Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > 38e jour de grève des prisonniers politiques palestiniens

38e jour de grève des prisonniers politiques palestiniens

mercredi 24 mai 2017

Le prisonnier Karim Younis a déclaré "nous allons vers l’escalade de la lutte dans les prochains jours".

Ramallah, Palestine : Dans une lettre, le doyen des prisonniers palestiniens Karim Younes, détenu depuis 35 ans, assure que les prisonniers en grève de la faim depuis 38 jours vont dans les prochains jours, s’abstenir d’eau potable et de sel.

A notre peuple résistant
Je m’adresse à vous de derrière les fils de fer barbelés de ma cellule exigüe et sombre, et au 38ème jour de la grève de la liberté et de la dignité, pour vous dire que nos forces pourraient nous lâcher et que nos corps pourraient à peine nous tenir debout, mais nos âmes étreignent le ciel, et en dépit de la durée et de la férocité de cette bataille, nous sommes déterminés à poursuivre la grève de la liberté et de la dignité jusqu’à la victoire, non seulement pour nous, mais pour l’ensemble de notre peuple.

L’administration des prisons et les autorités de sécurité ont essayé à plusieurs reprises de nous proposer de suspendre la grève et discuter après du contenu de nos demandes, mais nous avons rejeté catégoriquement cette approche.
Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout, car la dimension de cette bataille que nous menons ne s’arrête pas juste aux prisonniers et à leurs demandes, mais c’est la bataille pour la dignité de tout un peuple.

Ce n’est pas un secret que la souffrance et la faiblesse ont frappé les corps, mais la volonté et la détermination sont intactes et au-dessus de la capacité du corps.

Au 37ème jour de notre grève, nous vous assurons qu’on ne reculera pas devant l’arrogance et l’arbitraire de l’occupant, mais nous allons intensifier la lutte en s’abstenant de boire de l’eau et du sel.
Et que l’occupation et ses geôliers sachent qu’ils peuvent emprisonner notre corps, mais pas nos âmes.

Nous ne reculerons pas
Nous ne reculerons pas
Nous ne reculerons pas
Soit la victoire soit le martyre.

Karim Younes


Info de dernière minute

Marwan Barghouti emmené à l’hôpital en raison de son état de santé

Marwan Barghouti, l’un des leaders de la grève de la faim des prisonniers, a été emmené à l’hôpital en raison de son état de santé. Barghouti a subi des examens médicaux et a été renvoyé dans sa cellule au centre de détention de Kishon.
Mercredi, 154 grévistes de la faim ont été emmenés dans des hôpitaux de tout le pays pour évaluation, après laquelle le personnel médical décidera s’il y a nécessite de les hospitaliser. Jusqu’à présent, 16 prisonniers des quartiers de sécurité ont été hospitalisés depuis le début de la semaine.
source : Ynet le 24 mai à 17h30


1300 prisonniers politiques palestiniens ont commencé une grève de la faim le 17 avril 2017 à l’appel de Marwan Barghouti pour protester contre le non respect de droits élémentaires dans les prisons israéliennes : droit de visite des familles, accès aux soins, sévices, punitions collectives...

Exemple les transferts de prisonniers : un transfert qui devrait durer 1 heure dure parfois 14 heures dans des camions fermés durant lesquelles les prisonniers ont les pieds et les poignets ligotés ; ils sont battus et ne reçoivent ni nourriture, ni eau et n’ont accès aux toilettes.

Certains sont emprisonnés depuis 20 ou 30 ans . Ils sont détenus en Israël en violation de la 4ème Convention de Genève qui interdit le déplacement de la population occupée sur le territoire de l’occupant, ce qui rend les visites de leur famille impossible

Les prisonniers ont annoncé il y a 8 mois que si leurs revendications n’étaient pas satisfaites ils entameraient une grève de la faim, 8 mois de négociations avec l’administration israélienne n’ont abouti à rien.

Ils entrent dans leur 2ème mois et la situation est grave : certains sont âgés ou malades, leur état se détériore de façon inquiétante. Un prisonnier a été hospitalisé d’urgence car il vomissait du sang, il a été victime d’une perforation de l’estomac.

La grève a touché 222 prisons mais les grévistes ont été regroupés dans 3 prisons.

Les seules réponses du gouvernement israélien ont été des provocations (organisation de barbecue dans la cour des prisons) , une aggravation de leur condition de détention (les gardiens tapent sur les portes et les murs pour empêcher les grévistes de dormir, les grévistes portent les mêmes vêtements y compris linge de corps depuis 3 semaines), des menaces de recourir à l’alimentation forcée (le comité international contre la torture considère que le recours à l’alimentation forcée est une forme de torture).

Avigdor Liberman, ministre de la défense a déclaré « laissez les mourir, cela fera de la place pour les autres » !

Or les négociations doivent se faire au plus haut niveau de l’Etat ; si un directeur de prison accepte les revendications des prisonniers, il sera renvoyé.

Des membres des familles de prisonniers ont à leur tour commencé une grève de la faim depuis 2 à 3 semaines ; des manifestations se déroulent notamment à Ramallah.

Interpelons le Président de la République et le Ministre des affaires étrangères !
http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire/
source Shawan Jabarin - afps
Shawan Jabarin est le Directeur Général de l’organisation Al-Haq qui défend les droits de l’Homme et le droit humanitaire en Palestine et à l’international depuis 1979, et qui est l’une des ONG palestiniennes partenaires de la Plateforme Palestine.Il est de Secrétaire Général de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme)

Les nouveaux élus dirigeants de l’AFPS boivent le verre d’eau salé de la solidarité


27e jour de la grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens
Déclaration de syndicats européens en soutien aux grévistes de la faim palestiniens
Le 17 avril 2017 environ 1500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée. Les prisonniers en grève appellent à mettre fin aux pratiques israéliennes : violence, détention à l’isolement, torture, négligence médicale et déni des droits garantis par le droit international -y compris le droit d’avoir un procès équitable et des visites de la famille.

En tant que syndicalistes européens, nous nous alarmons de ce que, malgré l’injustice évidente infligée au peuple de Palestine, les Etats européens, l’Union européenne (UE) et les institutions représentatives n’ont pas rempli leur devoir qui est de tenir Israël pour responsible de ses graves violations du droit international et des droits de l’Homme. L’UE et les compagnies internationales engrangent des profits en facilitant l’oppression continue et l’emprisonnement des Palestiniens.

L’Union européenne intègre la police nationale israélienne dans des projets comme LAW TRAIN, financé par les contribuables européens, dont l’objectif est de développer les techniques d’interrogatoires.

Des firmes comme Hewlett-Packard (HP) et G4S tirent profit de l’emprisonnement des Palestiniens : elles procurent des services à l’armée d’occupation israélienne et une technologie biométrique qui permet à Israêl de contrôler et mettre en place son système d’apartheid et de ségrrégation raciale à l’encontre des Palestiniens ; de plus, la complicité de HP dans la technologie qui rend possible le système pénitentiaire israélien, où la torture est fréquente, est totale.

La firme de sécurité britanno-danoise G4S a encore des contrats pour entraîner la police israélienne et demeure à ce titre complice des violations par Israël des droits humains des Palestiniens.

En tant que syndicalistes et citoyens de ce monde conscients, nous considérons que nous avons le devoir et la force de nous y opposer. Nous sommes aux côtés des prisonniers palestiniens en grève de la faim dans leur exigence de justice et d’un traitement juste. Nous nous engageons à travailler dans nos syndicats respectifs pour que ne soient pas renouvelés les contrats avec des firmes comme HP and G4S pqui tirent profit de l’emprisonnement des Palestiniens.

De plus, nous appelons l’UE et les Etats membres à mettre fin à leur complicité et à tenir Israël pour responsable des graves violations des droits de l’Homme qu’il commet.

LISTE DES SYNDICATS SIGNATAIRES :

La Centrale Générale – FGTB (Belgique)
ACV/CSC Brussels (Belgique)
Union Syndicale Solidaires (France)
CGT France
Trade Union Friends of Palestine (Irlande )
Fagforbundet (Norvège)
Fagforbundet Bergen (Norvège)
Unison (Royaume-Uni)
Confederación Intersindical Galega (CIG) – (Galice)
ELA (Basque Workers Solidarity) – (Pays Basque )
Intersindical Valenciana – (Valence)
Dundee Trades Union Council (Ecosse)
Derry Trades Union Council (Irlande)
Mandate Trade Union (Irlande)
Craigavon Trades Council (Irlande)
Northern Ireland Public Service Alliance
Civil Public and Services Union (Irlande)
LO Sandefjord (Norvège)
Warsaw’s local section of Workers’ Initiative Trade Union (Pologne)
LAB (Pays Basque )
LO Bergen (Norway)


26e jour de la grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens
La pression monte, monte, ....
Le gouvernement sud-africains en grève de la faim.
4 ministres sud-africains (Santé, Télécommunications, Recherche et sciences, Industrie et développement) , 6 ministres délégués et des membres de la direction de l’ANC mèneront, les 14 et 15 Mai, une grève de la faim en solidarité avec les prisonniers palestiniens.

voir aussi notre article
un député sud africain, membre de BDS Afrique du Sud à Marseille

Mohamed Assaf,le chanteur de Gaza
Quand il a remporté "Arab Idol", Mohammed avait 22 ans. Aujourd’hui âgé de 27 ans, il continue de chanter et a sorti deux albums différents. Mais il est aussi devenu ambassadeur pour la paix pour l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Un parcours politique qui semblait inévitable pour le jeune artiste.Il participe à la campagne pour la libération des prisonniers politiques :

et aussi, un appel de l’Association France Palestine Solidarité, à signer, à faire signer autour de nous :

à envoyer par courrier postal ou mail (feuilles de pétitions scannées) à l’adresse de l’AFPS (afps@france-palestine.org - AFPS 21 ter rue Voltaire 75011 Paris).


25 jours de la faim des prisonniers palestiniens !
le bureau de Palestine13 répond au défi du "SaltWaterChallenge" et vous invite à faire de même, envoyez nous vos photos nous les publierons

On a du mal à se représenter ce que signifient 25 jours de grève de la faim pour les 1.600 détenus qui participent au mouvement, et qui demandent la reconnaissance de droits élémentaires.

Depuis le début de la grève, Israël redouble de cruauté à l’encontre des grévistes : transferts incessants d’une prison à l’autre, mises à l’isolement, raids nocturnes avec des chiens d’attaque dans les cellules, refus de visites par leurs avocats, des cas de refus de fourniture d’eau potable étant même signalés.

de la même façon que huit "vedettes" américaines, Cristiano Ronaldo, Angelina Jolie ,Rihanna,Selena Gomez,Coldplay,Meg Ryan,Dustin Hoffman, se sont engagées pour Gaza

Du fait du blocus imposé par Israël, les informations recueillies par les médias palestiniens et le Comité de soutien palestinien sont forcément fragmentaires.

M° Youssef Nasasra a été l’un des très rares avocats autorisés à rendre visite à deux grévistes de la faim, Mohamed Abou al-Roub et Rachid Hamayil, détenus dans le désert du Neguev, indique l’agence Ma’an.

Hamayil a notamment indiqué que les gardes fournissaient une seule bouteille d’eau pour 6 grévistes, leur refusant l’indispensable addition de sel.

Le refus d’une eau fraîche oblige les prisonniers à boire au lavabo, qui ne délivre que de l’eau chaude, et il est en outre devenu de plus en plus difficile physiquement pour une partie des grévistes, vu leur état de faiblesse, de quitter la paillasse où ils sont allongés pour se hisser jusqu’au point d’eau.

Pour ajouter au sadisme de l’administration pénitentiaire, il faut également savoir que les deux prisonniers en question n’ont pas pu changer de vêtements depuis le début de leur grève il y a trois semaines.

Un nombre indéterminé de grévistes, dont l’état de santé est plus particulièrement délabré, ont été transférés, non pas dans des hôpitaux, mais dans « l’hôpital de campagne » créé à cet effet dans l’enceinte de la prison de Ramle. C’est dans cet établissement que les bourreaux du peuple palestinien menacent de pratiquer l’alimentation forcée des grévistes, en faisant au besoin appel à des « médecins » mercenaires étrangers, puisque jusqu’à présent l’association des médecins israéliens a refusé de se plier à de telles pratiques de type nazi.

On le répète, le peuple palestinien a besoin de nous
pour marquer notre solidarité, nous pouvons écrire, très vite à marwan Bargouthi

Voir aussi, notre article du 5 mai :
Palestine : L’urgence du soutien à la grève de la faim


Si vous voyez sur Facebook des internautes boire un verre d’eau salé, il ne s’agit pas juste du dernier challenge à la mode : le #SaltWaterChallenge tente d’attirer l’attention sur le sort des prisonniers palestiniens en Israël en grève de la faim depuis deux semaines pour dénoncer leurs conditions de détention.

nos amis de la Plateforme Palestine se sont joint à cette action :

les militants de la cause palestinienne à Rabat au Maroc (Crédit : R. Tniouni/Telquel) :


Plus d’un millier de détenus palestiniens sont en grève de la faim depuis le 17 avril dernier pour dénoncer les conditions de détention en Israël et réclamer la fin de la détention administrative – incarcération sans inculpation ni procès – à laquelle ont recours les autorités israéliennes. En signe de solidarité, et pour donner une visibilité à ce mouvement, Aarab Marwan Barghouti, le fils du leader palestinien Marouane Barghouti, condamné il y a 15 ans par Israël à la perpétuité, a lancé le 24 avril dernier le #SaltWaterChallenge (défi de l’eau salée).

Il s’est ainsi filmé en train de boire un verre d’eau salée et explique dans sa vidéo : "Depuis une semaine, les prisonniers survivent uniquement en buvant cela".

Comme le veut la tradition des défis lancés sur Internet, Aarab Marwan Barghouti a ensuite nominé d’autres personnes, invitant ainsi Ali Jaber, une personnalité de la télévision libanaise, et le chanteur palestinien Mohammed Assaf à faire de même. Grâce à leurs réponses, le défi a pris de l’ampleur, jusqu’à devenir viral sur Twitter ces derniers jours avec des vidéos en arabe, en anglais et même français.

"J’appelle tout le monde, toutes les personnes honorables, où qu’elles se trouvent, à relever ce défi en solidarité avec nos détenus héroïques, jusqu’à ce qu’ils obtiennent leur liberté" fait valoir le chanteur Mohammed Assaf dans sa vidéo.

Le présentateur Ali Jaber a bu son verre d’eau salée sur le plateau de l’émission "Arabs Got Talent", sous les applaudissements du public.

Une politique "cruelle" d’Israël en matière de détention

Lundi 24 avril, le Club des prisonniers palestiniens a assuré que la santé du détenu Maroune Barghouti s’était "dangereusement" détériorée, ce que les autorités pénitentiaires nient. Instigateur du mouvement de grève chez les prisonniers, il s’agit de l’une des personnalités les plus populaires du Fatah, la principale composante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Bien qu’il ne s’agisse pas du premier mouvement collectif de grève de la faim, il se distingue cette fois par sa durée et son aspect collectif. Les autorités israéliennes ne souhaitent pour autant pas transiger et ont précisé qu’il n’y aurait pas de négociations possibles, estimant que les personnes incarcérées étaient des "terroristes" et des "assassins". Au total, il y aurait près de 6 500 détenus palestiniens dans les prisons d’Israël, selon le groupe de défense des droits de l’Homme israélien B’Tselem. Amnesty Internationala pour sa part dénoncé une "violation flagrante de la Convention de Genève".

Ce n’est pas la première fois qu’un challenge sert à contester les pratiques de l’État israélien : en 2015, le Ice Bucket Challenge, qui consistait à se verser un seau d’eau glacée sur la tête avait déjà inspiré les Palestiniens. Ils se l’étaient réapproprié en se versant sur la tête un seau de poussière et de gravats pour dénoncer les destructions de bâtiments par l’armée israélienne.