Palestine 13

Groupe local des Bouches-du-Rhône de l’AFPS

Accueil > BDS > Les réussites de BDS

Les réussites de BDS

jeudi 20 septembre 2018

Mieux que les réussites du boycott économique, académique et culturel, BDS a réussi à saper l’acquis le plus important de la diplomatie publique israélienne : l’image libérale et démocratique d’Israël dans le monde.

Gilad Erdan fait partie des belles histoires du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions, de même que le ministère des Affaires Stratégiques qu’il dirige. De même que la loi anti-boycott. Tout militant des droits de l’Homme expulsé d’Israël ou interrogé à l’aéroport international Ben Gurion est une belle histoire de BDS. La lettre de l’Union Européenne de Radio-Télévision est une autre réussite du mouvement mondial pour boycotter Israël.

Plus que Lana Del Rey annulant sa visite, plus que SodaStream déménageant son usine de Cisjordanie jusqu’au Negev et plus que les réalisations du boycott économique, académique et culturel, BDS a réussi dans un domaine différent, sans effort et peut-être sans le vouloir. Il a sapé l’acquis le plus important de la diplomatie publique israélienne : l’image démocratique et libérale d’Israël dans le monde. C’est l’Union Européenne de Radio-Télévision, entre autres choses, organisation non politique, qui a le mieux décrit l’étendue des dommages pour Israël. L’organisation a comparé Israël à l’Ukraine et à l’Azerbaïdjan pour les conditions mises en place pour que ces pays accueillent le Concours de Chansons de l’Eurovision.

L’Ukraine et l’Azerbaïdjan, que personne ne considère sérieusement comme des démocraties, dans le même sac qu’Israël. Voilà comment les organisateurs de l’Eurovision voient Israël.

Le concours de chansons s’est tenu deux fois auparavant à Jérusalem, et personne n’avait pensé à y mettre des conditions pour garantir les libertés civiques des participants. Maintenant, on est obligé de garantir, à l’avance et par écrit, ce qui va de soi dans une démocratie : la liberté d’entrer dans le pays et la liberté de circuler pour quiconque vient participer à la compétition.

En Israël, comme en Ukraine et en Azerbaïdjan, cela ne va plus de soi. 13 ans après sa création, le mouvement BDS ne pouvait rêver d’un plus grand triomphe.

Le principal crédit, bien sûr, en revient au gouvernement israélien qui, en déclarant la guerre à BDS, a été d’une grande aide pour le mouvement. Avec un commandant comme Erdan qui est indigné devant l’ingérence dans les « lois d’un Etat démocratique » et ne comprend pas à quel point ses mots sont grotesques, et avec un ministère qui n’est rien d’autre qu’une police internationale de la pensée, le gouvernement dit au monde : Israël n’est pas ce que vous imaginiez. Avez vous pensé pendant des années qu’Israël était une démocratie libérale ? Avez vous fermé les yeux sur ce qui se passait dans son arrière-cour ? Avez vous pensé que l’occupation n’était pas liée à l’État, qu’elle pouvait être maintenue dans une démocratie, et qu’elle disparaîtrait momentanément ? Qu’au moins l’Israël souverain fait partie de l’Occident ? Eh bien, vous vous trompiez.

Gideon Levy, Ha’aretz (traduction AURDIP)
Photo : Moti Milrod

Gideon Levy est un chroniqueur et membre du comité de rédaction du journal Haaretz. Il a rejoint Haaretz en 1982 et a passé quatre ans comme vice-rédacteur en chef du journal. Lauréat du prix Olof Palme pour les droits de l’homme en 2015, il a obtenu le prix Euro-Med Journalist en 2008, le prix Leipzig Freedom en 2001, le prix Israeli Journalists’ Union en 1997 et le prix de l’Association of Human Rights in Israel en 1996. Son nouveau livre, The Punishment of Gaza, vient d’être publié par Verso.

lire d’autres articles de Gideon Levy sur le site de Palestine13
* Israël. La nation des bombes à fragmentation
*Un point sur l’option "deux états", palestinien et israélien, vivant côte à côte
*Envoyez-les à Gaza, la colonie pénitentiaire d’Israël !
*Israël. Pourquoi je ne hisserai pas un drapeau israélien le jour de l’indépendance