Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > Actualités > « Frappe un terroriste », un jeu vidéo cultivant la haine dans les esprits des (...)

« Frappe un terroriste », un jeu vidéo cultivant la haine dans les esprits des enfants sionistes

samedi 2 janvier 2016

Un jeu vidéo simulant les événements de l’Intifada qui entraîne les enfants israéliens à faire face à la « révolution des couteaux ».

La division de la traduction et de l’observation du Centre Palestinien d’Information (CPI) a suivi ce que les médias hébreux avaient publié sur ce jeu.

« Frappe le terroriste » est un nouveau jeu diffusé sur le marché sioniste, dit la deuxième chaîne israélienne. Il est joué sur ordinateur, transporte les enfants sionistes vers les champs de bataille, leur permet de participer à l’actuelle vague de « terrorisme » sans quitter leurs fauteuils.

La chaîne a publié l’image du jeu. L’image présente un garçon portant un fusil et une fillette portant un couteau. Derrière eux, on voit les clôtures de la ville de Jérusalem. En haut, est noté le titre « Frappe le terroriste ».

En lançant ce jeu en ce moment précisément, les sionistes tentent de renforcer l’assurance dans les cœurs des enfants israéleins, l’assurance qui avait déjà quitté les cœurs de leurs parents grâce aux « héros de l’Intifada ». Les sionistes cherchent à se rassurer par n’importe quel moyen, même par un simple jeu. Mettre les clôtures dans le fond du jeu est une reconnaissance implicite que la cause principale des événements actuels est l’occupation sioniste et ses agissements pratiqués à l’encontre de la ville de Jérusalem et ses habitants.

Le site pour enfants « Kiddos » avait lancé le jeu et la septième chaîne israélienne en a fait sa publicité.

Le jeu permettra aux enfants de liquider les « terroristes », en utilisant un certain nombre d’armes. Ils gagnent des points chaque fois qu’ils réussissent à mener à bien une opération de liquidation. Le jeu vise à rassurer la société israélienne ébranlée par les nouveaux événements.

La sécurité perdue

Le jeu appelle les enfants à liquider tout « terroriste » qui montre la tête. Le jeu a pour but, selon la septième chaîne : « Encourager les enfants (sionistes) à sortir et à aider les forces de sécurité à détruire les terroristes qui nous attaquent. »

La septième chaîne explique la méthode du jeu. Le joueur devra choisir ses armes et les adapter à ces événements récents, tels que le nunchaku et le parapluie. C’est avec le nunchaku que le joueur liquide le « terroriste » et enregistre des points supplémentaires. Les points à gagner sont représentés par l’étoile de David. Une fois tous les « terroristes » liquidés, il gagne. Lorsque le « terroriste » réussit à s’échapper, le joueur perd une étoile.

Le jeu « Frappe un terroriste » vise à enraciner une tendance raciste et une politique de haine et d’assassinat dans les esprits des enfants sionistes. Ce n’est pas un jeu innocent, un jeu pour un amusement à domicile ; c’est le résultat de la politique discriminatoire et coloniale adoptée par les institutions militaires, sécuritaires et surtout les politiques israéliennes.
source palestine information : palinfo.com

ce jeu n’est pas le premier
sur le site : frandroid.com
Google supprime le jeu Bomb Gaza du Play Store

Un développeur avait eu le mauvais goût de lancer sur le Play Store une application répondant au nom de Bomb Gaza. Google a mis quelques jours avant de supprimer le jeu qui proposait au joueur d’incarner des militaires israéliens bombardant Gaza.

Il est toujours de bon ton de rappeler que les conditions d’utilisation du Play Store ne sont pas entièrement tournées vers une liberté absolue. Si Google s’est historiquement montré plus souple que l’App Store, notamment sur les contenus à caractère sexuel, des conditions de publication d’apps très précises sont disponibles sur son site. Elles pointent notamment d’éventuelles incitations à la haine, qui ne sont évidemment pas admises sur le portail de téléchargement : « nous interdisons toute incitation à la haine envers des groupes de personnes en raison de leur race, de leur origine ethnique, de leur religion, de leur handicap, de leur sexe, de leur âge, de leur statut d’ancien combattant, ou de leur identité ou orientation sexuelle« . Au passage, on peut considérer que l’application Bomb Gaza répond en outre à l’interdiction formulée dans la section « violence et intimidations » du règlement de Google : « Les contenus présentant des scènes de violence gratuite ne sont pas autorisés« .

Le jeu Bomb Gaza, développé par Roman Shapiro, le développeur de l’app pour l’éditeur PlayFTW, a été supprimé hier soir du Play Store suite aux rapports formulés par des utilisateurs grâce au bouton « signaler comme inapproprié ». L’app, selon The Guardian, avait toutefois été téléchargée plus d’un millier de fois depuis son lancement le 29 juillet dernier. L’occasion de rappeler l’utilité de ce formulaire en cas d’application inappropriée. Quant à PlayFTW, on s’interroge sur sa simple ambition de se faire connaître, ses autres applications (un genre de Space Invader téléchargé moins de 50 fois et un clavier de piano téléchargé moins de 1000 fois) étant confidentielles, quitte à orchestrer un bad buzz dont il n’avait peut-être pas mesuré les conséquences. À lire son comportement sur son compte Facebook, on en doute à peine. Quoi qu’il en soit, d’autres jeux mettant en scène le conflit actuel subsistaient encore sur le Play Store ce matin, à savoir Gaza Assault : Code Red et Whack The Hamas ; leur fiche n’est plus disponible à présent, Google semblant parti pour faire la chasse aux applications se jouant d’un conflit particulièrement meurtrier.