo S.F.

« La division des palestiniens est une victoire de l’occupant »

La situation politique de la Palestine préoccupe les observateurs. Entre le Hamas qui contrôle Gaza, l’autorité Palestinienne du Fatah et de nombreuses autres formations... « la division politique au sein des palestiniens est une victoire de l’occupant », commente Pierre Stambul, qui met en garde contre les lectures erronées du conflit. « Il n’est pas question ici de religion ». Et de dénoncer à la fois « l’instrumentalisation du conflit palestinien par Daesh » qui est, du reste, très similaire à « l’instrumentalisation de l’antisémitisme par les sionistes à des fins de propagande ! »

Comme il en a été de l’apartheid en Afrique du Sud, « seule une mobilisation et une pression internationale pourra imposer la levée de ce blocus » estiment les deux militants. Le chemin semble encore long... « Lorsque le Zaytouna, le bateau des femmes parti de Barcelone pour rompre le blocus a été arraisonné [jeudi] par la marine israélienne, quasiment personne n’en a parlé »... Et d’inviter chacun à participer activement à la campagne « boycott, désinvestissement et sanction », de travailler à infléchir « la politique française et européenne » et « à aider les bénévoles et volontaires ».
source : la Marseillaise - 10 octobre 2016
GIF - 5.7 ko


À La Ciotat, présentation de l’ouvrage "Chroniques de Gaza" écrit et présenté par Sarah Katz et PIerre Stambul.
Le samedi 8 octobre 2016 à 19h00
La Boutique
PNG - 342.6 ko
8 rue des Frères Blanchard
La Ciotat

[**à noter : Sarah Katz et PIerre Stambul seront aussi sur l’antenne de Radio Galère, le 12 octobre de 18h à 19h pour l’émission "une heure en Palestine", animée par notre association Palestine13*]