la mairie de Jérusalem insiste pour démolir la maison de 60 Palestiniens

jeudi 23 décembre 2021

Sans l’approbation d’un plan directeur par la municipalité de Jérusalem, les Palestiniens du quartier oriental A-Tur doivent prendre les choses en main. Il a donné naissance à un désastre écologique et social.

JPEG - 178 ko

Imad Asmaa al-Ghouj n’a que quatre ans et est déjà un criminel : il vit dans une maison qui a été construite sans permis. L’appartement de l’immeuble de 10 logements où il est né et vit toujours fait l’objet d’un ordre de démolition. L’adresse : la section Khalat al-Ayn du quartier A-Tur de Jérusalem.

"Il a peur de s’endormir le soir au cas où ils démoliraient l’immeuble alors que nous sommes à l’intérieur, et il rentre de l’école maternelle avec la nourriture que je lui ai préparée parce qu’il ne peut pas manger à cause de tout le stress", a déclaré sa mère, Asmaa, au début du mois.

"Le jeune frère de mon mari, qui a 12 ans et qui vit ici avec ses parents et ses sœurs, a peur de revenir de l’école et de trouver la maison démolie. Et quand les gens demandent à mon petit fils Yanal où nous irons s’ils la démolissent, il répond à une tente dehors, parce que nous n’avons pas d’autre endroit où aller."

Le bâtiment où vit la famille al-Ghouj a été construit il y a environ 10 ans. Il y en a plusieurs dizaines d’autres comme celui-ci à Khalat al-Ayn, et ils abritent environ 4000 personnes. Ils ont été construits sans permis de construire parce que la municipalité de Jérusalem ne révise pas les plans directeurs des quartiers palestiniens de Jérusalem-Est pour les adapter à la croissance démographique et aux besoins locaux.

En l’absence de plan d’urbanisme, aucun permis de construire n’est délivré, mais les gens doivent bien vivre quelque part, alors ils se construisent un toit sur des parcelles qu’ils possèdent ou achètent des appartements construits par des promoteurs. C’est ce qui se passe à A-Tur et dans tous les autres quartiers palestiniens de Jérusalem-Est.

Étonnamment, la municipalité a plusieurs fois donné l’impression que Khalat al-Ayn serait désignée comme une zone d’A-Tur où la construction serait éventuellement autorisée. "Alors pourquoi insister pour démolir le bâtiment et détruire nos vies ?" demande Asmaa, qui a 24 ans.

"Les parents de mon mari ont travaillé dur pendant de nombreuses années pour pouvoir acheter cet appartement. Mon beau-père a eu des emplois de nettoyage, ma belle-mère s’est occupée des personnes âgées, et ils ont économisé chaque centime. Avant cela, ils vivaient dans la vieille ville dans une sorte de pièce qui servait autrefois d’étable pour les ânes."

Début octobre, des officiers de police et des inspecteurs se sont présentés à l’immeuble et ont annoncé qu’il devait être libéré ; il serait démoli dans la semaine. D’un jugement à l’autre, les habitants n’en peuvent plus, comme s’ils vivaient en sursis.

"J’étais ici quand leur patrouille est arrivée à 10 heures du matin. Il y avait des policiers, la police des frontières et deux autres personnes du ministère de l’Intérieur. J’avais l’impression d’être renvoyée à la case départ", raconte Asmaa.

"Lorsque je me suis marié il y a cinq ans, nous ne pouvions louer un appartement nulle part à Jérusalem, car les loyers sont élevés. Nous n’avons même pas envisagé d’acheter. De plus, en tant que Palestiniens, nous ne pouvons pas demander d’hypothèque car nous ne sommes pas des citoyens. Nous avons décidé de nous entasser ici avec les parents et les frères et sœurs de mon mari jusqu’à ce que nous économisions un peu d’argent", a déclaré Asmaa, qui a étudié le droit à l’université d’Hébron.

"Au début, je n’ai pas dit aux enfants qu’ils risquaient de démolir la maison, mais quand les journalistes ont commencé à venir tout le temps, nous n’avons pas eu d’autre choix que de leur expliquer la situation."

Parmi les 60 personnes présentes dans le bâtiment, 27 sont des enfants. Ils jouent et courent à l’extérieur du bâtiment comme si tout était normal, tandis que leurs parents racontent aux visiteurs leurs peurs et leurs cauchemars.

Les mères parlent d’enfants qui ont commencé à faire pipi au lit la nuit, tandis que d’autres choisissent de passer la nuit dans la voiture de leurs parents par crainte de voir arriver un bulldozer. Imad, l’enfant de 4 ans, a proposé de badigeonner les carreaux de l’entrée avec du savon pour que les personnes venant démolir le bâtiment glissent.

Un désastre écologique et social

Avant 1967, A-Tur s’étendait sur 8 800 dunams (2 195 acres). Après avoir occupé la Cisjordanie, Israël a exproprié la plupart des terres du village après l’avoir annexé à Jérusalem. Il ne reste que 1 747 dunams, selon les groupes de défense des droits Bimkom et Ir Amim. Les 1 400 dunams font partie des plans de développement approuvés au fil des ans. Sur la majeure partie de cette zone, seules des constructions éparses ont été autorisées, avec seulement deux étages par parcelle.

En 1967, A-Tur comptait 4 000 ou 6 000 habitants (différentes sources donnent des chiffres différents). Selon le Bureau central des statistiques d’Israël, le quartier comptait 28 000 résidents en 2016. Les responsables locaux ont ensuite estimé leur nombre à 35 000.

L’avocat Hussein Ghanayem, qui représente les résidents d’A-Tur depuis près de deux décennies, y compris ceux de l’immeuble d’Imad, estime que le nombre approche les 45 000.

Les habitants d’origine du quartier, ainsi que ceux du reste de Jérusalem-Est qui, en raison de l’absence de plans d’urbanisme et du surpeuplement, ont déménagé il y a des années dans des quartiers situés en dehors de Jérusalem, sont revenus s’installer à A-Tur après qu’Israël a érigé sa barrière de séparation ; ils craignaient qu’Israël ne révoque leur statut de résident.

Cela a augmenté la surpopulation et aggravé les problèmes découlant de la négligence des infrastructures telles que les routes, les égouts et le drainage, en plus de la pénurie d’écoles et d’autres institutions publiques. Khalat al-Ayn, au nord-est d’A-Tur, couvre 200 dunams qui se sont avérés être la dernière réserve foncière du quartier.

Lorsqu’en 2011, un entrepreneur privé a construit l’immeuble où vit la famille al-Ghouj, sur un terrain qu’il a acheté à la famille Abu Sbeitan, on a supposé qu’un plan de construction urbaine serait bientôt approuvé par les autorités. Un plan avait été élaboré pour Jérusalem en 2000, le premier plan de ce type pour l’ensemble de la ville depuis 1967. Il a été présenté en 2004 et a reçu une approbation préliminaire en 2009. Depuis lors, il a été gelé "parce qu’il incluait la possibilité de développer certains quartiers palestiniens", comme l’indique un rapport de Bimkom, qui lutte pour l’égalité en matière de planification.

En 2005, alors que l’on avait encore l’impression que la municipalité et le ministère de l’Intérieur commençaient à comprendre le désastre urbanistique, écologique et social qui se dessinait à Jérusalem-Est en raison d’une longue négligence intentionnelle, les résidents d’A-Tur ont commandé un projet de construction urbaine à leurs propres frais. Ghanayem, qui représentait les résidents, a appris des professionnels de la mairie que Khalat al-Ayn présentait une "faisabilité de construction".

Les résidents juifs de Jérusalem ne sont pas tenus de préparer des plans de quartier à leurs propres frais, mais à Jérusalem-Est, cette démarche, très coûteuse, est devenue courante par manque de choix, dans l’espoir que la municipalité et les tribunaux feront des concessions aux résidents qui ont construit sans permis. L’espoir est que les autorités comprennent qu’il ne s’agit pas d’une transgression volontaire mais du résultat d’une détresse dont les résidents ne sont pas responsables. Les résidents, pour la plupart des salariés à faibles revenus, ont collecté 800 000 shekels (257 820 dollars) pour financer le plan d’urbanisme, indique Ghanayem.

Ralentir le processus

Le projet était en cours d’examen par le comité de planification du district lorsqu’il s’est avéré qu’il existait un plan concurrent. "Pour contrecarrer les plans préparés par les résidents de Khalat al-Ayn et d’Isawiyah, l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs a soumis, avec le soutien de la municipalité de Jérusalem, un plan différent : un plan pour un parc national sur les pentes du Mont Scopus s’étendant sur 700 dunams qui comprenait des zones initialement désignées pour les deux quartiers palestiniens", a déclaré Aviv Tatarsky, qui coordonne les activités de lobbying sur la planification à Ir Amim.

En janvier 2012, l’autorité des parcs a déclaré à Nir Hasson du Haaretz qu’elle n’était pas un organe politique et qu’elle ne s’intéressait qu’à la protection de la nature et du paysage, en maintenant la dernière section du désert de Judée à côté de la ville. La municipalité a déclaré que le parc national désigné avait une grande importance archéologique en raison des grottes, des citernes et des sites funéraires de la période du Second Temple.

En 2015, un comité d’appel du Conseil national de la planification et de la construction a déterminé que le plan du parc ne pouvait être approuvé avant que la municipalité n’ait étudié les besoins en développement des deux quartiers. Cette enquête n’a pas encore été réalisée. La municipalité prépare actuellement un plan directeur pour A-Tur, mais Tatarsky et Ghanayem affirment que ce plan est élaboré sans consultation des résidents ou de leurs représentants, sans chercher à déterminer leurs besoins.

De plus, note Tatarsky, "un plan directeur n’est rien d’autre qu’un document de politique municipale. Il ne change pas la situation en matière de planification et ne permet pas de délivrer des permis de construire."

Parallèlement à l’attente d’un plan réalisable pour l’ensemble du quartier de Khalat al-Ayn, les locataires de l’immeuble où vit la famille al-Ghouj se sont engagés dans un parcours juridique et bureaucratique sinueux, avec Ghanayem comme avocat. Un ordre administratif de démolition a été émis trois ans après le début de la construction, mais un tribunal a critiqué cet ordre car, explique Ghanayem, "un ordre administratif de démolition ne peut être exécuté alors que des familles y vivent toujours."

Pourtant, alors que l’ordre était toujours en cours, les procureurs de l’État ont déposé des actes d’accusation contre les résidents pour avoir construit sans permis. Les appels de Ghanayem ont été rejetés. Mercredi, le tribunal des affaires locales de Jérusalem a accepté de retarder la démolition d’une semaine à la demande d’un autre avocat qui représentait un autre résident parmi les dix locataires ; ce résident n’avait pas reçu d’ordre de démolition et ne faisait pas partie des personnes que le tribunal a jugées coupables.

"Lorsque je me suis mariée et que j’ai emménagé ici, je savais que la famille de mon mari payait des amendes à la municipalité parce qu’il n’y avait pas de permis de construire, mais je savais qu’il y avait un espoir que nous en obtenions un", a déclaré Asmaa. "Je pensais que nous économiserions de l’argent et que nous déménagerions pour pouvoir vivre par nos propres moyens, mais avec toutes les dettes et les amendes, nous ne pouvions pas. Nous nous sommes dit qu’au moins la maison resterait, mais nous avons réalisé que ce ne serait pas le cas, que nous étions jetés à la rue."

Si l’autorité d’exécution du ministère des finances procède à la démolition, les locataires devront payer 2 millions de shekels. Ils ont la possibilité de démolir le bâtiment eux-mêmes, mais ils n’ont aucune idée de la manière de démolir un immeuble de cinq étages comportant dix appartements.

"Il y a un moment où j’ai dit : "Ça y est, je veux quitter ce pays", raconte Asmaa. "J’ai rempli des formulaires dans un bureau de Tel Aviv qui encourage l’émigration vers le Canada. J’y suis arrivée grâce à une annonce en arabe sur Facebook. Mon mari l’a découvert et m’a dit : ’Tu es folle ?’".

Traduction : AFPS



Agenda

<<

2022

 

<<

Août

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234